Bordeaux

Sport

Gérard Lopez va racheter les Girondins de Bordeaux

Par Romain Béteille, le 23 juin 2021

L'investisseur hispano-luxembourgeois Gérard Lopez et l'actionnaire américain des Girondins de Bordeaux, King Street, ont trouvé un accord pour la cession du club, évitant à ce dernier la menace du redressement judiciaire.

Le rachat des Girondins serait fait sur les deniers personnels de Gérard Lopez, soutenu par plus de 250 entrepreneurs régionaux.
Le rachat des Girondins serait fait sur les deniers personnels de Gérard Lopez, soutenu par plus de 250 entrepreneurs régionaux. — Photo : Pixabay

Fumée blanche au-dessus du fief des Marine et Blanc, au Haillan. Lundi 22 juin, un accord a été trouvé entre l’investisseur hispano-luxembourgeois Gérard Lopez, Fortress (le bailleur de fonds) et King Street, ex-propriétaire et actionnaire majoritaire du club de football des Girondins de Bordeaux, dont quatre candidats s’étaient portés acquéreurs depuis le désengagement de son propriétaire. L’ancien propriétaire du club de Lille (dont il s’est retiré alors que la dette du club s'élevait à plus de 120 millions d’euros) va donc devenir prochainement propriétaire. Ce qui vient clore une "séquence de flottements et de doutes", a affirmé ce mardi 22 juin la mairie de Bordeaux.

Garanties à tenir

Bordeaux Métropole, de son côté, rappelle "qu’en l’état, elle est liée aux Girondins de Bordeaux par une convention d’occupation et de mise à disposition du stade Matmut, incluant le paiement d’un loyer annuel", se montant à 4,9 millions d’euros. "Elle bénéficie également de lettres de garantie validées par le conseil de Bordeaux Métropole de la part des propriétaires actuels qui ne pourront être levées que par substitution avec une garantie équivalente de la part du repreneur, adoptée dans les mêmes formes", ajoute la collectivité.

Si, d’après un communiqué de la direction des Girondins, "les garanties […] ont répondu aux attentes de Rothschild & Co, le conseil financier du club, et du mandataire ad hoc évitant ainsi le placement du club en redressement judiciaire", la reprise doit encore être confirmée par les instances représentatives du personnel du club, la métropole et, enfin, la DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion), gendarme de la Ligue de Football Professionnel, qui devra valider la viabilité du rachat et confirmer le maintien du club en Ligue 1.

Le soutien de 250 entrepreneurs locaux

Le rachat serait fait sur les deniers personnels de l’entrepreneur et du soutien du Club Scapulaire, composé de plus de 250 entrepreneurs régionaux qui devraient apporter 5 millions d’euros de fonds propres. Selon le quotidien Sud Ouest, le déficit du club s’établirait à plus de 60 millions d’euros et la dette à 48 millions d’euros (38 attribués à Fortress et 10 à l’Urssaf). Pour rappel, la vente du club par M6 à GACP et King Street en 2018 avait représenté 100 millions d’euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition