Montpellier

Environnement

Le spécialiste de la neutralité carbone Sweep lève 4,1 millions d'euros pour son lancement

Par Anthony Rey, le 28 avril 2021

La nouvelle start-up montpelliéraine Sweep lève des fonds pour le déploiement de sa plateforme visant les entreprises qui veulent réduire leur empreinte carbone. Cofondée par Rachel Delacour (ex-Bime Analytics), elle prévoit d’atteindre le seuil des 30 salariés dès 2021 et affiche des ambitions mondiales.

Rachel Delacour entourée des autres cofondateurs de Sweep : Nicolas Raspal, Raphaël Gueller et Yannick Chaze.
Rachel Delacour entourée des autres cofondateurs de Sweep : Nicolas Raspal, Raphaël Gueller et Yannick Chaze. — Photo : Sweep

Quelques mois après sa création et une première phase de développement conduite dans le plus grand secret, la start-up Sweep (15 salariés) se dévoile avec le lancement officiel, le 28 avril, de sa plateforme dédiée à la réduction de l’empreinte carbone des entreprises. C’est un retour aux affaires pour sa cofondatrice Rachel Delacour, des années après la création de son ancienne entreprise Bime Analytics (acquise en 2016 par l’américain Zendesk pour 45 millions d’euros) et un passage à la coprésidence de France Digitale, l’association qui représente 1 500 entrepreneurs et investisseurs du numérique français.

Une plateforme intégrée et collaborative

Basée à Montpellier, Sweep est une start-up spécialisée dans les stratégies bas carbone (ou "climatech") qui édite un logiciel conçu comme un outil de pilotage pour les entreprises. Il leur permet de cartographier toutes les sources d’émission de gaz à effet de serre au sein de leur organisation, en les classant par marques, produits, départements ou implantations géographiques. Il s’agit, selon Sweep, de se projeter vers un objectif de "net zéro" (neutralité carbone) de façon plus précise et opérationnelle que les solutions existantes. "Une entreprise qui s’engage contre le réchauffement climatique n’a à sa disposition que des consultants ou des rapports rédigés sous Excel. Tout est très fragmenté, si bien qu’elle doit payer un accompagnement expert ou recruter des salariés qui vont passer beaucoup de temps à collecter ces datas, plutôt que de lancer de vraies actions de réduction. Sweep propose une seule plateforme évolutive pour gérer ces éléments, dans une démarche collaborative incluant les salariés, car la donnée carbone est partout dans l’entreprise", résume Rachel Delacour.

La dimension collaborative de cet outil ne se limite pas aux effectifs de l’entreprise : une fonctionnalité permet à l’entreprise d’engager dans la même démarche d’analyse ses fournisseurs ou autres partenaires de sa supply chain. "La plateforme est pensée comme un arbre pourvu de plusieurs branches : produits, marques, zones géographiques, etc. L’entreprise utilisatrice peut ensuite inviter ses partenaires pour qu’ils construisent leur propre arbre. Sweep repère les points chauds sur chaque arbre, et peut indiquer quelle est la trajectoire que doit prendre l’entreprise en fonction de ses objectifs ou de son organisation", poursuit Rachel Delacour.

Un élargissement du marché de la décarbonation

Par ailleurs, la plateforme créée par Sweep intègre une autre fonctionnalité décisive : une place de marché, qui fonctionne comme un large catalogue de projets de réduction et de séquestration d’émissions carbone, ou l’entreprise pourra puiser pour mettre en place sa stratégie de décarbonation. La climatech montpelliéraine indique qu’elle est allée très loin dans cette démarche de recensement de projets. "Nous disposons des experts pour passer au crible ces programmes de séquestration, en incluant ceux qui ne sont pas obligatoirement certifiés par les industriels traditionnels. Souvent, les plus petits de ces projets n’ont pas les moyens pour se payer une certification. Nous outil permet de les réintégrer dans les grands circuits de la finance carbone", souligne Rachel Delacour.

Pour ce déploiement commercial, Sweep annonce une levée de fonds de 5 millions de dollars (4,1 millions d’euros), bouclée auprès des fonds New Wave (cofondé par Xavier Niel, PDG de Free), 2050 et La Famiglia, ainsi que d’investisseurs individuels basés dans l’écosystème numérique californien. La start-up qui emploie déjà 15 salariés, prévoit de doubler ces effectifs dès cette année.

Avec des bases d’opérations situées à Londres et en Californie, en plus de son siège de Montpellier, Sweep affiche des ambitions mondiales. Elle gère un portefeuille de plusieurs grands groupes (sans citer de noms) qui évoluent dans l’industrie, la production manufacturière ou le textile. La start-up réfléchit déjà aux moyens d’aller encore plus loin. "Je veux être la première climatech à réussir son introduction en Bourse, non pas pouvoir revendiquer l’exploit, mais pour prouver et faire passer le message que ce type d’entreprise génère de la valeur, en plus d’agir au bénéfice de tous", conclut Rachel Delacour.

Rachel Delacour entourée des autres cofondateurs de Sweep : Nicolas Raspal, Raphaël Gueller et Yannick Chaze.
Rachel Delacour entourée des autres cofondateurs de Sweep : Nicolas Raspal, Raphaël Gueller et Yannick Chaze. — Photo : Sweep

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail