Dordogne

Agroalimentaire

Fusion-acquisition

Naissance du groupe Prunier, un géant du caviar made in France

Par Claude -Hélène Yvard, le 08 septembre 2023

Au cœur de l’été, Caviar de Neuvic et Caviar House & Prunier, qui commercialise sous la marque Prunier sa production de Montpon-Ménestérol (Dordogne) ont annoncé leur mariage. Objectif : devenir le leader français et s’imposer à l’international.

Laurent Deverlanges, le fondateur de Caviar de Neuvic, assure que les positionnements différents de chaque marque perdureront.
Laurent Deverlanges, le fondateur de Caviar de Neuvic, assure que les positionnements différents de chaque marque perdureront. — Photo : Claude-Hélène Yvard

La Dordogne abritera bientôt un géant français du caviar. Caviar de Neuvic, du nom de la commune qui accueille l'entreprise créée en 2011 sur les bords de l’Isle, fusionne avec la maison Prunier, installée à Montpon-Ménestérol depuis 1921, pour former le Groupe Prunier, une entreprise française mais détenue par un fonds d’investissement suisse. Les actionnaires ont donné leur accord, la fusion est effective en ce mois de septembre.

Le rapprochement de ces deux entreprises - dont deux des dirigeants sont périgourdins et défendent une certaine idée du made in France - n’est pas le fruit du hasard. "Il y a deux ans, l’actionnaire majoritaire de Caviar House & Prunier, la société suisse Olma Luxury Holding, est devenu également celui de Caviar de Neuvic. À partir de là, nous avons commencé à réfléchir à la fusion de nos deux structures. Il a fallu convaincre nos autres actionnaires respectifs", explique Laurent Deverlanges, le fondateur de Caviar de Neuvic. 

Créer des synergies

"L’objectif est de créer des synergies pour mieux s’imposer à l’international. Les deux entités ont chacune leurs propres marques avec des positionnements différents. Elles perdureront. Notre ADN commun, c’est réaliser un produit d’excellence dans des conditions de production qui respectent l’environnement et le poisson", poursuit Laurent Deverlanges.

Le groupe nouvellement vise une production de caviar de 30 tonnes par an d'ici 5 ans.
Le groupe nouvellement vise une production de caviar de 30 tonnes par an d'ici 5 ans. - Photo : Claude-Hélène Yvard

Sur le site de Neuvic, le dirigeant a développé le tourisme grâce à l'accueil du public, la mise en place de dégustations et l'ouverture d'un restaurant. Son principal atout réside dans son réseau de distribution intégré unique en France avec trois boutiques dans les centres-villes de Paris, Bordeaux et Lyon, un millier de points de vente en France et dans le monde et  surtout un site internet marchand qui compte près de 100 000 visiteurs uniques par an. En douze ans, sa pisciculture est devenue une référence avec une production de 7 à 8 tonnes par an pour un chiffre d'affaires à 9 millions d'euros.

30 tonnes d'ici 5 ans

Prunier Manufacture dispose de son côté de 40 boutiques dans le monde, en Suisse, à Londres, à l’aéroport JFK de New York, et même au Japon et à Hong Kong. Sa renommée, l'entreprise la doit à Laurent Sabeau, pisciculteur depuis 30 ans en Dordogne. Il s’est associé dans les années 1990 à l’homme d’affaires Pierre Bergé. Après la mort du mécène, l’entreprise est passée aux mains d’Olma, un fonds d’investissement suisse. Prunier produit actuellement 14 tonnes de caviar pour un chiffre d’affaires de 43 millions d’euros.

En créant ce nouveau groupe, Prunier et Caviar de Neuvic espèrent développer leur production pour atteindre une trentaine de tonnes de caviar par an d’ici cinq ans et développer les ventes notamment aux États-Unis et en Asie. Quant à la centaine d’emplois que le groupe représente désormais, ils resteront en France dont 80 en Dordogne.

Avec trois sites de production, la Dordogne est le département qui produit le plus de caviar en France ; le but est désormais de le vendre dans le monde entier : "Le développement du caviar s'est fait en France depuis les années 1920, mais aujourd'hui il est beaucoup en Asie et aux États-Unis", précise Laurent Deverlanges.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition