Occitanie

Immobilier

Action Logement en Occitanie crée le bureau près de chez soi

Par Philippe Kallenbrunn, le 06 décembre 2022

Porté par la gouvernance paritaire d’Action Logement en Occitanie, le projet “corpoworking” répond aux enjeux du déploiement des nouveaux modes de travail dans les entreprises, en proposant une alternative au télétravail à domicile.

L’espace de corpoworking à la Cité internationale des Chercheurs ouvrira à Toulouse en 2023.
L’espace de corpoworking à la Cité internationale des Chercheurs ouvrira à Toulouse en 2023. — Photo : DR

Action Logement en Occitanie, acteur du logement social dont la mission est de faciliter l’accès au logement pour favoriser l’emploi, va créer des espaces de travail d’un nouveau genre, dits corpoworking (pour corporate et coworking), à Toulouse et dans les villes moyennes aux alentours. Destinés aux salariés en télétravail des entreprises de la région, ces tiers lieux bénéficieront d’une large panoplie servicielle et d’un haut niveau de cybersécurité. Ils auront pour particularité de se situer à moins de 15 minutes du domicile des télétravailleurs. Ce “bureau près de chez soi” se veut vertueux à plusieurs égards. “Les partenaires sociaux qui sont à notre gouvernance nous ont rapporté que le télétravail à domicile n’est pas la panacée, notamment pour ceux qui n’ont pas la pièce supplémentaire adaptée, d’où une aggravation des inégalités sociales, explique Pierre Souloumiac", le directeur régional adjoint d’Action Logement en Occitanie et grand architecte de ce projet lancé dès 2018. "Ces espaces pensés et conçus spécialement pour les télétravailleurs par toutes les parties prenantes vont non seulement améliorer la qualité de vie au travail mais aussi contribuer à réduire l’empreinte carbone en limitant les déplacements en voiture, participer à l’aménagement du territoire et à la dynamisation de l’écosystème des villes moyennes, et renforcer l’attractivité des entreprises en quête de talents, ajoute-t-il. Pour ces dernières, il y a aussi l’enjeu de l’optimisation de leur immobilier. Entre le télétravail, les RTT et les congés, 30 % des bureaux au siège d’une entreprise sont en moyenne inoccupés, alors qu’ils sont chauffés et éclairés.”

Réhabilitation de bâtiments

Le concept est d’autant plus original qu’il va s’accompagner de la réhabilitation de bâtiments existants, parfois des friches industrielles, afin de leur redonner vie. Lauréat du programme Coop’ter de l’Ademe en 2021, le projet corpoworking est également soutenu par la Région et Toulouse Métropole. Pour identifier les localisations adéquates des tiers lieux, Action Logement en Occitanie a collecté auprès des entreprises les lieux de résidence de leurs salariés éligibles au télétravail. Le premier d’entre eux devrait ouvrir au printemps 2023 à Gimont (Gers), dans l’ancienne usine de Comtesse du Barry. 82 postes pourront accueillir un potentiel recensé de 720 télétravailleurs. Deux autres “bureau près de chez soi” verront aussi le jour à Toulouse en 2023 (19 402 télétravailleurs potentiels), l’un à la Cité internationale des Chercheurs (174 postes sur 1 742 m2), l’autre aux Halles de la Cartoucherie (120 postes sur 1 303 m2). D’autres espaces de corpoworking ouvriront ensuite progressivement à Léguevin, Fronton (Haute-Garonne), Rabastens (Tarn) et Saverdun (Ariège). Action Logement en Occitanie se charge de monter et de contribuer au financement du tiers lieu, qui sera détenu par un propriétaire (un bailleur social, une commune, un particulier…) qui en confiera la gestion et l’animation à un exploitant. Le projet corpoworking s’inscrit dans le cadre d’un plan national d’investissement volontaire mené par Action Logement à hauteur de 20 millions d’euros. En tant que pilote, l’Occitanie a récolté près de 30 % de l’enveloppe. Du 15 septembre à fin décembre, Action Logement en Occitanie a testé le concept dans un espace éphémère de 300 m2 situé dans les locaux d’InSitu à Blagnac (Haute-Garonne). Une trentaine de salariés volontaires des entreprises Milan Presse, Akka Technologies et Continental s’y sont installés, sous la supervision d’une équipe d’ergonomes du travail. À terme, le projet corpoworking a vocation à s’étendre au plan national.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition