Bordeaux

Numérique

Pour son financement, Obvy cherche l’équilibre

Par Romain Béteille, le 29 juillet 2022

Depuis sa création en 2018, la start-up Obvy, qui développe un outil de paiement et de sécurisation des achats, a effectué trois levées de fonds. Au moment de boucler la dernière, son fondateur explique la nécessité pour les jeunes entreprises de trouver un moyen équilibré de se financer. 

Charles-Henri Gougerot-Duvoisin, fondateur d’Obvy.
Charles-Henri Gougerot-Duvoisin, fondateur d’Obvy. — Photo : Thomas Malaval

Le financement d’une start-up est avant tout une question d’équilibre, selon Charles Henri Gougerot-Duvoisin, cofondateur de l’entreprise bordelaise Obvy (10 collaborateurs), spécialisée dans la sécurisation des transactions. Si les prêts d’honneur personnels ont été son premier réflexe, c’était à la fois pour miser sur le non-dilutif et faire passer un message, "montrer qu’on prend des risques personnels". Avance remboursable de Bpifrance, subvention régionale et prêt bancaire ont suivi pour atteindre 250 000 euros et lancer un premier produit en 2019, un moyen de paiement sécurisant les transactions entre particuliers. "Nous avions besoin d’un maximum de liquidités acquises sans diluer notre capital. Ça nous a notamment permis de recruter nos premiers salariés et de contacter des fournisseurs. Ça a généré de l’attraction avant la première levée de fonds".

Trois tours de table

Entre septembre 2019 et juin 2022, Obvy en a opéré trois. Les deux premières ont sollicité des business angels, une "solution plus rapide" mais aussi stratégique, ces derniers étant considérés comme "une ressource pour bénéficier d’expertises particulières dans notre réseau d’actionnaires, dans la finance par exemple", précise le dirigeant. La dernière levée en date, réalisée auprès de business angels plus importants et de fonds d’investissement, est motivée par des ambitions B to B, l’entreprise cherchant à adresser sa solution à des marketplaces ou des plateformes d’e-commerce. Coupler ses levées à du non-dilutif reste "une sécurité", pour Obvy, un investissement à long terme plus efficient que de distribuer des parts dès le début pour atteindre ses objectifs sans avoir une usine à gaz". Une manière pour les cofondateurs de trouver des investisseurs tout en restant majoritaires au capital de la société.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition