Gard

Technologies

Le nîmois Ineo-Sense lance le déploiement massif de ses capteurs

Par Anthony Rey, le 06 mai 2021

Fabricant nîmois d’objets connectés, Ineo-Sense accélère sa croissance vers de nouveaux marchés tels que la ville intelligente. Avec des contrats impliquant le déploiement de centaines de milliers, voire de millions de capteurs, la PME prévoit de doubler de taille en 2021.

Le PDG d’Ineo-Sense, Olivier Guilbaud, a été un des cofondateurs de Coronis Systems, précurseur des objets connectés en Languedoc-Roussillon dans les années 2000.
Le PDG d’Ineo-Sense, Olivier Guilbaud, a été un des cofondateurs de Coronis Systems, précurseur des objets connectés en Languedoc-Roussillon dans les années 2000. — Photo : Ineo-Sense

Récemment sélectionnée par Scale Up Excellence, l’accélérateur inter-French Tech, l’entreprise nîmoise Ineo-Sense (15 salariés, CA 2020 : 1 M€) se prépare à changer de taille. Concepteur et fabricant de capteurs sans-fil pour milieux industriels, il s’était largement développé, depuis sa création en 2010, comme fournisseur de la filière aéronautique. Avec la crise sanitaire de 2020, qui a quasiment mis ce secteur à l’arrêt, Ineo-Sense a prospecté de nouveaux marchés, en développant notamment des applications pour la smart city (ville intelligente) et le smart building (immeuble connecté).

Des débouchés dans la ville intelligente

Ces efforts portent leurs fruits. En mai 2021, Ineo-Sense commence à fournir l’opérateur de stationnement d’une grande métropole française : elle va d’abord équiper deux de ses parkings, puis 18 d’un coup. "Nous avons développé une solution complète de guidage des voitures à la place de parking. Elle fonctionne totalement par signal radio, avec une qualité et une précision supérieures aux autres produits disponibles sur le marché", détaille Olivier Guilbaud, PDG d’Ineo-Sense.

Ce premier déploiement en appellera sans doute d’autres sur le même créneau : Ineo-Sense est déjà en pourparlers avancés avec les deux groupes privés leaders de ce marché, Indigo (660 parkings) et Effia (600 parkings). La PME nîmoise va démarrer, sous peu, des tests autour de sa solution dans certains sites leur appartenant.

De même, Ineo-Sense est en train de diffuser ses produits auprès d’un opérateur spécialiste de la gestion énergétique des bâtiments, basé en Australie. Après avoir installé une première tranche de 5 000 capteurs, l’entreprise gardoise lance le déploiement de 50 000 capteurs auprès du même client en 2021. "Ce seul contrat représente un million d’euros de chiffre d’affaires, soit le total de notre activité en 2020", précise Olivier Guilbaud.

Une nouvelle maturité technologique

Par ailleurs, Ineo-Sense poursuit son activité sur son cœur de marché historique, l’industrie, avec de nouveaux cas d’usage. L'entreprise vient par exemple de signer son premier contrat dans l’industrie navale, avec Naval Group, pour un système monitorant l’outillage des sous-marins nucléaires. "Nous allons nous positionner sur les appels d’offres ouverts par les grands chantiers navals, car notre technologie permet de simplifier les opérations d’outillage et d’en améliorer la traçabilité", annonce Olivier Guilbaud, qui ajoute que des démarches sont ouvertes, dans le même esprit, en direction du secteur spatial.

Riche de ces développements, Ineo-Sense prévoit de doubler de taille en 2021, avec un prévisionnel de 2 millions d’euros en 2021. L'entreprise table sur une croissance moyenne de 30 à 50 % les prochaines années, en portant notamment la part de l’export de 20 à 40 %. Mais au-delà de ses positionnements stratégiques, Ineo-Sense vient de passer un cap technologique qui lui permet de voir plus grand. "La crise sanitaire nous a fait gagner six mois de R & D. Nous disposons d’une nouvelle génération de capteurs, qui peuvent être déployés plus facilement avec un coût de revient optimisé. Cela signifie que nous pouvons installer non plus des dizaines, mais des centaines de milliers, voire des millions de capteurs. Et cela se produit au bon moment, car après des années de tâtonnements, le déploiement industriel des objets connectés commence à peine. Les grands groupes ont compris ce qu’ils apportent, mais le marché n’atteindra une masse critique qu’avec des prix optimisés", conclut Olivier Guilbaud.

Le PDG d’Ineo-Sense, Olivier Guilbaud, a été un des cofondateurs de Coronis Systems, précurseur des objets connectés en Languedoc-Roussillon dans les années 2000.
Le PDG d’Ineo-Sense, Olivier Guilbaud, a été un des cofondateurs de Coronis Systems, précurseur des objets connectés en Languedoc-Roussillon dans les années 2000. — Photo : Ineo-Sense

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail