Seine-Maritime

Industrie

Val Laquage plante le décor de sa réussite

Par Sylvie Mignard, le 05 février 2020

Spécialiste du laquage et de la décoration de flacons, Val Laquage est un acteur qui a su faire sa place sur un marché de niche. En vingt ans, l’entreprise a développé un savoir-faire très spécifique.

Val Laquage
Spécialiste du laquage et de la décoration de flacons, Val Laquage est un acteur qui a su faire sa place sur un marché de niche. — Photo : © Val Laquage

Après avoir fait ses armes dans l’entreprise familiale, Piochel, entreprise spécialisée dans le laquage, Valérie Tellier se lance en 1998 dans la création de sa propre structure. Mais si elle quitte le giron familial, elle n’en garde pas moins les codes et le savoir-faire en créant Val Laquage, société dédiée au décor des flacons via des procédés de laquage, sérigraphie, marquage à chaud et tampographie pour des entreprises des secteurs de la cosmétique, de la parfumerie et des spiritueux. Elle s’installe à Ouville-la-Rivière, en Seine-Maritime « parce qu’il y avait des entreprises de décors à côté », explique-t-elle. Une bonne vingtaine d’années plus tard, le succès est au rendez-vous. La dirigeante a su faire prospérer son entreprise et constitué le holding Val Fi, qui regroupe trois entités distinctes et complémentaires.

3 millions investis dans de nouvelles activités

« En 2006, j’ai racheté Inserdéco, une entreprise spécialisée dans toutes les écritures, située juste à côté de Val Laquage, poursuit Valérie Tellier. Et en 2009, j’ai repris Piochel, experte en laquage, métallisation et décor, qui était en liquidation judiciaire suite à la crise de 2008. J’ai fermé l’entreprise durant deux ans avant de la rouvrir grâce à un client qui m’a confié un volume de production suffisant », se félicite la dirigeante qui a su structurer son groupe afin d’asseoir son développement. Avec à la clé, un important travail sur la dimension humaine, une équipe d’encadrement jeune et formée au travail en commun. « Pendant quatre ans, nous avons travaillé à rendre l’entreprise sexy, à montrer qu’il est possible, dans une PME, de faire du beau travail. C’est important car si l’on n’est pas attractif, on ne parvient pas à recruter », assure Valérie Tellier. Pour soutenir sa croissance, l’entreprise a investi, en deux ans, 3 millions d’euros sur du matériel automatisé, mais aussi pour le développement de nouvelles activités comme la métallisation et le collage d’accessoires sur le site de Piochel. Enfin, les structures ont été clarifiées. Ainsi, Val Fi regroupe tous les cadres et les services transversaux des trois entreprises. De plus, depuis deux ans, Val Laquage s’est positionné comme l’entité commerciale du groupe. « Cela permet à nos clients d’avoir un seul point d’entrée. Cela nous simplifie également la tâche, puisque nous n’avons plus à répondre trois fois aux appels d’offres. En fonction des demandes, nous nous chargeons de répartir la production entre nos trois entités, en veillant toujours à limiter au maximum les transports entre les sites. L’idée, c’est que le flacon arrive nu et reparte prêt à conditionner », souligne la dirigeante. L’entreprise est également certifiée iso 9001, un atout de poids pour travailler avec les entreprises du secteur du luxe.

Rachat en projet pour compléter la gamme

Aujourd’hui, le groupe compte 200 salariés et réalise un chiffre d’affaires oscillant entre 13 et 14 millions d’euros. Et sa fondatrice ne compte pas s’arrêter là. Valérie Tellier compte poursuivre le développement de l’activité, en continuant d’investir dans l’automatisation de la production. Et, peut-être pourquoi pas, à terme, racheter une entreprise à l’étranger pour pouvoir compléter la gamme et répondre aux demandes de produits moins chers que l’entreprise ne peut satisfaire aujourd’hui.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail