Aude

BTP

Le fabricant d’isolants Actis intensifie son action de mécénat

Par Anthony Rey, le 18 novembre 2022

Leader des isolants alvéolaires, la société audoise Actis soutient depuis 40 ans la sauvegarde du patrimoine régional à travers le mécénat. Sollicitée sur le plan national, elle étend cette action vers des projets de grande envergure.

La rénovation de cette ferme médiévale du Lauragais a été aidée à deux reprises par Actis.
La rénovation de cette ferme médiévale du Lauragais a été aidée à deux reprises par Actis. — Photo : Actis

C’est une ferme médiévale nichée au cœur du Lauragais, à Biais (Haute-Garonne). Construit au XIVe siècle, l’édifice est utilisé par l’association reconnue d’utilité publique "Un Lieu pour l’Utopie", qui accueille des femmes victimes de violences conjugales et d’autres publics fragilisés, comme des migrants. Elle met ces locaux à disposition des organisations à but social, artistique ou pédagogique, afin de les aider à concrétiser leurs projets altruistes.

Quarante ans d’engagement

Basée à Limoux (Aude), la société Actis (300 salariés), fabricante d’isolants alvéolaires pour murs et toitures et leader en Europe, est déjà intervenue comme mécène de l’association en rénovant une partie de la bâtisse. Après un nouvel appel aux dons lancé par Un Lieu pour l’Utopie, Actis vient de soutenir un chantier sur une autre dépendance du bâtiment, qui intègre un studio, un dortoir et une cuisine. En fournissant 240 m2 d’isolants et en formant le technicien chargé de la pose et ce à titre gracieux, l’entreprise permet à la ferme de continuer à recevoir du public. "Nous produisons des isolants souples, ce qui a permis de rénover ce bâtiment sans rehausser la toiture et donc sans le détériorer. C’est une ligne de conduite que suit l’entreprise depuis sa création (en 1980, NDLR), en s’impliquant dans la préservation du patrimoine local", confie Gabriel de Cinque, responsable communication d’Actis.

En effet, depuis plus de 40 ans, Actis mène des actions de mécénat afin d’aider la préservation du patrimoine architectural français, sur le même mode qu’à Biais : "en proposant des produits qui ne modifient pas l’aspect extérieur des bâtis anciens", fait-elle savoir. L’entreprise audoise qualifie de "microprojets" (budgets non communiqués) les dossiers où elle s’implique en local, à raison d’une dizaine d’opérations par an. Parmi les chantiers aidés au cours des derniers mois figure notamment un refuge en Ariège. Mais un chantier se démarque par son ampleur en Occitanie : la sauvegarde du Canal du Midi, menacé par un champignon qui décime les platanes plantés le long de ses 240 km. En février 2022, Actis a ainsi rejoint le Club des mécènes du canal en soutenant le programme de replantation, pour une durée d’au moins trois ans.

Des contributions nationales à venir

Néanmoins, Actis, tout en restant sur cette ligne de proximité, va aussi participer à des actions de plus grande envergure. "La vogue des influenceurs sur réseaux sociaux n’a pas épargné le milieu des couvreurs : en faisant connaître nos produits, ils contribuent à faire rayonner notre marque et nous sommes de plus en plus sollicités sur le plan national", constate Gabriel de Cinque. Ainsi, l’an passé, Actis a déjà soutenu la candidature des couvreurs-zingueurs de Paris au Patrimoine mondial culturel immatériel de l’Unesco. Son objectif était là, "de faire rayonner ce métier participant à la richesse de notre patrimoine architectural".

Plus récemment, l’entreprise audoise a été sollicitée pour soutenir le programme de rénovation énergétique du Grand Palais de Paris, lancée en vue des Jeux Olympiques de 2024. Le budget global de l’opération se chiffrant à quelque 466 millions d’euros, la contribution de la société audoise devrait être plus importante que d’ordinaire. En attendant de la valider en 2023, Actis met en avant le point commun entre ce chantier, portant sur un monument vieux de 120 ans, et les autres, comme celui du Canal du Midi classé Patrimoine Mondial de l’Unesco : "toutes ces actions s’inscrivent dans la démarche RSE de l’entreprise et dans sa volonté de contribuer à préserver, tant sur le plan local que national, la richesse de cet environnement unique français".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition