Occitanie

Investissement

Les investissements qui marqueront 2021 dans la région toulousaine

Par Paul Falzon, le 07 janvier 2021

Locomotive de l’investissement ces dernières années, la filière aéronautique tourne au ralenti. En 2021, c’est sur le secteur énergétique, et particulièrement les énergies renouvelables, que se situera la dynamique en Haute-Garonne et dans les départements limitrophes. Découvrez notre sélection, non exhaustive, des investissements attendus.

Pour sa nouvelle activité de rénovation de TER, Safra va créée 6 000 m2 de locaux industriels.
Pour sa nouvelle activité de rénovation de TER, Safra va créée 6 000 m2 de locaux industriels. — Photo : Safra

Les projets dans l'industrie

Safra : 8 millions d’euros injectés sur l’activité de rénovation de trains 

L'albigeois Safra (245 salariés ; CA 2019 : 28 M€) a remporté auprès de la SNCF et de la Région Occitanie, le marché de la rénovation de 19 rames de TER fermes et 10 rames optionnelles. Une nouvelle activité pour le spécialiste des bus urbains, qui entraîne la construction de 6 000 m² de locaux industriels, pour un budget total de 8 millions d'euros (bâtiment et équipements). Le chantier débutera en janvier 2021. Une trentaine de salariés vont être recrutés pour participer à ce projet, ainsi que des sous-traitants pour la partie adhésive. 

Une nouvelle usine de 1 000 m2 pour les entreprises Louis 

Le fabricant de meubles personnalisables pour les entreprises Louis prévoit l'aménagement d'une nouvelle usine à Labège (31). Installé dans 700 m² dont seulement 300 m² consacrés à la production, la société va dès cet hiver entamer les travaux d'aménagement et d'extension d'un bâtiment existant pour atteindre 1 000 m² de surface utile. Le nouveau lieu, dont la livraison est prévue à l'été 2021, comprendra une ligne de production connectée ainsi qu'une ligne de désassemblage. De 14 salariés en début d’année, Louis devrait terminer l’exercice 2020 avec une vingtaine de collaborateurs.  

Themis déménage dans une nouvelle usine à Pujaudran 

Créé en 2018 sur la base de la reprise d'un atelier de mécanique de précision (ex-Maurel & Fils), à Lias (Gers), le sous-traitant aéronautique Themis (16 salariés, 1,5 M€ de CA en 2019) prépare son déménagement. La société prévoit de rejoindre la zone du Roulage, à Pujaudran, toujours dans le Gers, en toute fin d'année 2021. Le chantier de sa nouvelle usine (3 000 m2) devrait être lancé en février 2021. 3,4 millions d’euros d'investissement sont programmés, dont 1,4 millions d’euros pour le volet immobilier et 2 millions d'euros pour l'acquisition d'équipements industriels. Themis, qui se positionne sur la production de pièces élémentaires (prototypage et petites séries), compte créer une vingtaine d'emplois d'ici 2 ans. 

Tarmac consacre 4 millions d’euros pour ses activités « moteurs » 

Tarmac va créer sur son site de Tarbes près de 5000 m2 d’ateliers supplémentaires.
Tarmac va créer sur son site de Tarbes près de 5000 m2 d’ateliers supplémentaires. - Photo : Tarmac Aerosave

Spécialisé dans le stockage, la maintenance et le recyclage d'avions, Tarmac Aerosave (50 M€ de CA en 2019, 390 emplois, dont 200 à Tarbes) prévoit de booster ses activités de démantèlement et de maintenance de moteurs d'avions sur son site de Tarbes. 4 millions d’euros vont être investis dans la construction d'un nouveau hall de 5 000 m2. Livraison prévue pour le dernier trimestre 2021. Deux premières lignes seront opérationnelles dès fin 2021, l'une dédiée à l'entretien et à la réparation de moteurs CFM56 et la seconde à la déconstruction de moteurs CFM56 en fin de vie. L'atelier de 1 000 m2 actuellement dédié à ces activités sera réaménagé pour de la réparation et de la peinture de pièces de structure et de pièces en composite. 

Lisa Airplanes implante une unité chez Ségneré 

D'ici à 2024, la société savoyarde Lisa Airplanes doit implanter une unité d’assemblage de l’avion Akoya au sein des ateliers du sous-traitant Ségneré(200 salariés, CA 2019 : 17 M€) dans les Hautes-Pyrénées. L’investissement pourrait atteindre 5 millions d’euros, et générer à terme une cinquantaine d’emplois. Présenté en 2017, Akoya est un hydravion biplace doté de la technologie Seafoils2 (adaptation aéronautique d’hydrofoils) ainsi que de ski et d’ailes pivotantes, qui lui permettent de décoller et d’atterrir sans modification sur terre, sur l'eau et sur la neige. 

Stanor : 10 millions d’euros pour des capacités de stockage réfrigéré automatisé 

Le projet de Stanor prévoit la construction d’un bâtiment de 2 500 m2 au sol et d'une hauteur de 25 mètres.
Le projet de Stanor prévoit la construction d’un bâtiment de 2 500 m2 au sol et d'une hauteur de 25 mètres. - Photo : Stanor

La coopérative fruitière Tarn-et-garonnaise Stanor (70 salariés, 44 M€ de CA en 2019), spécialisée dans la pomme, vient d'engager un nouveau chantier sur sa station fruitière de Moissac (Tarn-et-Garonne). L'ambition est de se doter de nouvelles capacités de stockage réfrigérées et automatisées. Un bâtiment de 2 500 m2 au sol et d'une hauteur de 25 mètres va être réalisé pour accueillir un « transtockeur » nouvelle génération, dont la mise en service est prévue pour la fin de l'été 2021. Un investissement de 10 millions d’euros pour une capacité de stockage dynamique de 45 000 m3

Vitesco Technologies : un campus de 9 200 m2 en construction 

Filiale du groupe Continental, créée en janvier 2019 sur la base de l'ancienne division « powertrain » du groupe, Vitesco Technologies (40 000 salariés, dont 1 800 en France, 7,8 Md€ de CA en 2019) a officialisé en septembre 2020 la prise à bail d’un complexe immobilier (bureaux et laboratoires) de 9 200 m2 à construire à Toulouse, à proximité de ses locaux actuels. L'opération est portée par Midi 2i et Bouygues Immobilier. Dédié aux fonctions centrales de l’entreprise ainsi qu’aux activités de R&D, cet ensemble tertiaire, l'un des plus importants engagés à l'heure actuelle sur Toulouse, sera livré au premier trimestre 2022. Il accueillera 620 postes, soit plus des deux tiers des effectifs toulousains de l'entreprise. 

Les projets dans le secteur énergétique

Une station d'hydrogène « vert » pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac 

L'aéroport de Toulouse-Blagnac sera le premier site aéroportuaire à disposer sur sa plateforme d'une station de production (400 kg/jour en première phase) et de distribution d'hydrogène vert. À cheval sur la zone privée de l'aéroport et sur sa zone publique, elle permettra un double accès, aux pistes d'un côté et aux axes routiers périphériques de l'autre. Le coup d'envoi du chantier est prévu entre décembre 2020 et janvier 2021, pour une mise en service au second semestre 2021. L'investissement, porté par la société de projet Hyport, détenue à 51 % par Engie et à 49 % par l'Arec Occitanie, est de 7 millions d’euros, soutenu par l'Europe, l'Ademe et la Région Occitanie.

Trifylinvestit 93 millions d’euros pour un méthaniseur nouvelle génération 

Le syndicat mixte tarnais de valorisation des déchets ménagers et assimilés, Trifyl, devrait donner le coup d'envoi du chantier de réalisation d'une nouvelle usine de méthanisation (65 000 MWh/an) sur son site de Labessière-Candeil avant la fin du 1er semestre 2021. Le projet sera complété par la mise en œuvre d'une ligne de CSR (Combustibles solides de récupération), dont un tiers sera auto-consommé sur place pour alimenter son propre process de séchage. La mise en service est prévue pour 2023, avec la création d'une trentaine d'emplois directs. L'investissement est estimé à 93 millions d’euros, auxquels s'ajoute une enveloppe de près de 10 millions d’euros pour les études. 

La Shem engage 8 millions d’euros pour remplacer les conduites forcées à Soulom 

Le chantier porte sur le remplacement de 3 conduites, de 1,2 m de diamètre chacune, par une seule, de 2,1 m de diamètre. Il va s'échelonner jusqu'en 2023.
Le chantier porte sur le remplacement de 3 conduites, de 1,2 m de diamètre chacune, par une seule, de 2,1 m de diamètre. Il va s'échelonner jusqu'en 2023. - Photo : © Shem

La Shem (89,7 M€ de CA, 320 salariés), filiale toulousaine d'Engie spécialisée dans la production hydroélectrique, va investir 8 millions d’euros dans la rénovation de conduites forcées à Soulom, dans les Hautes-Pyrénées. Une première phase de dépollution du site a été réalisée en 2020. Le chantier proprement dit devrait être engagé en 2021 et s'échelonner jusqu'en 2023. Il portera sur le remplacement de 3 conduites, de 1,2 m de diamètre chacune, par une seule, de 2,1 m de diamètre, le tout sur une longueur de 280 m, avec un dénivelé de 110 m. L'opération prévoit aussi le remplacement de la vanne de tête et de la vanne de garde, deux pièces imposantes de sécurité. 

Générale du Solaireinstalle une centrale photovoltaïque dans le Lot 

Après 4 centrales photovoltaïques concrétisées en 2020 dans le Tarn et la Haute-Garonne, Générale du Solaire, dont le siège est à Paris, prévoit un nouveau raccordement en Occitanie pour 2021 : une centrale au sol d'une puissance de 18,5 MWc à Loubressac, dans le Lot. L'investissement est de 13 millions d’euros, avec l'aménagement d'une infrastructure dédiée de plus de 10 km pour assurer le raccordement au réseau. L'électricité produite sera réservée aux entreprises et collectivités du territoire, dans le cadre d'un partenariat avec Volterres, une filiale du groupe lyonnais Sun'R, dont les services permettent une traçabilité de l'électricité, via la technologie blockchain. 

Biomethadour concrétise une centrale de méthanisation à Momères 

Le projet, soutenu par la Région, l'Ademe et la communauté de communes Tarbes-Lourdes-Pyrénées, est porté par un collectif de 5 éleveurs regroupés dans la SAS Biométhadour. Au programme : la construction d'une centrale de méthanisation à Momères, dans les Hautes-Pyrénées. La maîtrise d'œuvre et la conduite du projet ont été confiées au bureau d'études Naskeo Environnement, basé à Malakoff (Hauts-de-Seine). Les travaux s'échelonneront jusqu'en juillet 2021 pour un investissement de 4,5 millions d’euros. L'usine est dimensionnée pour traiter 15 m3 par jour de déchets agricoles, pour une production de 110 Nm3/h de biométhane, directement injectés dans le réseau de GRDF. 

Urbasolar réalise cinq projets photovoltaïques dans les Hautes-Pyrénées 

Urbasolar revendique déjà la construction de plus de 550 centrales solaires, comme ici à Nizas dans l’Hérault.
Urbasolar revendique déjà la construction de plus de 550 centrales solaires, comme ici à Nizas dans l’Hérault. - Photo : Urbasolar

Le Syndicat Départemental d’Énergie des Hautes-Pyrénées (SDE65) a signé un partenariat avec la société montpelliéraine Urbasolar pour la réalisation dans les Hautes-Pyrénées de 5 projets photovoltaïques. Puissance totale : 22,7 MWc. Ces 5 projets (2 centrales au sol, 2 ombrières de parking et un aménagement en toiture), prévus sur les 4 communes de Rabastens-de-Bigorre, Orleix, Bours et Pintac, portent sur une puissance totale de 22,7 MWc. Les chantiers s'échelonneront de début 2021 à fin 2023. Le coût des opérations, porté en co-investissement par Urbasolar et la SEM Ha-Py Energies (une société d'économie mixte constituée par le SDE 65 et Capgen, une filiale du Crédit Agricole Pyrénées-Gascogne), avoisine les 22 millions d’euros. 

RTE/Enedis investit 28 millions d’euros pour un nouveau poste source à Balma 

Enedis et RTE ont engagé la construction d'un nouveau poste source à Balma (Haute-Garonne). Réalisé sur un terrain de 5 500 m2, il assurera l'interface entre le réseau de transport d'électricité de RTE et le réseau de distribution public d'électricité exploité par Enedis, et la transformation d'électricité haute tension (225 000 volts) en moyenne tension (20 000 volts). Un investissement de 28 millions d’euros pour accompagner le développement démographique et économique du Nord-Est de l'agglomération toulousaine (7 500 logements supplémentaires attendus en moyenne chaque année jusqu’en 2025 et l'arrivée de nouvelles entreprises). Mise en service prévue pour le printemps 2021. 

Hydrocop modernise deux centrales hydroélectriques à Lourdes 

Le groupe toulousain Hydrocop (25 M€ de chiffre d'affaires en 2019, 41 salariés) prévoit la modernisation de deux centrales hydroélectriques, nouvellement acquises (en partenariat avec Sudhydro) à Lourdes, sur le Gave de Pau, dans les Hautes-Pyrénées. 6 millions d’euros d'investissement sont prévus pour ces deux chantiers qui seront conduits en parallèle. A l'arrivée, la puissance installée cumulées des deux usines sera portée de 0,8 MW à près de 2 MW, pour une capacité de production attendue de plus de 8 GWh/an, contre 3,7 Gwh actuellement. Les travaux seront engagés avant l'été 2021 et s'échelonneront sur un peu plus d'une année. 

Pour sa nouvelle activité de rénovation de TER, Safra va créée 6 000 m2 de locaux industriels.
Pour sa nouvelle activité de rénovation de TER, Safra va créée 6 000 m2 de locaux industriels. — Photo : Safra

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail