Aude

E-commerce

La plateforme de livraison de repas Sacré Armand vise les 60 ouvertures de franchises d'ici la fin d'année

Par Anthony Rey, le 25 juin 2021

La plateforme de livraison de repas Sacré Armand, basée à Carcassonne (Aude), accélère sa croissance en franchise avec 60 implantations prévues en 2021, dont une première incursion en Espagne. L’entreprise, qui se développe en s’alliant aux producteurs locaux dans chaque territoire, mise sur son approche éthique pour se démarquer des ténors du secteur.

Damien Romera et Cédric Vigne sont les cofondateurs de Sacré Armand.
Damien Romera et Cédric Vigne sont les cofondateurs de Sacré Armand. — Photo : Sacré Armand

Fondée en 2016 à Carcassonne (Aude), l’entreprise Sacré Armand (31 salariés) connaît une accélération sensible de son activité depuis 18 mois et la pandémie de Covid-19. Spécialisée dans la livraison de repas à domicile, la plateforme travaille exclusivement avec des acteurs indépendants locaux (producteurs, restaurateurs, commerces alimentaires), en proposant des produits prêts à manger ou à cuisiner. "L’offre destinée aux particuliers se focalise sur la restauration : nous travaillons ici avec des artisans locaux, à qui nous proposons gratuitement le click & collect. Parallèlement, nous développons le segment des entreprises, avec une offre de traiteur-repas qualitative. Enfin, nous sourçons les producteurs, en fonction des cultures propres à chaque territoire, pour augmenter notre notoriété et enrichir cette offre globalement", explique Damien Romera, PDG de Sacré Armand.

L’accélération du déploiement national

Démarrée dans le Languedoc autour des villes de Carcassonne, Narbonne (Aude) et Béziers (Hérault), l’activité de Sacré Armand s’étend nationalement, avec 11 franchisés à ce jour. La PME compte une quarantaine d’ouvertures en cours, avec un objectif de 60 franchises d’ici la fin 2021. Les prochaines installations, au cours de l’été, sont prévues à La Roche-sur-Yon, Tours, Avignon, Arcachon ou Bayonne.

Chaque franchise est opérée par un binôme chargé de l’exploitation et par un livreur salarié, qui épaule une équipe de coursiers freelance. Soit une dizaine de personnes au total. "Lors de la crise sanitaire, beaucoup de structures se sont lancées dans la livraison de repas à domicile, mais il est parfois compliqué de gérer, tout seul, une plateforme sur des sujets comme l’acquisition de clients ou la communication. Le développement du format de franchise nous permet de soutenir ces indépendants sur tous ces aspects, autour de valeurs communes comme le bien-manger ou le respect des modes de vie locaux", poursuit Damien Romera.

Une plateforme à la démarche éthique

Face aux géants du secteur (Deliveroo, Uber Eats, etc.), Sacré Armand base tout son marketing sur sa démarche éthique : la plateforme ne livre que dans une limite de 15 km, salarie ses livreurs, privilégie le zéro emballage, et travaille donc seulement avec des fournisseurs locaux. "Ces marques, qui sont focalisées sur une cible jeune, multiplient les remises pour avoir le plus de clients. Sacré Armand affiche un panier moyen dont le prix est un peu plus élevé, mais nous pensons qu’il est possible de grandir en restant fidèles à notre choix initial de soutenir les indépendants", insiste Damien Romera.

Le PDG de Sacré Armand rajoute que le taux de satisfaction atteint 95 % pour le service-clients, et 100 % pour la livraison. La PME audoise, qui ne communique pas sur son chiffre d’affaires, indique qu’elle a réalisé son prévisionnel 2021 au 30 avril, et prévoit de tripler ou quadrupler son activité sur l’exercice en cours.

Parmi les ouvertures à venir, Sacré Armand en prévoit une, en octobre, à Barcelone (Espagne), où elle a basé une partie de ses effectifs (15 personnes), pour gérer le marketing et, en partie, la plateforme technique. Elle compte s’appuyer sur elle pour valider son concept sur un autre marché avant d’enclencher, vers 2023, le développement international. "Si nous avons déjà réussi dans des petites villes ou villes moyennes de la ruralité, nous pensons réussir aussi dans de grandes métropoles. En Europe, nous ciblerons d’abord la communauté des Français installés dans ces villes, qui sont plus de 40 000 à Barcelone", annonce Damien Romera.

Damien Romera et Cédric Vigne sont les cofondateurs de Sacré Armand.
Damien Romera et Cédric Vigne sont les cofondateurs de Sacré Armand. — Photo : Sacré Armand

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail