Rouen

Ressources humaines

Interview Vakom : « Faites de vos salariés les auteurs de votre entreprise »

Entretien avec Jean-Louis Fel, président de Vakom

Propos recueillis par Sébastien Colle - 03 septembre 2018

Président-fondateur de l’agence Vakom à Rouen, spécialisée dans le conseil en ressources et relations humaines, Jean-Louis Fel veut remettre du sens au coeur des entreprises et rendre les femmes et les hommes auteurs et acteurs de leur propre réussite. Objectif : rajouter la performance humaine à la performance économique.

"Le dirigeant doit créer les conditions de l'engagement de chaque individu", explique Jean-Louis Fel, président de l'agence Vakom. — Photo : Vakom

Le Journal des Entreprises : Pourquoi avoir choisi de mettre la place de l’humain dans l’entreprise au cœur de votre démarche ?

Jean-Louis Fel : Notre ambition est de faire progresser la place de l’humain dans l’entreprise et les organisations de demain. Le sens de l’humain, c’est le sens privilégié des salariés. À quoi je sers ? Quelle est ma valeur ajoutée ? Les gens s’inscrivent dans un projet collectif, s’ils y ont un intérêt individuel. Alors plutôt que de contraindre l’individu, on va aller dans son sens. C’est le nudge, un concept venu des États-Unis.

Le nudge propose de renforcer le bien-être et la performance avec les sciences comportementales, par des suggestions indirectes qui peuvent influencer les motivations et la prise de décision des groupes et individus. L’idée c’est, plutôt que de contraindre quelqu’un, d'aller dans son sens. Le nudge va plus loin que le concept d’entreprise libérée, avec pour objectif de donner envie de mieux comprendre ceux qui nous entourent, pour leur donner les clefs de la réussite.

C’est un concept proche de celui d’entreprise du 7e sens que vous proposez dans vos conférences… Quels en sont les grands axes ?

J.-L. F : Il y a quelques années, le mot que j’entendais le plus était celui de "crise". À présent, c’est le mot "sens" qui revient le plus souvent. Je suis parti de ce constat pour développer une réflexion autour du thème « De l’entreprise en quête de sens à l’entreprise du 7e sens ». L’idée est de rendre les personnes auteures et actrices de leur propre réussite, plutôt que de les laisser spectatrices ou figurantes.

« Ce qui manque le plus aux salariés, aujourd’hui, dans les entreprises, c’est l'envie de s’engager. »

L’entreprise du 7e sens rajoute la performance humaine à la performance économique, pour une performance durable. Bien-être et performance durable ne vont pas l’un sans l’autre pour assurer la réussite d’une entreprise. La performance durable s’appuie sur l’engagement des hommes et des femmes. Mais pour s’engager, il faut en avoir envie. Ce qui manque le plus aujourd’hui dans les entreprises c’est cette envie de s’engager. Et pour s’engager, il faut trouver un intérêt.

L’individu s’interroge sur son bénéfice dans l’ambition de l’entreprise à atteindre ses objectifs. Il y a un effort à réaliser pour créer les conditions de l’engagement et reconnaître que l’entreprise n’a peut-être pas fait tout ce qu’il fallait pour créer les conditions de l’engagement de tous. Arriver à convaincre l’ensemble des individus de tous converger vers un même but de performance est un grand bénéfice pour l’entreprise.

Pourtant, de nombreuses entreprises affichent des valeurs fortes pour fédérer leurs salariés. Cela ne vous semble pas suffisant ?

J.-L. F : Il ne suffit pas d’afficher ses valeurs, il faut les vivre ! Les valeurs sont des prérequis. Il faut en tenir compte pour tout ce que l’on fait. C’est pourquoi je propose d’adopter un comportement 4G, de haut débit relationnel. Les 4G, c’est la part d’humanité que l’on a en nous. Tout humain a le sens de l’humain, mais utilisez-vous votre sens de l’humain ? L’entreprise du 7e sens, c’est créer les conditions pour utiliser sons sens de l’humain et cela permet d’éviter le plus possible de jouer des rôles.

« Plus on met de confiance et d’optimisme dans l'entreprise, plus on en libère les talents. »

Dans les 4G, il y a d’abord la Gratitude - savoir dire "merci" et "bravo", et savoir aussi le recevoir. Le second G est celui de la Générosité, pas seulement à travers des primes ou autres gratifications, mais donner du temps, de l’attention à l’autre. La Gentillesse correspond au 3e G. Nous sommes passés d’un monde de compétition à un monde de coopération et si je mets la tolérance et la bienveillance dans "gentillesse", alors ça prend toute son ampleur. Enfin, le 4e G, c’est Grandir et faire Grandir, car on ne peut pas évoluer sans faire évoluer les gens autour de soi. Et pour compléter, je dis au dirigeant d’entreprise, soyez un 5G ! Le 5G, c’est celui qui créé les conditions de fonctionnement des 4G, le moteur qui fait avancer l’ensemble.

Vakom fête ses 30 ans, quel bilan tirez-vous de cette aventure ?

J.-L. F : C’est une forme de maturité. Une aventure humaine portée par des personnes très enthousiastes. Les 10 à 15 premières années, je portais l’agence et son développement, mais aujourd’hui, Vakom est portée par une équipe qui y croit autant que moi. Et puis, il n’y a pas de turnover, ce sont des personnes qui me suivent depuis longtemps. Un attachement à l’entreprise que je retrouve aussi chez les franchisés qui renouvellent leur contrat avec Vakom (35 franchisés d’ici à fin 2018, NDLR). Les gens restent, car je crois que j’applique mes principes. Ils sont auteurs et acteurs de leur vie professionnelle. Je leur fais confiance et ils me font confiance en retour. C’est l’ingrédient essentiel. Plus on met de confiance et d’optimisme, plus on libère les talents dans l’entreprise.

"Le dirigeant doit créer les conditions de l'engagement de chaque individu", explique Jean-Louis Fel, président de l'agence Vakom. — Photo : Vakom