Montpellier

Commerce

L'Échelle Européenne projette 20 implantations à l'étranger d'ici 2025

Par Anthony Rey, le 21 décembre 2021

Bouclant son quadrillage du territoire national, l’héraultais L’Échelle Européenne, spécialiste de la hauteur, va accélérer le déploiement de ses agences en Europe et en Amérique. En forte croissance, il prévoit aussi 30 créations d’emplois en 2022.

L’Échelle Européenne est un spécialiste des échelles, rambardes et systèmes de travail en hauteur.
L’Échelle Européenne est un spécialiste des échelles, rambardes et systèmes de travail en hauteur. — Photo : L'Echelle Européenne

Fabricant depuis plus de 35 ans d’escaliers, de rambardes et de systèmes de travail en hauteur, L’Échelle Européenne (230 salariés) achève un plan de croissance quinquennal qui devait l’amener à 60 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2021. L’objectif étant atteint, l’entreprise basée à Saint-Jean-de-Védas (Hérault), près de Montpellier, lance une nouvelle stratégie qui, cette fois, devra la propulser vers les 80 millions d’euros d’ici 2025.

L’élargissement des cibles

Parmi les axes de croissance suivis ces derniers mois, L’Échelle Européenne a densifié sa présence dans l’e-commerce. Au site visant ses clients professionnels, elle a ajouté, en 2021, une nouvelle vitrine destinée à une clientèle de particuliers. "Ce site dédié à la vente d’escaliers dispose d’un configurateur permettant aux particuliers de faire des plans et devis. Mais nous restons d’abord sur un positionnement B to B. L’e-commerce nous permet d’apporter un flux important de professionnels en magasins : ils repèrent un produit et viennent se faire conseiller sur place. Cela nous a aussi permis de soutenir en partie l’activité alors que tant chantiers ont fermé en 2020 en raison de la pandémie", analyse le président de l’Échelle Européenne, Georges Morales.

Un autre levier de croissance a été trouvé par l’Échelle Européenne dans la diversification. Après l’ouverture d’une agence spécialisée dans la location montée d’échafaudages fixes à Montpellier à Bordeaux il y a quelques années, elle vient d’ouvrir coup sur coup deux autres sites à Toulouse et à Nantes. De même, elle poursuit le développement de sa filiale Adrénaline (50 salariés), spécialisée dans les travaux en hauteur d’accès difficile, qui nécessitent l’intervention de cordistes : après Bordeaux, elle vient d’ouvrir Paris et Marseille, et cible désormais la Bretagne et le Vaucluse. "C’est une niche de marché, mais qui nous a permis de signer de belles références comme Disneyland Paris ou le port de Marseille, qui utilise de nombreuses grues", précise Georges Morales.

Un nouveau rayonnement international

Pour aborder dans les meilleures conditions son nouveau plan quinquennal, l’entreprise va d’abord se renforcer en effectifs, avec l’embauche de 30 personnes prévue en 2022. "Après avoir eu largement recours à l’intérim en développant Adrénaline et la branche montage, nous allons titulariser ces personnes, et en recruter d’autres", précise Georges Morales. Sur le plan commercial, l’Échelle Européenne, qui se déploie sur un réseau de 53 magasins en succursales et en franchises, va bientôt achever le maillage territorial de la France. "Seuls quelques trous dans la raquette subsistent, comme Besançon, Tours ou Le Mans, où nous serons bientôt", évalue son président.

C’est vers l’international que la PME se tourne à présent. En Europe, elle est déjà installée à Genève (Suisse), depuis 2020, et surtout en Espagne : après l’effondrement du marché immobilier local en 2008, son implantation a chuté de dix à trois agences. Elle veut relancer ce réseau, et vise un retour à une dizaine d’agences d’ici 2025. Outre-Atlantique, l’Échelle Européenne a ouvert à Toronto (Canada) en plein Covid-19, et nourrit d’autres ambitions pour ce marché. "Ce sera notre appui pour nous projeter ensuite vers les États-Unis, mais pas avant 2023 ou 2024", annonce Georges Morales. Environ dix ouvertures sont aussi évoquées pour l’Amérique du Nord. Enfin, des candidats se manifestent au Maroc pour importer la franchise, mais sur ce marché comme sur les autres, insiste le président de la PME, "beaucoup de décisions restent conditionnées aux aléas de la crise sanitaire".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition