Toulouse

Tourisme

Attractivité

Cowoliday lance son réseau de coworking dans les lieux de vacances

Par Philippe Kallenbrunn, le 05 mai 2023

Surfant sur le nouvel attrait pour le workation - le télétravail dans un lieu de loisirs -, la société toulousaine Cowoliday amorce le déploiement de son réseau d’espaces de coworking ce printemps, en ouvrant douze premiers sites en France.

Le complexe du Yelloh ! Village Le Sérignan-Plage (Hérault) est l’un des 12 premiers sites du réseau Cowoliday.
Le complexe du Yelloh ! Village Le Sérignan-Plage (Hérault) est l’un des 12 premiers sites du réseau Cowoliday. — Photo : DR

Après une phase de test l’année dernière à Lège-Cap-Ferret (Gironde), la société toulousaine Cowoliday (6 collaborateurs) lance son réseau d’espaces de coworking installés dans les lieux de vacances. 12 premières destinations vont être ouvertes à la réservation ce printemps (Ardèche, Aude, Gironde, Hérault, Landes, Lot, Savoie, Pyrénées-Orientales). Le concept : Cowoliday permet à un indépendant, à un salarié ou à une équipe de collaborateurs (séminaire, team building, ou en mode projet) de délocaliser le bureau dans un camping, un gîte, un hôtel ou un village de vacances. “Avec la crise sanitaire, le télétravail est passé d’un statut “accès limité pour certains privilegiés” à̀ une condition sine qua non pour de nombreux salariés, explique Manuel Mirabel, fondateur de la société en 2021. Il n’est plus un élément différenciant mais un acquis social pour ceux dont la tâche le permet. Depuis la sortie de crise, c’est très largement le rapport au travail, à̀ la qualité de vie et des conditions de travail qui sont privilégiés. C’est de ce dernier point que Cowoliday tire sa légitimité.”

Fauteuils ergonomiques

Le dirigeant ne part pas d’une page blanche. Il est en effet le président fondateur de l’éditeur toulousain de logiciels Ctoutvert (85 salariés, CA 2022 : 5,01 M€), qui adresse principalement les établissements touristiques de plein air en Europe (4 800 clients), et acquéreur, en 2022, de l’entreprise héraultaise Inaxel (35 salariés, CA 2022 : 3,27 M€), qui développe et commercialise un logiciel de gestion pour les mêmes acteurs. “Manuel est parti du constat qu’il existe des sites dans lesquels peuvent être installés des espaces de coworking et qui répondent à un double enjeu : du côté des entreprises, pour renforcer leur marque employeur, et du côté des hébergeurs, pour développer leur activité en basse saison vers une clientèle B to B”, synthétise Philippe Ilari, le directeur des opérations de Cowoliday. Pour être labellisés Cowoliday, les sites, qui portent chacun l’investissement nécessaire à la création de l’espace de coworking, doivent respecter un cahier des charges : fauteuils ergonomiques, écrans 27 pouces, salles de réunion, visioconférence, connexion Internet haut débit, sécurisation… “Dans le cas où le site ne possède pas un lieu qui peut être adapté, nous accompagnons la construction clé en main d’espaces de coworking dans des bungalows”, précise Philippe Ilari.

Espagne et Italie dès 2024

Les exploitants de sites bénéficient d’un espace de réservation digital automatisé grâce à une application développée par Cowoliday, qui, pour sa part, commercialise sur son site internet un package comprenant l’hébergement et le coworking. La société ambitionne aussi de vendre des abonnements aux entreprises afin de permettre l’accès aux différents sites du réseau Cowoliday à leurs salariés. Cowoliday projette déjà d’ouvrir une cinquantaine de sites dès 2024, y compris en Espagne et en Italie, puis de s’implanter dans un second temps dans les pays du nord de l’Europe (Allemagne, Benelux, Danemark…), friands du workation, afin de dépasser la centaine de sites. “Nous cherchons du développement géographique autour de zones touristiques qui sont assez proches des grandes agglomérations et des bassins d’emplois, puisque notre projet s’inscrit dans du tourisme durable de proximité”, précise Philippe Ilari. Autofinancé jusqu’alors, Cowoliday prépare une levée de fonds appelée à se concrétiser dans un an.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition