Haute-Garonne

Santé

Avec son siège connecté, Hygia veut assister les médecins dans leur quotidien

Par Paul Falzon, le 07 juillet 2021

La start-up haut-garonnaise Hygia, après avoir ciblé le lancement de son fauteuil médical connecté sur la région toulousaine, active son déploiement à l'échelon national. Elle prépare aussi sa diversification dans les services d'urgence.

Le siège connecté d’Hygia permet de mesurer les constantes des patients : poids, température, tension, fréquence cardiaque et saturation en oxygène.
Le siège connecté d’Hygia permet de mesurer les constantes des patients : poids, température, tension, fréquence cardiaque et saturation en oxygène. — Photo : Hygia

La commercialisation a été lancée à la fin mars : Hygia propose aux médecins généralistes de s’équiper de son siège connecté pour gagner du temps dans leurs consultations. Créée fin 2018 par quatre anciens collaborateurs de l’ESN Eole Consulting, la start-up haut-garonnaise a conçu un appareil capable de mesurer les constantes : poids, température, tension, fréquence cardiaque et saturation en oxygène. Un questionnaire dynamique, appuyé par l’intelligence artificielle, permet au patient d’indiquer ses douleurs et les symptômes, et toute information pertinente à remonter au médecin en fonction du motif de visite.

Abonnement mensuel

Présenté au CES de Las Vegas en 2020, le produit vise en priorité les praticiens généralistes, dont la charge de travail s’accroît à mesure que la démographie médicale s’amenuise. Le siège connecté sera accessible à partir de 300 euros par mois, pour un abonnement comprenant le matériel et l’accès au logiciel associé. "Les données sont stockées par un hébergeur certifié HDS (hébergement de données santé, NDLR), avec le respect du RGPD : le patient n’est jamais identifié à part sur l’ordinateur du médecin", précise Ludovic Yol, directeur produit d’Hygia.

La commercialisation a débuté par la région toulousaine avant de viser des zones où la surcharge de patients est clairement identifiée : Nice, Lille et des secteurs plus ruraux. Hygia ambitionne de placer une cinquantaine de sièges connectés d’ici la fin de l’année et 100 en 2022, avant de trouver un rythme de croisière à hauteur de 150 produits vendus par an. "Nous serons à l’équilibre dès le seuil des 150 sièges placés, la massification permettra la rentabilité. Nous avons aujourd’hui peu de concurrents, en dehors de quelques applis de préparation des consultations, et des cabines de téléconsultation plus lourdes à gérer pour les professionnels", indique Ludovic Yol.

Un déploiement dans les services d’urgence

La start-up prévoit d’élargir son offre de santé connectée avec un projet d’appli, Hygia Care, qui permettra au patient d’avoir accès aux données partagées avec le médecin. Elle souhaite aussi se développer en direction des services d’urgence pour soulager les infirmiers chargés de l’accueil et de l’orientation des patients. Un premier prototype pourrait être mis en service d’ici la fin de l’année 2021. Au cours du second semestre pourrait aussi intervenir la première levée de fonds de la société, pour accompagner le déploiement commercial du siège connecté.

Le siège connecté d’Hygia permet de mesurer les constantes des patients : poids, température, tension, fréquence cardiaque et saturation en oxygène.
Le siège connecté d’Hygia permet de mesurer les constantes des patients : poids, température, tension, fréquence cardiaque et saturation en oxygène. — Photo : Hygia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail