Gironde

Imprimerie

Alliance Etiquettes continue à croître hors des frontières

Par Gaëlle Coudert, le 23 janvier 2023

Le groupe Alliance Etiquettes, imprimeur spécialisé dans les étiquettes premium, dont le siège est basé à Bordeaux, a signé fin 2022, sa première acquisition en dehors de l'Hexagone en rachetant l'imprimerie italienne Tonutti Tecniche Grafiche. Un nouvel élan qui s'inscrit dans sa stratégie de croissance depuis plusieurs années.

Le groupe girondin Alliance Etiquettes est spécialisé dans l'impression d'étiquettes haut de gamme, notamment pour les vins et spiritueux. 
Le groupe girondin Alliance Etiquettes est spécialisé dans l'impression d'étiquettes haut de gamme, notamment pour les vins et spiritueux.  — Photo : D.R.

La croissance du groupe Alliance Etiquettes a pris, fin 2022, une nouvelle direction. Le groupe a ainsi racheté une première entreprise hors du territoire français, avec l'acquisition fin 2022 de l'italien Tonutti Tecniche Grafiche. L'entreprise de 100 salariés basée à Fagagna (Italie) au chiffre d'affaires de 21 millions d'euros (en 2021) est spécialisée elle aussi dans l'impression d'étiquettes viticoles. "Depuis environ trois ans, nous avions l'ambition de traverser les frontières", précise Olivier Laulan, le président d'Alliance Étiquettes. Trois territoires proches étaient ainsi dans la ligne de mire du groupe français : l'Italie, ainsi que l'Espagne et le Portugal. Avant de sauter le pas et la frontière, Alliance Etiquettes a pris le temps nécessaire pour trouver la perle rare. "Je voulais une entreprise dans notre cœur de métier, précise Olivier Laulan, une entreprise qui ait une taille significative, qui imprime les mêmes produits que nous et qui connaisse bien le procédé d'impression." Ce rapprochement devrait ainsi bénéficier à chacun. À Tonutti, en lui permettant de développer la production d'étiquettes en étain, la spécialité de l'une des entités françaises. Et à Alliance Etiquettes, en lui permettant d'intégrer le savoir-faire d'impression d'étiquettes de Prosecco de Tonutti. "Cela pourra nous mettre un pied à l'étrier vers le champagne", souligne le président.

En effet, outre la volonté de continuer à se développer dans les pays européens des alentours (en Italie toujours, au Portugal et en Espagne, de nouvelles acquisitions étant un objectif à 24 mois pour le groupe), le groupe spécialisé dans l'impression premium projette également de s'implanter dans d'autres régions de l'Hexagone. "Nous avons également pour ambition de terminer un maillage territorial français afin d'avoir un site dans chaque région viticole. Il reste l'Alsace et la Champagne".

Des objectifs ambitieux

Ces projets d'expansion s'inscrivent dans la lignée de la stratégie que mène le groupe girondin depuis la rencontre d'Olivier Laulan qui a déjà vingt ans à la tête de l'entreprise familiale, avec le fonds d'investissement Activa Capital, en 2014. Cette rencontre l'a d'ailleurs décidé à changer d'échelle et à créer un groupe d'entreprises spécialisées dans la production d'étiquettes premium.

Place à la suite donc, et à la création du groupe Alliance Etiquettes en 2015, en partenariat avec Activa Capital (rejoint il y a deux ans par Chequers Capital). "Nous montons Alliance Etiquettes avec l'Imprimerie Laulan dedans. Je vais voir des entreprises du même type, où il n'y a pas forcément de succession, des entreprises d'une cinquantaine d'années et qui ont de bons résultats. Avec toujours l'ambition d'associer le chef d'entreprise au projet", explique le président du groupe. L'objectif de ce dernier et du fonds d'investissement, au moment de la création, était d'atteindre un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros au bout de 5 ans. Un objectif ambitieux pourtant atteint dès 2017, seulement trois ans après la création du groupe, et plusieurs premières acquisitions réussies. Aujourd'hui, sept années après le lancement, le chiffre d'affaires du groupe atteint les 120 millions d'euros et il compte 575 salariés (100 millions d'euros et 475 salariés avant l'acquisition de l'italien Tonutti Tecniche Grafiche), répartis sur 12 sites français et le nouveau site italien.

Cultiver la diversité

Ce rassemblement permet ainsi au groupe de proposer des étiquettes pour vins et spiritueux - le marché originel de l'imprimerie Laulan qui représente aujourd'hui environ 65 % du chiffre d'affaires -  ainsi que pour d'autres secteurs, en particulier l'industrie agroalimentaire. De plus, l'acquisition, en 2021, de la société basée en Dordogne, Etiq'Etains, a apporté un nouveau savoir-faire au sein du groupe : l'impression d'étiquettes en étain, grandement recherchées notamment dans le domaine des spiritueux. Une diversité enclenchée bien avant la naissance du groupe, par l'imprimerie Laulan, qui a commencé à produire des étiquettes pour le foie gras dès 1994. "Nous avons toujours eu cet ADN de ne pas être mono-produit, souligne Olivier Laulan. Une vision qui permet de lisser le chiffre d'affaires sur l'année mais aussi de mieux résister aux crises. 

120 millions de chiffre d'affaires

En 2020, lors de la crise du Covid, "il y a eu un petit trou d'air en début de pandémie", se rappelle le président. Mais au bout de quelques semaines, puisque les cafés, hôtels et restaurants étaient fermés, les gens achetaient pour ramener chez eux. On a vu les ventes d'étiquettes croître de manière significative, notamment sur les spiritueux ou la partie agroalimentaire (conserves, plats préparés…)." Le groupe a ainsi connu une croissance à deux chiffres depuis 2020. De 70 millions de chiffres d'affaires début 2020, le groupe est passé à 120 millions (dont une partie de ce chiffre d'affaires liée aux dernières acquisitions).

Investir dans les locaux

L'objectif pour les années à venir est "de consolider la base, notamment au niveau des investissements immobiliers, partage le président du groupe. Nous venons de terminer un site de 6 000 m2, à côté de Saumur, où nous avons réuni deux imprimeries sur une nouvelle parcelle de 1,5 hectare." Un investissement de 5 millions d'euros qui a suivi l'acquisition du groupe d'imprimeries Etienne (5 imprimeries). De plus, des projets d'agrandissement de locaux existants sont en cours ou en projet, notamment à Limoges, où les travaux devraient se terminer en début d'année, en Bretagne et dans la vallée du Rhône, où des projets devraient être mis en œuvre d'ici à 2025. "Sur les 24 prochains mois, entre 10 et 15 millions d'euros seront investis dans l'immobilier et l'achat de presses", précise Olivier Laulan. De quoi continuer à se développer et cultiver la cohésion et ainsi toujours "peser dans le paysage des arts graphiques".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition