Haute-Garonne

Réseaux économiques

La French Tech Toulouse veut attirer de nouveaux talents

Par Paul Falzon, le 15 juin 2021

Deux ans après sa création, la French Tech Toulouse lance plusieurs programmes pour accompagner ses adhérents dans la reprise d’activité. Au menu, un dispositif centré sur les salariés en reconversion et une initiative sur les entreprises à impact.

Les membres du conseil d’administration de la French Tech Toulouse avec Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique.
Les membres du conseil d’administration de la French Tech Toulouse avec Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique. — Photo : Paul Falzon

Deux ans après sa création, la French Tech Toulouse donne un coup d’accélérateur à ses actions. La sortie progressive du confinement a incité l’association, porteuse du label "Capitale French tech, à lancer plusieurs initiatives autour de la reprise économique. Fraîchement installée dans la Cité des start-up, à Montaudran, la French Tech Toulouse a choisi ce cadre pour un premier événement public, le 6 juillet, destiné à ses 235 adhérents et à ses partenaires, avec des conférences et des focus sur trois thématiques : deeptech, financement et impact.

Des effectifs renforcés

Mais c’est surtout via ses outils d’accompagnement que le réseau entend s’installer comme un acteur central de la Tech à Toulouse. "En 2020, nous avons permis à 56 entreprises de bénéficier des programmes nationaux de la French Tech, un chiffre qui devrait doubler cette année", indique Alexis Janicot, directeur général de French Tech Toulouse. Pour améliorer le service aux adhérents, l’association a étoffé ses effectifs, porté à sept salariés, et lancé trois nouveaux dispositifs.

Un premier programme né à Toulouse, Tech Transition, vise à attirer les nouveaux entrepreneurs dans l’univers de la Tech. "On estime à 10 000 le nombre d’emplois menacés dans la région, et à 30 000 le nombre de salariés qui envisagent de se reconvertir : nous voulons leur expliquer qu’il est possible de s’engager dans l’entrepreneuriat ou à rejoindre une entreprise innovante, détaille Karim Ben Dhia, vice-président de French Tech Toulouse et PDG d’Adveez. Nos besoins ne se situent pas que dans le digital : tous les types de profils peuvent contribuer à l’écosystème." Une expérimentation menée avec vingt salariés doit permettre de préciser les besoins d’accompagnement des personnes en reconversion : une plateforme numérique verra le jour à la rentrée pour faciliter ce type de transitions.

Faire grandir les entreprises à impact

La deuxième initiative est la déclinaison à Toulouse du programme d’accélération Scale Up, commun avec les écosystèmes French Tech Lille, French Tech Méditerranée, French Tech One Lyon Saint-Etienne. Après l’annonce fin avril des 21 lauréats occitans, le programme a officiellement démarré le 25 mai. Il prévoit quatre rencontres business entre septembre et décembre, des ateliers dédiés à la compétitivité, une adhésion à un club inter-capitales French Tech, et un accès privilégié au programme French Tech Central.

Le troisième dispositif est lui 100 % toulousain : "La Tech a du cœur" vise à renforcer la structuration et la pérennité des entreprises innovantes à impact, via la professionnalisation des pratiques et la mise en relation avec des acteurs du financement. L’expérimentation d’un outil de pilotage de l’impact est en cours auprès d’une vingtaine d’entreprises : le programme bénéficie d’un budget de 120 000 euros.

Les membres du conseil d’administration de la French Tech Toulouse avec Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique.
Les membres du conseil d’administration de la French Tech Toulouse avec Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique. — Photo : Paul Falzon

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail