Tarn

Santé

Le laboratoire spécialiste de l'olfaction Phodé accélère en Chine

Par Marina Angel, le 30 avril 2022

La société tarnaise Phodé, spécialisée dans le développement d’additifs sensoriels, enregistre une forte progression de ses ventes en Chine. Le fruit d’une stratégie engagée il y a plus de 10 ans.

Daniel Eclache, fondateur et président de Phodé, à Terssac.
Daniel Eclache, fondateur et président de Phodé, à Terssac. — Photo : Phodé

"Réussir sur le marché chinois ne s’improvise pas, il faut être à la fois patient, tenace et faire preuve d’une grande capacité d’adaptation", résume Daniel Eclache, fondateur et président de Phodé (108 salariés, CA 2021 : 23 M€). Spécialisée dans le développement d’additifs sensoriels (arômes masquant le mauvais goût, actifs olfactifs intervenant dans la gestion du stress, arômes alimentaires) la société, créée en 1997 et basée à Terssac (Tarn), réalise 70 % de son chiffre d’affaires à l’international. "Nos produits sont vendus dans une quarantaine de pays, via de nombreux accords de distribution, mais pour la Chine, nous avons fait le choix d’une implantation physique", précise le chef d’entreprise.

Croissance de 30 % de l’activité en Chine

La filiale chinoise, dont la direction a été confiée à Liang Tian, un jeune ingénieur chinois, diplômé de l’École des Mines d’Albi, a été lancée en décembre 2011, à Pékin. Les premiers pas sont laborieux (la société reconnaît avoir perdu de l’argent pendant plusieurs années). "En Chine, les codes culturels sont très différents de nos codes occidentaux, le rapport au temps n’est pas le même. À cela s’ajoute une réglementation très complexe", explique Daniel Eclache. Mais 10 ans plus tard, les résultats sont là : l’équipe chinoise compte six personnes, ses réseaux couvrent une dizaine de provinces et le chiffre d’affaires réalisé en Chine s’est établi à 3,9 millions d’euros en 2021, en progression de 30 % sur un an. La crise sanitaire n’a pas freiné la croissance globale de la société. "Le ralentissement des ventes sur certains pays a été compensé par quelques bonnes surprises, dont la Chine", se félicite Daniel Eclache.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition