Haute-Garonne

Technologies

Imajing s’illustre dans la donnée géospatiale

Par Philippe Kallenbrunn, le 02 juin 2022

Créée en 2008, la PME Imajing cartographie les réseaux du monde entier. Indépendante, en bonne santé financière et à la pointe de l’innovation, son moteur, elle ambitionne aujourd’hui de renforcer sa présence aux États-Unis.

Fondateur et président de l’entreprise Imajing, Étienne Lamort de Gail recrute 7 personnes pour renforcer son potentiel de croissance.
Fondateur et président de l’entreprise Imajing, Étienne Lamort de Gail recrute 7 personnes pour renforcer son potentiel de croissance. — Photo : DR

La société Imajing (40 salariés, CA 2021 : 2,20 M€), basée à Labège (une filiale en Roumanie) et spécialisée dans la donnée géospatiale, conçoit une gamme d’outils qui permet de cartographier, inventorier, surveiller toute infrastructure linéaire et ses composantes. “Mon idée de départ était de permettre aux gestionnaires de territoires publics (réseaux routiers, voiries, autoroutes…), d’être indépendants de la collecte d’informations sur leur territoire, rembobine son président et fondateur Étienne Lamort de Gail, ingénieur en informatique et électronique. J’ai créé un premier produit de mobile mapping, c’est-à-dire la combinaison d’un système d’acquisition d’images calibrées et d’un système de positionnement complet d’orientation dans l’espace.” Entièrement autofinancée par son fondateur, qui tient à la liberté d’action que lui procure son modèle économique, et profitable depuis 2014, l’entreprise a grandi en remportant des appels d’offres d’envergure à l’international, où elle a noué des partenariats avec des distributeurs locaux, à l’instar des récents contrats signés au Gabon et dans le sud de la Belgique, en Wallonie, et en élargissant sa gamme logicielle. “Nous avons été freinés par le Covid au moment où nous prenions une autre dimension, confie le dirigeant. Nous voulons maintenant renforcer notre présence aux États-Unis, voire y installer une antenne. Nous avons signé avec un chemin de fer public et le DOT (department of transportation) en Floride. Nous équipons également MTA (metropolitan transport authority) à New York.”

Sept postes ouverts… en vain

Présent dans une quarantaine de pays, Imajing commercialise la troisième génération de sa caméra “imajbox” et vient de sortir un nouveau modèle doté d’un capteur 360°. Le système se fixe sur un engin mobile (voiture, train, hélicoptère, bateau…) et collecte des informations terrain géoréférencées au centimètre, qui sont ensuite traitées par la suite logicielle “imajview” et/ou partagées sur la plateforme en ligne “imajnet.” La caméra compacte, montée et assemblée par des sous-traitants de la région, est déclenchée d’un clic depuis un smartphone pour effectuer les relevés. Les cas d’usage sont nombreux. En France, SNCF Réseau recourt par exemple aux services d’Imajing pour cartographier les voies ferrées en continu, favorisant notamment le travail de maintenance. “Notre caméra est embarquée sur des trains qui parcourent le réseau tous les deux mois, ce qui permet une vision évolutive dans le temps”, précise Étienne Lamort de Gail. À Istanbul (Turquie), la technologie d’Imajing a aussi été utilisée pour la gestion de l’éclairage public. Depuis 3 ans, l’entreprise a investi dans l’intelligence artificielle afin d’offrir des services innovants. Son équipe s’est enrichie de nouveaux profils experts de la donnée géospatiale, de la navigation inertielle et GNSS (système de positionnement par satellites), de data scientists et de chercheurs en traitement d’images. Elle recrute encore aujourd’hui, non sans mal, malgré sa bonne santé financière et la pratique massive du télétravail. “Sept postes sont ouverts et je ne trouve personne, ni en France ni en Roumanie”, regrette Étienne Lamort de Gail.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition