Montpellier

Informatique

Cortus investit 20 millions d'euros pour s'imposer comme fabricant de puces

Par Anthony Rey, le 25 mars 2021

L’entreprise héraultaise Cortus, spécialisée dans la conception de systèmes-sur-puces, affiche de nouvelles ambitions dans les objets connectés, l’intelligence artificielle et le calcul haute performance. Déjà impliquée dans des partenariats stratégiques de niveau mondial sur ces sujets, elle veut passer un cap avec le lancement de puces sous sa propre marque.

8,5 milliards de puces dans le monde intègrent actuellement le savoir-faire de Cortus.
8,5 milliards de puces dans le monde intègrent actuellement le savoir-faire de Cortus. — Photo : Cortus

Fondée en 2005, la PME héraultaise Cortus (70 salariés), conceptrice de circuits intégrés, s’implique dans des partenariats stratégiques de plus en plus complexes. Le 24 mars, elle a annoncé la signature d’un accord avec la société suisse Wisekey, spécialiste des solutions de cybersécurité, pour développer des systèmes de sécurité numérique pour véhicules autonomes.

Des partenariats technologiques de haut niveau

Alors que le marché mondial des véhicules autonomes devrait passer de 51 000 machines en 2021 à plus de 4 millions en 2030, Cortus et Wisekey s’allient pour développer des outils destinés à les sécuriser de bout en bout, en couvrant la totalité des problématiques posées par des véhicules de plus en plus automatisés et connectés : assistance à la conduite, sécurisation des calculateurs embarqués, protection contre les hackers, etc. Les clients ciblés sont les constructeurs automobiles et les équipementiers. "Nos savoir-faire sont complémentaires. D’un côté Cortus développe des puces complexes sécurisées, et de l’autre Wisekey dispose d’une grande expertise dans le software et les infrastructures embarquées pour déployer ces fonctionnalités. La combinaison des deux débouche sur une solution globale, à 360 degrés, qui couvre l’ensemble des nouveaux usages au sein d’un véhicule intelligent", explique Christophe Genevois, directeur des opérations de Cortus.

Si Cortus disposait déjà d’un portefeuille de clients dans le secteur de l’automobile aux États-Unis et en Corée du Sud, c’est le premier partenariat stratégique de ce niveau qu’elle signe. L’entreprise héraultaise est aussi impliquée dans un autre projet technologique de haut niveau, qui entre lui aussi en phase opérationnelle en 2021. Cortus a été retenu, l’an passé, dans le cadre d’un consortium industriel européen baptisé EuroHPC. L’objectif est de développer une nouvelle technologie pour infrastructures de calcul haute performance, afin de garantir la souveraineté industrielle de l’Europe dans des domaines d’application comme le véhicule connecté ou l’intelligence artificielle. "Les objets connectés et notamment le réseau 5G, mais aussi l’intelligence artificielle et le calcul haute performance sont désormais des marchés prioritaires pour Cortus. Nous souhaitons enrichir les technologies existantes avec notre savoir-faire en les orientant vers l’IA. C’est une urgence d’autant plus que nous connaissons déjà des pénuries de composants asiatiques et que ces périodes de pénurie vont s’accroître d’ici 2030", analyse Duc Nguyen-Huu, directeur général de Cortus.

Vers une nouvelle génération de puces

Cortus s’apprête à prendre un virage stratégique encore plus important. Connue jusqu’ici pour ses prestations de design de puces sur-mesure, réalisées pour le compte d’autres fabricants, l’entreprise se positionne pour produire, dès la fin 2021, des puces vendues sous sa propre marque, à destination des trois marchés évoqués par son directeur général. "Les réseaux IoT fonctionnent avec des protocoles de communication de courte portée, d’environ 10 mètres, ou bien de longue portée, jusqu’à 10 kilomètres. Nous ambitionnons de produire une puce dans le cadre du protocole Dash-7, qui assure des communications de courte et moyenne portée, jusqu’à 2 kilomètres. Elle sera capable de couvrir l’ensemble des besoins du marché, tels que la maison intelligente par exemple. Nous nous lançons aussi sur ce créneau car nous n’aurons aucun de nos clients comme concurrents", souligne Duc Nguyen-Huu.

Cortus mobilisera, à cette fin, un programme d’investissement d’environ 20 millions d’euros sur trois ans. Si l’entreprise fonctionne actuellement sur un modèle "fabless" (elle sous-traite la fabrication de ses produits) et qu’elle n’entend pas en changer, elle prévoit néanmoins de réorienter une majorité de ses ressources (techniques, humaines, financières) vers cette nouvelle activité de production.

L’entreprise, basée à Mauguio (Hérault) près de Montpellier, a d’ailleurs ouvert un établissement de 12 personnes à Meyreuil (Bouches-du-Rhône), en janvier 2021, pour profiter des talents du bassin d’emplois aixois. Il s’ajoute à ceux de Lecce (Italie) et Thessalonique (Grèce). Globalement, ses effectifs pourraient atteindre 100 personnes d’ici le début 2022, première année de production intensive de ses nouvelles puces. Si elle ne donne pas d’objectifs de vente, Cortus indique qu’elle est en contact avec des prospects dont les besoins s’élèvent à 5 ou 10 millions de puces par an.

8,5 milliards de puces dans le monde intègrent actuellement le savoir-faire de Cortus.
8,5 milliards de puces dans le monde intègrent actuellement le savoir-faire de Cortus. — Photo : Cortus

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail