Gironde

Pharmacie

Ceva crée une coentreprise avec Mitsui pour accélérer sur le marché japonais

Par Astrid Gouzik, le 11 mai 2022

Après son entrée au capital du laboratoire pharmaceutique vétérinaire en 2020, le conglomérat nippon Mitsui et Ceva ont créé une entreprise commune au Japon. Elle aura pour objectif de permettre l’expansion du groupe dans ce territoire clé.

Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé animale à Libourne.
Marc Prikazsky, PDG de Ceva Santé animale à Libourne. — Photo : Anne Cesbron

Le laboratoire français de santé animale, Ceva Santé Animale, a dévoilé sa stratégie pour s’assurer une place de choix sur le marché nippon. L’ETI, fondée à Libourne (Gironde) en 1999, a annoncé la création d’une entreprise commune avec le conglomérat japonais Mitsui, actionnaire de Ceva depuis 2020. "Quand ils sont entrés au capital, il y a deux ans, nous avions déjà cette idée en tête", confirme Marc Prikazsky, PDG de Ceva.

"Au Japon, nous sommes le 10e laboratoire spécialisé en santé animale alors que nous sommes 5e au niveau mondial", observe-t-il. La contre-performance n’est pas du goût de Marc Prikazsky. Cette alliance avec le géant Mitsui, dans un pays où la réputation est clé, devrait permettre d’y remédier. "Cette coentreprise avec Mitsui, c’est une façon de dire au marché : je leur fais confiance, je me porte garant de cette entreprise. Nous pourrons ainsi avoir des liens plus forts, et plus rapidement, avec des partenaires locaux".

En pointe sur les vaccins

Cette joint-venture, baptisée "Ceva Bussan Animal Health K.K.", permettra aussi de répondre aux inquiétudes croissantes en matière de sûreté alimentaire au Japon, en promouvant notamment une approche préventive pour contrôler les maladies dans les élevages. Il faut dire que, même discrètement, Ceva est présent sur le territoire japonais depuis 15 ans avec une équipe d’une quinzaine de personnes qui fait de la recherche pour le développement de nouveaux vaccins pour la volaille, les porcs et les ruminants notamment. Un segment pour le moins porteur sur lequel Ceva semble vouloir accélérer. Via une croissance externe ? "C’est toujours compliqué localement", modère le PDG. "Sur le segment des vaccins, qui est considéré comme stratégique par le gouvernement, les réglementations sont strictes". Actuellement, les vaccins importés au Japon sont notamment produits sur le site de Ceva à Loudéac (Côtes-d’Armor).

La commercialisation en direct

D’un point de vue commercial, la coentreprise va permettre à Ceva de reprendre la main sur la vente de certains produits distribués jusqu’alors par des partenaires locaux. Ce sera le cas de son produit destiné aux chats, Feliway, l’un de ses best seller. "Nous allons récupérer sa distribution mais pour arrêter ce type de contrats au Japon, c’est long, cela peut mettre un an", précise Marc Prikazsky.

Car si le Japon est le pays du soleil levant, c’est aussi celui du temps long. Raison pour laquelle Ceva n’affiche pas d’objectifs chiffrés concernant son développement dans le pays. "Enregistrer de nouveaux produits pour le marché japonais prend beaucoup plus de temps que pour le marché français, par exemple", précise le PDG.

Outre le Japon, le laboratoire pharmaceutique vétérinaire tricolore est implanté dans 46 pays à travers le monde et collabore avec plus de 110. Ceva dispose de 12 centres de recherche et de développement, 25 sites de production et emploie plus de 6 000 personnes dans le monde. Son chiffre d’affaires, qui s’élevait à 1,4 milliard d’euros en 2021, est réalisé à 90 % à l’étranger.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition