Nouvelle-Aquitaine

Agriculture

Après les incendies en Gironde, l’heure du bilan a sonné

Par Romain Béteille, le 29 septembre 2022

Lors de sa rentrée politique, la préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, est assez largement revenue sur l’impact causé par les incendies qui ont ravagé le département cet été. Elle a effectué un premier bilan et détaillé quelques-unes des mesures prises ou prévues dans les mois à venir.

Les incendies en Gironde ont sévi cet été, ravageant 30 000 hectares de forêt.
Les incendies en Gironde ont sévi cet été, ravageant 30 000 hectares de forêt. — Photo : Astrid Gouzik

"Les incendies de cet été ont déjà marqué, et marqueront profondément la mémoire collective de notre département et de notre région". À l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, la préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, est assez largement revenue sur les multiples feux qui ont touché le département depuis le début de l’été et détruit près de 30 000 hectares de forêt, et alors que trois incendies n’ont été éteints que récemment (Landiras 2, Saumos et Arès). "La réponse opérationnelle a été à la hauteur de la crise", s’est-elle ainsi félicitée.

Du côté des entreprises touchées, l’activité partielle a été demandée par "plus de 300 établissements" et 1 300 salariés. L’état a ainsi déjà versé 500 000 euros, dont les trois quarts destinés aux établissements sinistrés. Les campings "rouvriront à la saison prochaine, au moins partiellement", a ajouté Fabienne Buccio, sans oublier d’évoquer une indemnisation mise en place par les entreprises réquisitionnées et les propriétaires.

Smurfit Kappa réquisitionnée

La difficile question de l’indemnisation des propriétaires a notamment été évoquée par la responsable, qui a détaillé le rôle joué par une entreprise réquisitionnée : Smurfit Kappa, fabricant de papier situé à Biganos. "Nous avons coupé certains bois avant que les feux ne les brûlent avant de les emmener dans une entreprise, Smurfit. Elle a fait de l’argent avec ces bois. Normalement, elle a des contrats avec les propriétaires et elle paie en fonction des volumes de bois. Dans ce cas de figure, elle ne les connaissait pas. Nous avons donc ouvert un compte sous séquestre dans lequel elle verse l’argent que nous allons ensuite répartir entre les propriétaires en fonction du volume de bois coupé et de leur niveau de maturité au moment de la coupe".

Enfin, la préfète régionale et départementale l’a assuré : des états généraux du massif des Landes de Gascogne devraient se dérouler, "possiblement avant la fin de l’année", pour évoquer l’adaptation du massif et des aménagements de protection contre les incendies. "La forêt usagère de La Teste-de-Buch (où 7 000 hectares ont brûlé) constitue une spécificité. La question de son statut doit être posée", a-t-elle ajouté. "Cela étant dit, il n’a jamais été question d’en faire une forêt de production".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition