Bordeaux

Numérique

Interview CIS Valley : "Le rachat par Koesio est un formidable outil de recrutement"

Entretien avec Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley

Propos recueillis par Anne Cesbron - 23 décembre 2021

Dans le cadre du rachat de sa maison mère Actual Invest, l'entreprise bordelaise de services numériques CIS Valley est intégrée à la branche IT du groupe Koesio. Pour Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley depuis 2018, à qui sont confiées les manettes du nouvel assemblage, ce rapprochement apporte des moyens industriels et de ressources humaines d’ampleur.

Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley (au centre). L’ESN opère ses services depuis son siège du Haillan près de Bordeaux,  et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 39 millions d’euros en 2021, soit une croissance organique de près de 30 % depuis son acquisition par Actual Invest en 2016.
Mathieu Le Treut, directeur général de CIS Valley (au centre). L’ESN opère ses services depuis son siège du Haillan près de Bordeaux,  et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 39 millions d’euros en 2021, soit une croissance organique de près de 30 % depuis son acquisition par Actual Invest en 2016. — Photo : Anne Cesbron

L’entreprise drômoise Koesio a acquis le groupe bordelais Actual Invest, composé d’Actual Systèmes et de CIS Valley (160 salariés, 39 M€ de CA en 2021) que vous dirigez. Quels changements cette opération va-t-elle représenter ?

Mathieu Le Treut : D’un point de vue géographique et organisationnel, cela ne va rien changer pour CIS Valley. Je reste aux manettes. Nous avons été achetés par Koesio pour devenir leur centre d’expertise cloud. Toute la partie qualité de l’offre, catalogue de services ainsi que la partie agrément de données de santé vont être pilotées par CIS Valley. Dans cette opération, CIS Valley va aussi intégrer des ressources de Koesio positionnées sur ces sujets. Nous devrions accueillir une quarantaine de personnes. Nous allons aussi avoir des synergies industrielles, puisque Koesio a des data centers à partir desquels CIS Valley pilotera son activité.

Qu’est-ce qui explique ce rapprochement avec le groupe Koesio ?

L’optique était de trouver les bonnes synergies sur le marché. Le côté évolution de l’actionnariat a été privilégié à une logique d’acquisition. Le rapprochement s’est effectué dans ce cadre-là, Koesio étant plus gros et également en recherche de synergies pour équilibrer ses activités entre le print et l’informatique. Nous recherchions une entreprise de type familial ; cet actionnariat est très important pour nous. Ce n’est pas une gestion de fonds de pension, souvent court-termiste. Quant aux synergies géographiques, nous considérons avoir eu une chance folle, Koesio étant présent sur l’ensemble du territoire. Enfin, d’un point de vue synergies industrielles, il y a aussi des pans d’activités - sur le support utilisateur, bureautique - que nous allons être capables d’aborder 'avec Koesio. Nous allons donc à la fois avoir un catalogue plus riche et en même temps gagner en moyens. Nous aurons nos data centers de Bordeaux et de Castres, et désormais ceux de Koesio à Paris et à Valence. C’est donc pour nous un formidable outil, à la fois de rétention de nos collaborateurs et de recrutement.

Le siège de CIS Valley récemment inauguré au Haillan est-il adapté à cette opération ?

Notre siège dispose d’une réserve en mètres carrés en rez-de-chaussée pour accueillir de nouveaux collaborateurs. Par ailleurs, Koesio est en train de faire construire des bâtiments à Floirac, pour sa partie impression. Chacun développe son activité.

Alain Cadot, le président d’Actual Invest, s’est félicité de cette intégration qui doit permettre à CIS Valley de réaliser un bond significatif dans le classement des entreprises de services numériques en France. Que va-t-il devenir après cette opération ?

Pendant quelques mois encore, Alain Cadot va accompagner la transition, pour gérer ces synergies et ce rapprochement. Son rôle sera progressivement moins opérationnel dans la structure.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition