Montpellier

Énergie

Enerfip atteint le cap des 80 millions d'euros collectés depuis sa création

Par Anthony Rey, le 03 mars 2021

Avec 32 millions d’euros collectés sur la seule année 2020, l’entreprise montpelliéraine Enerfip est devenue la plateforme de crowdfunding leader en France pour les projets de transition énergétique. En 2021, elle prévoit de doubler ce montant et de lancer son développement à l’international.

Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip.
Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip. — Photo : Enerfip

Plateforme de financement participatif pour les projets de transition énergétique, l’entreprise montpelliéraine Enerfip (19 salariés, CA 2020 : 1,15 M€) a porté le montant de sa collecte annuelle de 19 à 32 millions d’euros en 2020. Ce volume d’activités a englobé plus d’une soixantaine de projets au total. Il représente 40 % de parts de marché pour les entreprises du même type en 2020, plaçant Enerfip au rang de leader national, selon son fondateur Julien Hostache. Depuis sa création en 2015, Enerfip a collecté plus de 80 millions d’euros, souscrits par 24 000 investisseurs individuels, pour des projets de centrales solaires, d’éolien terrestre, d’ombrières photovoltaïques, etc.

L’engouement des investisseurs

Pour expliquer ce niveau d’activité en 2020, Enerfip cite des facteurs de fonds (la loi de 2014 encadrant le financement participatif, jugée rassurante par les épargnants) mais aussi des facteurs liés à la crise sanitaire. "Selon une étude récente, la période des deux confinements aurait poussé les Français à épargner entre 100 et 150 milliards d’euros, ce qui aurait accéléré le mouvement de balancier vers des plateformes telles que la nôtre. Plutôt que de faire des investissements risqués en Bourse, ils préfèrent se tourner vers des produits financiers jugés plus stables, plus fiables. De plus, la prise de conscience autour des limites de notre modèle de développement économique les pousse à vouloir devenir acteurs du changement. Nous le vérifions avec la vitesse de certaines souscriptions. Nous avons battu, en 2020, un record avec un projet de centrale photovoltaïque de 10 MW, d’une valeur de 2,4 millions d’euros, financée en 28 minutes seulement", raconte Julien Hostache.

L’année du déploiement en Europe

Cette dynamique ne semble pas faiblir en 2021. Sur le front des collectes, Enerfip a déjà rassemblé 10 millions d’euros en 2 mois. En termes d’inscriptions, l’entreprise a battu un autre record en février avec 900 nouveaux venus, et fait état de 225 inscriptions de plus en deux jours seulement en mars.

Forte de cette évolution, Enerfip a déjà lancé pour 35 millions d’euros de collecte d’ici la fin juin, soit plus que son activité 2020 en un seul semestre. Elle prévoit de collecter un total de 60 millions d’euros sur l’année entière. "Nous voyons arriver vers nous des opérateurs énergétiques pour des projets d’un montant conséquent. Pendant longtemps, la fraction du financement citoyen dans les dossiers de ce type était perçue comme trop modeste, mais notre succès prouve que le crowdfunding devient, au contraire, un levier d’accélération des projets. La loi nous autorise à collecter jusqu’à 8 millions d’euros par projet : comme nous y arrivons plus souvent, cela permet de cofinancer à hauteur très respectable des projets de 10 millions d’euros, soit des centrales solaires d’une forte puissance", poursuit Julien Hostache.

Par ailleurs, Enerfip se prépare à une évolution du cadre réglementaire dans l’Union Européenne. Cette dernière prévoyant d’adopter, en novembre 2021, de nouvelles lois sur un modèle proche de la France, Enerfip veut en profiter pour actionner son développement en Europe. L’entreprise se tournera a priori vers les pays où le taux de pénétration des énergies renouvelables est le plus élevé : le Portugal, l’Espagne et surtout l’Italie, "le troisième pays européen en termes de taux d’épargne", selon Julien Hostache. Les modalités de ce déploiement (filiale ou franchises) sont encore à l’étude.

Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip.
Une centrale solaire dans la Drôme, financée en 2019 par 103 éco-épargnants à travers Enerfip. — Photo : Enerfip

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail