Montpellier

Financement

La plateforme de financement participatif Enerfip lance le Bon Coin des actions vertes

Par Anthony Rey, le 09 septembre 2022

Plateforme de financement participatif pour les projets de la transition énergétique, Enerfip se dote d’un espace permettant aux souscripteurs de vendre ou racheter des titres. De quoi nourrir la croissance de la PME montpelliéraine, qui passera à l’échelle européenne en 2023.

Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip.
Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip. — Photo : Enerfip

Après l’adoption, en novembre 2021, d’une nouvelle réglementation uniformisant la finance verte dans l’Union Européenne, la plateforme de financement participatif pour les projets d’énergies renouvelables basée à Montpellier, Enerfip (30 salariés, CA 2021 : 2 M€), enregistre une nouvelle accélération de croissance. Elle vient de passer le cap des 260 millions d’euros collectés, soit 400 projets financés depuis sa création en 2014. Après avoir bondi de 32 à 105 millions l’an passé, son compteur affichait déjà plus de 90 millions collectés au début du mois de septembre.

Une première dans la finance verte

Si elle profite d’une prise de conscience généralisée des épargnants autour des enjeux de développement durable, Enerfip veut aller plus loin dans l’accompagnement des souscripteurs. Après 4 années de R & D, l’entreprise montpelliéraine a finalisé et mis en place un espace d’échange de gré à gré dans le domaine de la finance verte.

Selon le directeur général et cofondateur d’Enerfip, Julien Hostache, il s’agit du premier outil de ce type pour des produits financiers non côtés : fonctionnant comme un marché secondaire, cet espace, fondu dans l’interface habituelle de la plateforme, permet à un investisseur de récupérer sa mise ou bien de racheter des titres mis en vente par d’autres. "Nous traversons un contexte incertain, lié notamment à la guerre en Ukraine, ce qui peut gripper la décision d’investir dans les projets de la transition énergétique : les gens préfèrent parfois laisser leur argent sur leur compte courant ou un livret A. Avec cet outil, nous voulons fluidifier l’investissement, sécuriser le souscripteur dans sa décision, en lui donnant le moyen de recouvrer facilement ses liquidités en cas de besoin", explique Julien Hostache. En quelques semaines, cette nouvelle fonctionnalité a déjà permis 270 échanges de titres.

Le grand saut en Europe

Se donnant les moyens d’attirer toujours plus d’investisseurs, tout en profitant d’un environnement plus porteur en Europe, Enerfip active son déploiement dans tout le continent. Elle vient d’inaugurer son premier bureau à Madrid (Espagne), chargé de couvrir l’ensemble de la péninsule ibérique. La structure, qui emploie 2 personnes, se renforcera avec 2 ou 3 embauches dans un an.

Pour 2023, Enerfip compte se tourner, de la même façon, vers l’Italie, l’Europe du Nord, ainsi que l’Europe de l’Est. Sur ce dernier point, Julien Hostache commente : "C’est un marché qui a d’énormes besoins. Il est encore très dépendant des énergies fossiles russes et veut s’en affranchir avec le soutien de l’Union Européenne. Des projets d’énergies renouvelables vont sortir et pourront associer l’ensemble des investisseurs européens". Par ailleurs, Enerfip envisage aussi des opérations de croissance externe pour appuyer son développement en Europe. Au total, la plateforme espère faire un nouveau bond de croissance, en collectant de 300 à 400 millions d’euros dès 2023 sur l’ensemble de ces nouvelles filiales.

Mais les dirigeants estiment que la pédagogie autour du financement citoyen ne doit pas faiblir. Ils organisent, du 19 au 24 septembre 2022, une opération nommée "Enerfip en roue libre" : cet événement sportif visera à rallier Montpellier depuis Toulouse, en 6 étapes programmées pour aller à la rencontre des acteurs de la transition énergétique, pour en montrer la diversité et ainsi motiver de nouveaux donateurs. Une collecte organisée pour le compte de l’ONG La Guilde permettra, en outre, de financer la première centrale solaire en autoconsommation au Liban.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition