Pyrénées-Atlantiques

Industrie

Pragma Industries se recentre sur le marché de la micro-mobilité

Par Gaëlle Coudert, le 14 novembre 2022

L’entreprise spécialiste des piles à combustible hydrogène, basée à Biarritz, concentre aujourd’hui ses efforts sur le marché de la micro-mobilité (ou mobilité douce) et envisage de construire une usine de production d’hydrogène d’ici à 2025.

Initialement positionné sur le marché des piles à hydrogène pour les systèmes militaires, Pragma Industries a opéré un virage stratégique pour se recentrer sur la mobilité.
Initialement positionné sur le marché des piles à hydrogène pour les systèmes militaires, Pragma Industries a opéré un virage stratégique pour se recentrer sur la mobilité. — Photo : Pragma Industries

Les 1 000 prochains vélos à hydrogène produits par Pragma Industries devraient voir le jour au mois de juin 2023. Ils sont en cours de production et seront, pour la première fois, proposés également à des particuliers. "L’objectif est de faire la moitié en B to B et l’autre moitié en B to C", souligne Pierre Forté, le PDG et fondateur de Pragma Industries, entreprise spécialiste des piles à combustible hydrogène. Nous allons cibler 3 villes dont Toulouse (les deux autres sont encore à déterminer, NDLR), où les particuliers pourront louer ou acheter des vélos et auront accès à des bornes de recharge ".

Un investissement à hauteur de 3 millions d’euros qui devrait, selon les prévisions de l’entreprise, permettre de générer un chiffre d’affaires de 4 à 6 millions d’euros sur 2023. Ces vélos à hydrogène nouvelle génération (les "Alpha Néo") succèdent à la première gamme commercialisée par Pragma Industries dès 2019, dont 200 modèles ont été vendus à des professionnels et collectivités. "Les vélos produits en 2019 ont fait parler de nous car ils ont été utilisés pendant le sommet du G7 à Biarritz", raconte le chef d’entreprise.

Réflexions sur la chaîne de valeur

Arrive ensuite le Covid. "Cela nous a mis un gros coup d’arrêt, explique Pierre Forté. En sortie de crise, nous n’avions plus un seul composant de vélo. L’industrie a été prise de court. Puis derrière, il y a eu la crise des semi-conducteurs, qui devrait durer jusqu’à fin 2023. Les vélos qui sortent cette année auraient dû sortir l’année dernière." Ainsi, en 2020, le chiffre d’affaires de la SAS est passé de 1,7 million d’euros sur 2019 à moins de 500 000 euros. Même ralentissement en 2021, où le chiffre d’affaires s’est établi à 600 000 euros.

Le chef d’entreprise n’a cependant pas baissé les bras et a profité de l’accalmie pour réfléchir à son modèle. "Nous avons fait un gros travail de réflexion en interne sur toute la chaîne. Aujourd’hui, nous sommes passés à un coût de 5 000 euros, contre 25 000 euros auparavant, pour une station produisant de l’hydrogène. On se retrouve avec des infrastructures compétitives par rapport à l’électrique, et accessibles. C’est une vraie offre économique qui arrive l’année prochaine", se réjouit-il. Le vélo en lui-même, vendu 5 680 euros, reste un produit "haut de gamme", mais Pragma Industries a décidé de mettre en place un système de location à longue durée (avec un abonnement à moins de 100 euros par mois) pour permettre aux particuliers d’accéder à sa solution.

Une usine d’hydrogène

En 2022, la situation s’est améliorée et le chiffre d’affaires avec. "On devrait atteindre un million d’euros, partage Pierre Forté. Et la micro-mobilité représente environ 90 % de notre chiffre d’affaires. Nous nous positionnons aussi comme équipementier pour d’autres marques de vélos, de triporteurs et de scooters qui arriveront sur le marché en 2024". Un virage stratégique pour la société créée en 2004 qui s’était tout d’abord concentrée sur le marché de la sécurité civile et militaire. "Nous avons encore un peu d’activité aéronautique pour les avions et les drones", note-t-il. Pragma Industries sort donc la tête de l’eau et se lance déjà un nouveau défi : celui de construire une usine de production d’hydrogène sur la côte basque d’ici à 2025, un investissement de 12 à 15 millions d’euros pour l’outil lui-même (l’investissement total s’élèverait à 40 millions d’euros). Pour cela, Pragma Industries recherche des investisseurs privés et réfléchit encore à une possible introduction en Bourse pour début 2023.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition