Distribution

L’expert en agrofourniture Groupe Perret étend son offre grâce à une centième acquisition

Par Anthony Rey, le 05 décembre 2022

En rachetant le provençal Celtic Golf, le groupe gardois Perret poursuit une stratégie de croissance externe soutenue, menée de longue date. Pour le négociant en agrofourniture, c’est le moyen d’étendre son offre face aux nouvelles contraintes posées par la crise climatique.

Le Groupe Perret, acteur historique du végétal agricole, se diversifie dans les nouvelles technologies, à l'image du tracteur autonome conçu par le nantais Sitia.
Le Groupe Perret, acteur historique du végétal agricole, se diversifie dans les nouvelles technologies, à l'image du tracteur autonome conçu par le nantais Sitia. — Photo : Perret

En pleine sécheresse estivale, l’image des collectifs écologistes s’attaquant à certains greens de golf n’est pas passée inaperçue chez les professionnels du secteur. Spécialisé dans la protection des plantes et la production de semences, le Groupe Perret (573 salariés, CA 2021-2022 : 215 M€) se positionne pour leur offrir des solutions plus économes en eau. Le négociant, basé à Tresques (Gard), officialise l’acquisition de la société Celtic Golf, distributeur spécialiste de l’entretien des parcours de golf et des gazons sportifs installé à Trets (Bouches-du-Rhône) : avec un portefeuille de 380 golfs (sur un total de 630 en France), il offre au Groupe Perret de nouveaux débouchés pour son offre en biosolutions. "Celtic Golf nous apporte une compétence dans les gazons sportifs que nous n’avions pas. Nous pourrons déployer à travers elle des produits innovants, économisant l’eau consommée dans ce secteur", analyse Bernard Perret, PDG du Groupe Perret.

Une intense stratégie de rachats

Le rachat de Celtic Golf s’inscrit dans le cadre d’un département Espace Verts, créé au sein de l’entreprise gardoise il y a plus de 25 ans. Avec deux autres acquisitions bouclées en 2022 dans le secteur de l’irrigation, le Groupe Perret vient d’atteindre la barre symbolique des 100 opérations de croissance externe réalisées depuis sa création en 1896 (dont 7 opérations depuis 2020). Cette stratégie vise notamment à accroître les synergies entre les différents pôles du négociant. Ainsi, l’intégration de Celtic Golf permettra à l’entreprise héraultaise Aquadoc, autre filiale créatrice de procédés innovants de gestion de l’irrigation, de sortir de sa vocation agricole "pour acquérir de nouvelles compétences et pour profiter des parts de marché nouvellement acquises dans le golf", d’après Bernard Perret.

Historiquement positionné dans le végétal agricole, le Groupe Perret a fait de l’irrigation l’un de ses axes prioritaires de différenciation depuis quelques années. Mais le plus récent, qui mobilise de forts investissements désormais, concerne le machinisme agricole. Sur ce créneau très technologique, l’entreprise gardoise privilégie les partenariats. Elle collabore notamment avec la start-up nantaise Sitia, conceptrice de "Trektor", le premier tracteur agricole autonome capable d'effectuer de nombreuses tâches répétitives sur différentes cultures (viticulture, maraîchage, arboriculture…). Le produit sera commercialisé par Chabas, l’une des filiales du Groupe Perret, en février 2023. "L’agriculture de demain passera par une mécanisation plus poussée et par l’introduction de l’intelligence artificielle, mais c’est une piste de réflexion récente pour nous. Notre approche consiste d’abord à nouer des relations avec les start-up avant de songer à des prises de participation", indique Bernard Perret.

Nouvelle offre commerciale

Avec 17 000 clients, dont 83 % d’agriculteurs, le Groupe Perret est un approvisionneur incontournable dans la profession. Après une année 2022 marquée par les aléas climatiques, il veille à bâtir son offre commerciale au plus près des besoins des exploitants. "Notre chiffre d’affaires a été dopé par l’inflation mondiale sur les fertilisants, dont les prix ont doublé ou triplé. En 2023, les tarifs des produits phytosanitaires pourraient augmenter de 25 %, ce qui place de nombreux vignerons en difficulté. Nous créons pour eux une offre plus économique, basée sur des produits un peu moins efficaces et sur de nouvelles solutions techniques", souligne Bernard Perret. Ce dernier cite par exemple les outils d’aide à la décision, déployés par les ingénieurs du groupe chargés de l’accompagnement aux nouvelles technologies.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition