Pyrénées-Atlantiques

Sport

Hexa lève 1 million d'euros pour ses planches de surf en impression 3D

Par Gaëlle Coudert, le 11 juillet 2022

L’entreprise Hexa (dont le nom commercial est Wyve), basée à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) et spécialisée dans la production de planches de surf écoresponsables en impression 3D, a levé 1,1 million d’euros en juin pour financer sa R&D et ses machines de production.

L’entreprise basque Hexa-Wyve a levé 1,1 million d’euros pour ses planches de surf écoresponsables imprimées en 3D.
L’entreprise basque Hexa-Wyve a levé 1,1 million d’euros pour ses planches de surf écoresponsables imprimées en 3D. — Photo : Hexa

Les créateurs

Sylvain Fleury (26 ans) et Léo Bouffier (27 ans) se sont rencontrés il y a une dizaine d’années lors de leurs études à Montpellier en prépa d’école d’ingénieur et ont construit leur amitié autour de leur passion commune pour les sports de glisse, en particulier le surf. Après la prépa, direction Centrale Lyon pour le premier, l’École nationale supérieure de techniques avancées de Paris pour le deuxième. "En année de césure, nous avons testé les métiers d’ingénieur auxquels on nous prédestinait normalement. Sylvain était en société de conseil en environnement, moi je faisais de l’architecture navale chez Total. On n’était pas très épanoui dans ces structures et on passait le plus clair de notre temps libre à surfer. Nos économies partaient dans le matériel de surf, sans forcément en être très satisfaits. Avec cette passion et notre background d’ingénieurs, on s’est dit qu’il y avait vraiment quelque chose à faire dans le surf pour changer l’expérience client et faire évoluer les produits", raconte Léo Bouffier.

Leur projet a commencé à voir le jour à la fin de leurs études au sein du programme entrepreneurial de Polytechnique, avant la création de la société Hexa en 2019, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), le "berceau de l’industrie du surf", pointe l'entrepreneur.

Le concept

Les deux ingénieurs cherchent alors à trouver un outil technologique qui permette de faire des planches de surf sur-mesure à grande échelle tout en offrant suffisamment de liberté pour faire évoluer le produit. "L’objectif était de réaliser un produit plus durable (qui résiste mieux aux chocs), utilisant moins de produits nocifs pour sa fabrication, et ayant une performance qui soit au niveau de ce qui est fait traditionnellement", résume Léo Bouffier. Ils optent alors pour l’impression 3D, qui leur permet d’utiliser des matériaux recyclés ou biosourcés, tels que du bioplastique issu d’amidon de maïs. "Nous avons un impact carbone divisé par trois par rapport à une planche traditionnelle et une résistance à l’impact trois fois supérieur."

Les perspectives

Depuis 2019, Hexa-Wyve (son nom commercial) bénéficie de l’appui d’Estia Entreprendre, incubateur et pépinière d’entreprises à Bidart. Elle a levé 1,1 million d’euros en juin auprès de plusieurs business angels et du fonds d'investissement des communautés Centrale Supelec, BACS Innov. "Notre modèle implique de faire beaucoup de R & D, ce qui demande beaucoup d’investissement dans un premier temps", explique le cofondateur. La société va également se procurer de nouvelles imprimantes 3D afin d’augmenter sa capacité de production. "Aujourd’hui, nous avons quatre machines, précise Léo Bouffier. Nous en aurons bientôt cinq, et l’idée c’est d’en avoir une vingtaine d’ici dix-huit mois." Hexa a également pour objectif de doubler ses effectifs (actuellement 10 personnes) d’ici à fin 2023. À plus court terme, l’objectif visé est la rentabilité de l’outil de production d’ici à fin 2022, afin de pouvoir dupliquer le modèle de "micro-usine" notamment au Portugal et aux États-Unis.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition