Bordeaux

Santé

La medtech Germitec lève 11 millions d’euros et affiche ses ambitions pour le marché américain

Par Astrid Gouzik, le 07 juin 2022

Tout juste installée à Bordeaux, la jeune entreprise innovante Germitec a levé 11 millions d’euros pour accélérer la commercialisation de son automate capable de désinfecter par UV-C les sondes d’échographie et ainsi limiter les infections nosocomiales.

Germitec a développé un automate produisant des UV-C capables de désinfecter en deux minutes les sondes échographiques.
Germitec a développé un automate produisant des UV-C capables de désinfecter en deux minutes les sondes échographiques. — Photo : Germitec

Du haut de ses quinze ans, la société Germitec, qui développe et commercialise des systèmes de désinfection par UV-C pour les différentes sondes d’échographie, vient de boucler sa toute première levée de fonds de 11 millions d’euros auprès de la Financière Arbevel, Kurma Partners via son fonds Kurma Growth Opportunities et Sham Innovation Santé conseillé par Turenne Capital, investisseurs de référence du secteur de la santé. Des investisseurs privés et des fonds régionaux, comme Aquiti Gestion et Galia Gestion, ont aussi pris part à ce tour de table. La famille Deshays, fondatrice de l’entreprise, conserve 60 % du capital, les fonds en détiennent 25 % et le management et les collaborateurs 15 %.

L’agrément pour les États-Unis en 2023

C’est la suite logique du virage stratégique engagé deux ans auparavant par la famille Deshays qui avait jusque-là financé son développement exclusivement sur fonds propres. "Puis ils ont eu la volonté de transformer la petite start-up technologique en belle entreprise commerciale en croissance", commente Vincent Gardès, directeur général de Germitec, nommé à ce moment-là. Une ambition gourmande en capitaux, notamment pour se déployer commercialement aux États-Unis. "Nous allons soumettre un dossier pour que notre innovation soit agréée par la Food and Drug Administration. Nous espérons obtenir cet agrément en 2023. Nous avions donc calculé que nous avions besoin de deux ans de cash", précise Vincent Gardès. "Une deuxième levée de fonds sera peut-être nécessaire fin 2023 ou début 2024, son montant dépendra de la façon dont nous déciderons de nous attaquer au marché américain".

Multiplier par 10 le chiffre d’affaires

Avec un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros en 2021, la société devrait presque doubler son activité en 2022 en atteignant 6 millions d’euros de chiffre d’affaires. "Il pourrait être multiplié par 10 dans cinq ans", estime le dirigeant.

Actuellement, Germitec sous-traite la fabrication de son automate à une entreprise située en région parisienne, spécialisée dans les secteurs de la santé, de l’aéronautique et de la défense. L’entreprise expédie directement l’automate, de la taille d’un petit frigidaire sur roulettes, chez les clients de Germitec et gère la logistique. "Pour les deux ou trois ans à venir, ils seront capables d’encaisser la hausse des commandes. Si on se lance aux États-Unis, il faudra sans doute trouver une autre source de production ailleurs", glisse Vincent Gardès.

Historiquement parisienne, Germitec a déménagé son siège social en plein centre de Bordeaux et va prochainement s’installer dans un immeuble de 800 m2 en cours de rénovation situé rue Vauban. De quoi accueillir ses futurs collaborateurs puisque l’entreprise qui emploie actuellement 15 personnes devrait passer à une cinquantaine de salariés d’ici à la fin 2022. "On cherche un peu tous les profils, aussi bien techniques que commerciaux, marketing, service client, service financier, supply chain. On renforce l’entreprise sur tous ses fondamentaux", affirme le directeur général.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition