Bordeaux

Financement

Un premier semestre efficace sur le front des levées de fonds

Par Astrid Gouzik, le 18 septembre 2018

Les start-up bordelaises ont mis le premier semestre à profit pour trouver de nouveaux financements. Et depuis le début de l'été, les annonces de levées de fonds s'enchaînent avec un mot d'ordre commun : recruter. Dernier tour de table en date : la pépite bordelaise Hubstairs vient de lever 2 M€. 

La start-up bordelaise Archidvisor a bouclé sa toute première levée de fonds début septembre, à hauteur de 1,2 million d'euros.
La start-up bordelaise Archidvisor a bouclé sa toute première levée de fonds début septembre, à hauteur de 1,2 million d'euros. — Photo : Archidvisor

Le premier semestre a été prolifique pour les start-up bordelaises. Et cela a continué pendant l'été, période habituellement creuse de côté-là, avec l'annonce de plusieurs levées de fonds. Geev tout d'abord, application spécialisée dans l'échange d'objets entre particuliers, a bouclé un tour de table de 3 millions d'euros. A la clé, des embauches pour étoffer l'équipe actuellement composée de 14 personnes et des investissements pour booster l'internationalisation de la start-up. Il s'agit de la deuxième levée de fonds de la jeune pousse bordelaise qui avait déjà récolté 200 000 euros.

Lever plus pour embaucher plus 

Belle performance aussi pour la jeune pousse Qucit qui a réuni 1,7 M€ auprès de Bpifrance et Pi2 Invest. Là encore, la levée de fonds permettra à l'entreprise - spécialisée dans les applications prédictives et les logiciels destinés à faciliter la mobilité urbaine - d'embaucher et de financer des développements pour améliorer sa technologie.

Quelques semaines plus tôt, c'était OnCrawl (30 salariés), start-up fondée par François Goube, qui faisait parler d'elle. Spécialiste de l'optimisation du référencement des e-commerçants sur les moteurs de recherche, elle annoncé une levée de fonds de 3,5 millions d'euros. Une opération estampillée « 100 % Sud-Ouest » puisque composée exclusivement d’investisseurs régionaux - Aquiti Gestion et Irdi Soridec Gestion y ont notamment pris part - et bénéficiant du soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine. De quoi permettre à OnCrawl de se lancer à l'assaut du marché américain, afin d'atteindre son objectif de doubler son chiffre d'affaires en 2018. 

160 millions d'euros pour Deezer

Le plus spectaculaire tour de table, annoncé en plein mois d'août, a bien failli passer inaperçu, mais son montant a tout de même éveillé la curiosité des esprits engourdis par la canicule… Deezer, qui vient d'ouvrir une antenne à Bordeaux, a levé 160 millions d'euros auprès du fonds Kingdom Holding Company, d’Access industries, de l'opérateur télécoms français Orange et du fonds de capital-investissement LBO France. Grâce à ce tour de table, la plateforme de musique en ligne est désormais valorisée plus d'un milliard d'euros ! 

Moins retentissante, la levée de fonds des bordelais d'Archidvisor a marqué la rentrée de septembre : 1,2 million d'euros récolté auprès de l'accélérateur girondin Héméra, du fonds d'investissement Side Capital et de fonds publics. « Il s'agit de notre première levée de fonds. Nous avons enclenché tout le processus début 2018 », raconte Adrien Martin, cofondateur de la start-up qui met en relation des porteurs de projets immobiliers et des architectes. Des fonds qui seront investis en communication, pour toucher un plus grand nombre de clients, pour des embauches et des développements techniques afin de faire évoluer l'outil.

Le secteur de la décoration a décidément le vent en poupe. La start-up Hubstairs, fondée par Alexandre de Vigan, continue sur sa lancée prometteuse. A peine plus d'un an après sa première levée de fonds d'1,2 million d'euros, Hubstairs (48 salariés, 2 M€ de CA prévisionnel en 2018) vient de boucler un deuxième tour de table de 2 millions d'euros auprès de business angels et d'un family office. Le spécialiste de la décoration d'intérieur en ligne va pouvoir développer la "brique" intelligence artificielle de sa techno et s'ouvrir aux marchés anglais et allemands. Il prévoit de recruter une quinzaine de personnes sur la partie R&D. 

Une effervescence locale au diapason avec l'activité nationale : en juillet-août, les start-up françaises ont ainsi levé 365 millions d'euros à travers 59 opérations, soit le double de l'année dernière !

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition