BTP

L'héraultais Vassileo rachète Cobama et met un pied en Paca

Par Anthony Rey, le 16 mars 2021

L’entreprise Vassileo, spécialiste de la finition de bâtiments basé à Béziers, acquiert le provençal Cobama, prélude à son déploiement en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Elle mise sur la croissance externe pour continuer à grandir, en volume de marchés comme en rayonnement géographique.

Anthony Balester et Jean-Marc Trinquier, cofondateurs de Vassileo.
Anthony Balester et Jean-Marc Trinquier, cofondateurs de Vassileo. — Photo : Johanna Marjoux

Couvrant déjà plusieurs corps de métiers pour la finition de bâtiments (peinture, peinture industrielle, sols souples, façades), l’entreprise Vassileo (130 salariés, 70 ETP, CA 2020 : 25 M€), basée à Béziers, dans l'Hérault, rajoute une corde à son arc. En rachetant Cobama (10 salariés, CA 2020 : 1,5 M€), PME située à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône), elle intègre une nouvelle expertise sur les résines de sol à son pôle industriel.

Une nouvelle dimension au sud de la France

C’est, de plus, la première incursion de Vassileo hors d’Occitanie. L’opération est pensée, selon les cofondateurs Jean-Marc Trinquier et Anthony Balester, comme l’extension de son offre de services à la région Paca, qui devrait déboucher rapidement sur la création d’une direction régionale dédiée. Vassileo prévoit de réaliser rapidement un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros sur son nouveau territoire de chasse. Les objectifs de Cobama sont, eux aussi, revus à la hausse, à 5 millions d’euros de chiffre d'affaires dès cette année. "Cette acquisition nous permet d’amener l’expertise de Cobama sur une région qu’elle n’adressait pas ; et inversement, elle nous permet d’installer notre offre en Provence-Alpes-Côte-d'Azur", résume Jean-Marc Trinquier.

Vassileo est née en mai 2020 en fusionnant deux groupements d’entreprises, le premier spécialisé dans les peintures en bâtiment (Alva Tech, Hortiz, Libes, Sopesud) et le second dans les revêtements au sol (Balester Mapsols, Dock du Lino). La PME biterroise a affiché d’emblée son intention de devenir une ETI en misant notamment sur une stratégie de croissance externe. L’acquisition de Cobama est la deuxième opération de ce type que Vassileo boucle en quelques mois, après le rachat de Marteau Sud (traitement technique de façades), filiale héraultaise du groupe francilien Marteau, signé à l’automne 2020. "Nous regardons d’autres métiers connexes à ceux du bâtiment pour poursuivre la diversification géographique de notre activité", commente Jean-Marc Trinquier, qui confirme que Vassileo devrait atteindre le cap des 35 millions de chiffres d’affaires sous deux ans, et 50 millions à terme.

Une évolution qui suit celle du marché des BTP

Par ailleurs, la structuration de Vassileo suit également une certaine évolution du marché du BTP. Si l’entreprise évolue comme un acteur global, organisé en divers pôles métiers, c’est pour mieux se positionner dans les appels d’offres publics ou privés de plus en plus structurés en lots réclamant plusieurs expertises. "L’avenir du marché des BTP passe par ces macro-lots de finition, conçus pour des corps d’état de finition groupés. Vassileo s’organise selon cette logique d’interlocuteur unique et cela plaît aux clients. Avec l’effet de taille, nous disposons aussi d’un encadrement plus conséquent, nous permettant d’être plus réactif au cas où le délai de réalisation d’un chantier doit se réduire d’un coup", évalue Jean-Marc Trinquier.

Ce positionnement de Vassileo porte ses fruits : parmi les derniers contrats signés, la PME indique qu’elle vient de décrocher, en cotraitance avec le groupe Vinci, le chantier d’un futur bâtiment du CHU de Montpellier destiné à regrouper ses laboratoires de biologie médicale. Malgré un contexte économique incertain en raison du Covid-19, "avec peu de visibilité à long terme" selon son cofondateur, Vassileo affiche un carnet de commandes plein pour les deux ans à venir.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition