Tarn

Industrie

Avec ses briques de terre compressée, BTC décarbone la construction

Par Paul Falzon, le 15 avril 2021

Un matériau naturel, sain et quasi inépuisable : avec sa brique de terre compressée, la PME tarnaise BTC répond à plusieurs enjeux actuels du BTP. D'une production artisanale il y a encore deux ans, l'entreprise investit dans son outil industriel pour massifier ses volumes.

Utilisée en structure ou en parement, la brique de terre crue revendique une empreinte carbone jusqu'à trois fois plus faible que son équivalent béton.
Utilisée en structure ou en parement, la brique de terre crue revendique une empreinte carbone jusqu'à trois fois plus faible que son équivalent béton. — Photo : Adrien Darles - Studio Adri1D

Sa ressource provient de terres d’excavation ou de recyclage. Son produit final revendique une empreinte carbone trois fois inférieure à ses équivalents béton. La société tarnaise BTC, pour Briques Technic Concept, coche la plupart des cases du développement durable, pilier de la nouvelle réglementation environnementale du Bâtiment (RE 2020). "Il y a encore quelques années nos briques de terre compressée étaient considérées au mieux comme un produit de niche. Elles sont aujourd’hui vues comme une réponse aux enjeux de la filière BTP pour leur faible impact environnemental, mais aussi leurs qualités thermiques et acoustiques", constate Étienne Gay, président-fondateur de BTC. La PME (9 salariés, CA prévisionnel : 1 million d’euros) vient d’être choisie par deux promoteurs occitans, Green City et Eclisse, pour participer à la réalisation de deux programmes d’une cinquantaine de logements chacun. Elle prévoit de vendre cette année l’équivalent de 2 500 tonnes de briques, contre 200 tonnes en 2020.

Sobriété

Ce changement d’échelle implique un renforcement des capacités industrielles. Concepteur et assembleur de ses propres machines, Étienne Gay prépare une levée de fonds de 400 000 euros auprès de business angels pour finaliser deux nouveaux outils : Novaterre, une machine qui lui permettra de proposer des briques de grande dimension, et Flexiterre, une unité mobile qui permettra à la société d’aller au bout de la logique d’économie circulaire en installant la production au plus près de la ressource. Un chantier pilote est prévu dans les prochains mois à Venerque (Haute-Garonne) : les briques seront réalisées et séchées sur place, la matière venant des terres excavées pour le terrassement du nouveau pôle culturel de la ville. À l’étroit dans ses locaux de Graulhet, la PME envisage aussi la construction d’un bâtiment de 7 000 m2, toujours dans le Tarn. Un projet envisagé à horizon 2022, pour lequel BTC a déposé un dossier auprès de France Relance. "Nous nous préparons à quitter notre peau artisanale pour entrer dans une dimension industrielle, résume Étienne Gay. Une de nos priorités est de préserver la sobriété qui caractérise nos process de production." Le fabricant entend notamment conserver le séchage des briques à l’air libre, qui contribue, avec l’absence de cuisson, au bilan énergétique très faible de la brique de terre compressée.

Un travail normatif au service de la filière

Si les évolutions réglementaires lui sont favorables, BTC identifie encore plusieurs freins au développement de ses marchés. Le premier est culturel, et tient à la faible prise de conscience des impacts environnementaux des produits de construction. "Les sables des bétons sont en voie de raréfaction, et la ressource bois reste insuffisante pour couvrir les besoins du marché : la terre est, à l’inverse, un matériau quasi inépuisable et de proximité, souligne Étienne Gay. Nos briques souffrent aussi du manque de données normatives qui découragent certains acteurs de la filière Bâtiment." BTC tente d’y répondre avec les moyens issus de la levée de fonds : la société espère obtenir cette année l’avis technique (Atec) indispensable pour la mise en œuvre de produits innovants. Avec le soutien de l’Ademe, la PME prévoit aussi de finaliser d’ici cet été la réalisation d’un autre document demandé par les donneurs d’ordre, les fiches de données environnementales et sanitaires (FDES) : BTC s’est engagée à les rendre accessibles aux autres producteurs de briques de terre compressée, pour contribuer à démocratiser la solution.

Utilisée en structure ou en parement, la brique de terre crue revendique une empreinte carbone jusqu'à trois fois plus faible que son équivalent béton.
Utilisée en structure ou en parement, la brique de terre crue revendique une empreinte carbone jusqu'à trois fois plus faible que son équivalent béton. — Photo : Adrien Darles - Studio Adri1D

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail