Occitanie

Industrie

Coronavirus : G.Pivaudran relance sa production liée aux parfums de grandes marques

Par Fleur Olagnier, le 04 mai 2020

Dans le Lot, le spécialiste des pièces en aluminium décorées pour les contenants de parfums, cosmétiques et spiritueux G.Pivaudran vient de redémarrer son activité à 60 % de ses effectifs. Une reprise ciblée, liée principalement à la relance partielle des ventes dans les parfumeries des pays en cours de déconfinement et sur le web.

Bouchons des flacons de parfums J'adore de Dior réalisé par la PME G.Pivaudran dans le Lot
G.Pivaudran est fournisseur exclusif de certaines pièces d'aluminium décorées pour le luxe, comme les flacons des parfums J'adore et J'adore L'Or de Dior. — Photo : G.Pivaudran

Basé à Souillac, dans le Lot, depuis 1948, G.Pivaudran (200 collaborateurs dont 35 intérimaires ; CA 2019 : 20 M€) fait partie des cinq principaux fabricants européens de pièces en aluminium pour emballages en parfumerie et cosmétique. La société familiale, spécialisée dans la mise en forme (emboutissage) et la décoration de l’aluminium (anodisation, sérigraphie, gravure mécanique, traitement laser…) a fermé boutique pendant quatre semaines en raison de l’épidémie mondiale de coronavirus. Depuis le 20 avril, G.Pivaudran relance sa production.

Hervé Delaigue, directeur commercial et développement de G.Pivaudran.
Hervé Delaigue, directeur commercial et développement de G.Pivaudran. - Photo : G.Pivaudran

Fournisseur unique de certaines pièces des parfums les plus vendus au monde

« Depuis la fermeture, nous sommes restés en contact permanent avec nos clients comme Chanel, LVMH, Hermès ou L’Oréal pour suivre leurs activités, raconte Hervé Delaigue, directeur commercial et développement de G.Pivaudran. La plupart a dû fermer les usines et se concentrer sur la production de gel hydroalcoolique ». G.Pivaudran a été confronté à l’impossibilité de livrer ses clients, ainsi qu’à des annulations et à des reports de commandes de plus ou moins grande ampleur. Mais depuis les premières vagues de déconfinement, notamment en Asie, le carnet de commandes se remplit à nouveau.

« Avec la réouverture des parfumeries, les clients se réapprovisionnent, poursuit le directeur commercial. Nous avons le privilège d’être fournisseurs uniques de certains éléments de ces flacons parmi les plus vendus au monde, et c’est bien ce segment-là qui repart, les nouveautés étant plus en difficulté ». G.Pivaudran fonctionne aujourd’hui à 60 % en matière d’effectif. Une limite liée au carnet de commandes mais aussi à la nécessité de conserver une distance de sécurité minimum entre les salariés. En temps normal, entre 2 500 et 3 000 pièces par heure sortent des deux ateliers - 15 000 m2 au total - de l’entreprise lotoise.

Un investissement de 6 millions d'euros maintenu

G.Pivaudran s'est lancé sur le marché des contenants pour spiritueux, notamment de cognac, il y a quelques mois.
G.Pivaudran s'est lancé sur le marché des contenants pour spiritueux, notamment de cognac, il y a quelques mois. - Photo : G.Pivaudran

À ce jour, G. Pivaudran possède une visibilité de trois à quatre semaines sur son nouveau carnet de commandes, mais continue de naviguer à vue en fonction des frémissements des marchés en vente physique ou en ligne, au fil du déconfinement. « Nos clients évoquent une perte de chiffre d’affaires entre 25 et 35 % en 2020, rapporte Hervé Delaigue. Mais à moyen terme, impossible de savoir comment le marché va réagir. Euphorie de la reprise ou prudence sur les consommations dans les premiers... Nous essayons de rester agiles au maximum, pour être parés à toute éventualité ».

L’entreprise lotoise qui, depuis quelques mois, s’est également lancée sur le marché des contenants pour spiritueux - notamment pour les grandes marques de cognac - a prévu de doubler sa capacité de production en 2021. G.Pivaudran maintient pour l’instant son investissement de 6 millions d’euros dans une nouvelle chaîne d’anodisation. La PME fabrique entre 35 et 40 millions de pièces en aluminium par an, et compte bien sur la notoriété environnementale croissante de ce matériau « recyclable à l’infini » pour booster ses ventes malgré le contexte.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition