Gironde

Aéronautique

La Région Nouvelle-Aquitaine veut accélérer le projet de dirigeable de Flying Whales

Par Romain Béteille, le 08 juin 2022

Le fabricant de dirigeables Flying Whales, qui doit implanter une ligne d’assemblage en Gironde, poursuit son développement. Il espère boucler une troisième levée de fonds cette année et son installation girondine est toujours en cours de traitement.

Le francilien Flying Whales développe un programme de dirigeable à forte capacité d’emport qui sera produit en Gironde.
Le francilien Flying Whales développe un programme de dirigeable à forte capacité d’emport qui sera produit en Gironde. — Photo : Flying Whales

Ça remue toujours en coulisses pour le fabricant de dirigeables de transport de marchandises Flying Whales, dont le site de production français doit être installé à Laruscade (Gironde). Le projet, présenté en 2020, prévoit notamment la construction de deux vastes hangars de 70 mètres de haut. L’un d’eux doit accueillir la fabrication du LCA60T, un mastodonte de 200 mètres de long et 50 mètres de diamètre, qui aura une capacité de charge maximale de 60 tonnes.

Les études environnementales de l’implantation sont "terminées et en cours de traitement par les autorités", assure le porte-parole de Flying Whales, Romain Schalck. Selon le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, "la Région (actionnaire du consortium principal à 32,99 %) va se substituer à la communauté de communes (Latitude Nord Gironde, NDLR)" pour gérer le bâti, et étudierait la possibilité de le faire via un contrat de gestion. Le but : accélérer la machine pour éviter qu’elle ne s’envole vers d’autres horizons.

Levée de fonds en vue

Par ailleurs, l’entreprise est "encore en train de passer les étapes d’ingénierie pour attester de la maturité du programme", continue Romain Schalck, évoquant un futur point d’étape en juin.

L’actionnariat de la société est composé d’acteurs publics et privés : la Région Nouvelle-Aquitaine, l’Office National des Forêts, Bouygues, le groupe ADP, Air Liquide et le groupe financier franco-allemand ODDO BHF, entré au capital suite au retrait de l’avionneur chinois Avic (The Aviation Industry Corporation of China), en septembre 2021, pour dissiper des craintes d’espionnage industriel.

Flying Whales est également détenue à 25 % par la société d’État Investissement Québec. "Nous allons accélérer notre développement au Québec, avec l’objectif de nous déployer plus largement en Amérique du Nord. Notre filiale (Flying Whales Québec) va prendre son essor cet été", assure Romain Schalck.

Après sa dernière levée de fonds de 30 millions d’euros effectuée en décembre 2019, la société, dont le siège est à Suresnes (Hauts-de-Seine), envisage une troisième augmentation de capital cette année. "Nous visons 100 millions d’euros", annonce le porte-parole de Flying Whales. Le premier vol du dirigeable est toujours programmé pour 2024.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition