Pyrénées-Atlantiques

Ingénierie

Secoué par le Covid, Elkar se diversifie et investit dans son activité de métrologie

Par Gaëlle Coudert, le 13 mai 2022

La société basque Elkar investit 600 000 euros pour moderniser son atelier de métrologie, activité qu'elle souhaite fortement développer. Elle a par ailleurs livré à Alstom le premier robot au monde permettant d’effectuer des tests d’étanchéité automatisés sur des véhicules ferroviaires.

À Mauléon-Licharre, Elkar a développé un robot pour Alstom afin d’effectuer des tests automatisés d’étanchéité des coffres de traction des trains.
À Mauléon-Licharre, Elkar a développé un robot pour Alstom afin d’effectuer des tests automatisés d’étanchéité des coffres de traction des trains. — Photo : Elkar

L’année 2021 s’est terminée avec la finalisation d’un important projet pour Elkar, PME basque spécialisée dans l’ingénierie mécanique et la métrologie industrielle (contrôle des mesures). La société, basée à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques) a livré au site de Tarbes d'Alstom (Hautes-Pyrénées) une machine permettant d’effectuer des tests automatisés d’étanchéité des coffres de traction sur ses trains. Un robot unique au monde, également installé sur deux autres sites d'Alstom, qui permet au géant des infrastructures de transport de répondre à la demande de ses propres clients de réaliser des tests d’étanchéité très normés et limiter ainsi les risques d’infiltration d’eau dans le système électrique.

"Ce test d’étanchéité robotisé est entièrement automatisé, décrit Jean-Jacques Carriquiriborde, cogérant et fondateur d’Elkar. Le système est piloté depuis l’extérieur de la cabine grâce à une interface homme-machine (écran déporté, NDLR). Cela assure la précision du procédé et permet d’obtenir un rapport d’information détaillé."

Moins dépendre de l’aéronautique

Ce projet d’ampleur, qui a représenté 7 à 8 % du chiffre d’affaires d’Elkar (environ 2,5 millions d'euros) en 2021, s’inscrit dans la stratégie de diversification entreprise par la société depuis plusieurs années. Pour la PME, l’objectif est de ne plus dépendre exclusivement du secteur de l’aéronautique, qui représente aujourd’hui environ 60 % de son chiffre d’affaires. Les 40 % restants correspondent à divers secteurs, notamment le transport ferroviaire, l’automobile (autobus), l’hydroélectricité ou encore l’agroalimentaire.

Avec cette prépondérance de clients de l’industrie aéronautique, Elkar n'a pas été épargnée par la crise du Covid. "Le chiffre d’affaires est passé de 3,5 millions d’euros avant le Covid à environ 2,5 millions d'euros, soit une baisse d’environ 40 %, confie Jean-Jacques Carriquiriborde. Beaucoup de grands groupes ont réinternalisé et bloqué la sous-traitance pendant la crise. On s’est redressé en 2021 et on espère revenir à la normale en 2022." Le gérant confirme également la chute du résultat net pendant cette période, notamment en raison de la volonté de la direction de maintenir les emplois malgré la baisse d’activité.

Des investissements soutenus par France Relance

Dans les années à venir, Elkar espère consolider ses effectifs - aujourd’hui 35 salariés répartis entre le site de production de Mauléon-Licharre (25 personnes) et les deux autres établissements situés à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) et à Ordizia en Espagne, et développer son activité dans la métrologie, qu’elle exerce depuis environ 15 ans principalement pour des clients du secteur de l’aéronautique.

"Nous voulons devenir une référence de la métrologie dimensionnelle en Aquitaine", confie le chef d’entreprise. Pour accéder à cette ambition, Elkar a entrepris début 2022 des travaux de modernisation de son parc de machines qui devraient s’achever d’ici trois ans. Un investissement à hauteur de 600 000 euros financé à 50 % par l’État dans le cadre du plan de relance.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition