Pyrénées-Orientales

Banque

La Banque Populaire du Sud lance une banque de la transition énergétique

Par Anthony Rey, le 28 septembre 2022

La Banque Populaire du Sud lance un nouveau label, la Banque de la Transition Énergétique, afin de mettre en œuvre un accompagnement sur mesure des entreprises sur le sujet. Elle prévoit de mobiliser 150 millions d’euros dans ce cadre en 2023.

La Banque Populaire du Sud va déployer la Banque de la Transition Énergétique dans ses 262 agences.
La Banque Populaire du Sud va déployer la Banque de la Transition Énergétique dans ses 262 agences. — Photo : Groupe BPS

Basée à Perpignan (Pyrénées-Orientales), la Banque Populaire du Sud (BPS, 2 200 salariés, 262 agences) rassemble ses moyens financiers et opérationnels au service de la transition énergétique dans un nouveau dispositif. Après avoir bâti un réseau d’agences spécialisées (Pop-Green) et porté son volume de "crédits verts" à 50 millions d’euros en 2022, elle franchit un cap en lançant la Banque de la Transition Énergétique (BTE) : créé en 2021 par la Banque Populaire Auvergne-Rhône-Alpes, ce nouveau label vise à déployer un accompagnement sur mesure des projets locaux sur son territoire (Ardèche Sud, Ariège, Aude, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales).

Une logique de circuit court

La Banque de la Transition Énergétique ambitionne d’accompagner les clients de la BPS (un milliard d’euros de fonds propres, 500 000 clients) en mobilisant un financement et une expertise adaptés à chacun de leurs projets de transformation énergétique : installation de panneaux photovoltaïques et basculement vers l’autoconsommation électrique pour les entreprises, investissements sur l’hydrogène pour les infrastructures portuaires, équipements de méthanisation pour les entreprises agricoles, etc. "Le sujet de la transition énergétique est devenu universel chez les acteurs économiques. Structurellement et conjoncturellement, il s’est installé au cœur des préoccupations et des priorités. La Banque Populaire du Sud dispose des capacités pour agir et accélérer sur le sujet", affirme Cyril Brun, directeur général de la BPS.

Au total, la BPS prévoit de mobiliser 150 millions d’euros, dès 2023, dans le financement de ces projets. Si les particuliers sont inclus dans le spectre de la Banque de la Transition Énergétique, le recul d’une année du côté de la BP AURA montre que 90 % des prêts sont absorbés par les entreprises, pour des tickets moyens de 300 000 euros. La BPS revendique un circuit de financement court : "la Banque de la Transition Énergétique fonctionnera avec une collecte d’épargne locale, traçable et auditable pour chacun des projets financés", insiste Cyril Brun. À titre de comparaison, le lancement de la Banque de la Transition Énergétique a permis à la BP AURA de collecter 300 millions d’épargne et de réaliser 250 millions de crédits en un an.

Un statut de tiers de confiance

Le dispositif d’accompagnement de la Banque de la Transition Énergétique va au-delà du volet financier. Il implique la création d’un réseau d’experts chargés d’identifier les meilleures solutions de transition énergétique et de conduire les travaux : installateurs photovoltaïques, bureaux d’études, bureaux d’ingénierie, courtiers en énergie, entreprises de rénovation, etc. "Pour sa part, la banque s’engage comme tiers de confiance sur la qualité de prestations qui seront réalisées", rajoute Cyril Brun. Si le réseau des futurs partenaires de la BTE en Occitanie n’est pas encore constitué, l’entreprise toulousaine Cozynergy (140 salariés), spécialiste de la rénovation énergétique, a par exemple été sélectionnée pour diffuser son offre auprès des banques régionales du groupe BPCE.

La Banque de la Transition Énergétique sera dotée d’un comité consultatif composé de personnalités qualifiées. En s’entourant d’entrepreneurs et d’institutionnels experts du sujet, la BPS veut "rester en pointe sur la transition énergétique", conclut Cyril Brun.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition