Gard

Industrie

ErgoSanté investit pour étendre son usine d'équipements adaptés

Par Anthony Rey, le 16 novembre 2020

ErgoSanté annonce qu'elle a reçu, le 13 novembre, une subvention de 800 000 € au titre de la démarche Territoires d'industrie. L'opération prévue d'ici 2022, d'un montant global de 2 millions d'euros, permettra à l'entreprise gardoise d'agrandir son unité de fabrication d'équipements sur mesure et d'exosquelettes pour personnes valides et non valides.

Deux opérateurs équipés du dernier exosquelette fabriqué par la PME gardoise ErgoSanté
ErgoSanté a déjà écoulé plus de 300 exemplaires de son dernier modèle d'exosquelette, Hapo, alors que la demande mondiale s'envole. — Photo : ErgoSanté

Spécialiste des espaces de travail et équipements sur mesure à destination des personnes valides et non valides, ErgoSanté (80 salariés, CA 2019 : 7,4 M€) prévoit de doubler la surface actuelle de son unité de fabrication (900 m2), située à Anduze (Gard), avec achat de foncier et construction d’un nouveau bâtiment à la clef, d’ici 2022. Ce volet du projet porte sur la fabrication de sièges et équipements ergonomiques, conçus et produits au cas par cas. "Nous disposons déjà d’une bonne capacité en mécanique, textile, tapisserie, ou injection de mousse - autant d’éléments nécessaires pour fabriquer des postes de travail adaptés à tous salariés, dont ceux du tertiaire - et nous voulons encore l’augmenter. Nous nous reposions en partie sur un sous-traitant en Angleterre, et nous allons rapatrier cette activité, y compris en R & D", annonce le fondateur Samuel Corgne.

La demande mondiale pour les exosquelettes explose

Dans un second temps, une surface de 200 m2 sera réservée, à l’intérieur du nouveau bâtiment, à la production d’exosquelettes, en montant à nouveau en puissance sur la conception et la fabrication, en termes de machines, postes de travail et capacité de stockage. Cette opération correspond à une évolution de la stratégie commerciale d’ErgoSanté pour ce type de produits. "Jusqu’ici nous produisions nos exosquelettes en fonction de nos études de marché. Or la demande mondiale est en train d’exploser. Depuis le mois de mars, nous avons déjà vendu plus de 300 exemplaires de notre dernier modèle, Hapo, en France, Italie, Pays Bas, États-Unis, Mexique, Brésil et Nouvelle-Zélande. Les études montrent que le marché des exosquelettes, qui pesait 200 millions d’euros en 2019, en représentera plusieurs milliards d’ici 2022. Nous devons donc renforcer nos capacités pour produire plus et conforter notre place de fabricant leader en France", évalue Samuel Corgne.

Pour soutenir cette croissance, ErgoSanté a lancé un programme de 30 embauches en cinq ans, qui s’ajouteront aux 26 recrutements déjà réalisés en 2020. Un tiers de ces postes seront fléchés sur la production d’exosquelettes. Sur le volet commercial, l’entreprise s’appuie sur un réseau national de 13 agences en propre, qu’elle va étendre à l’étranger en 2021. Elle prévoit alors de porter son chiffre d’affaires à plus de 20 millions d’euros.

Deux opérateurs équipés du dernier exosquelette fabriqué par la PME gardoise ErgoSanté
ErgoSanté a déjà écoulé plus de 300 exemplaires de son dernier modèle d'exosquelette, Hapo, alors que la demande mondiale s'envole. — Photo : ErgoSanté

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail