Calvados

Automobile

Interview Stéphane Castets (PSA Cormelles-le-Royal) : « Nous allons lancer deux nouvelles lignes de production en 2021 »

Entretien avec Stéphane Castets, directeur de PSA à Cormelles-le-Royal

Propos recueillis par Isabelle Evrard - 05 octobre 2020

Directeur de l'usine PSA de Cormelles-le-Royal, dans le Calvados, depuis le 1eraoût, Stéphane Castets fait le point sur les investissements passés et à venir de l’usine spécialisée dans la production des transmissions, des berceaux moteurs, des triangles de suspensions, et des pivots à destination des usines terminales du groupe PSA. Le nouveau dirigeant, ingénieur de formation, annonce le lancement de deux nouvelles lignes de production en 2021.

Stéphane Castets (à gauche) dans l’atelier de production de triaxes de transmissions.
Stéphane Castets (à gauche) dans l’atelier de production de triaxes de transmissions. — Photo : © Nathalie Tantalin PSA Caen

Comment PSA s’est-elle adaptée à la crise économique ?

Stéphane Castets : Nous avions enregistré un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2019, dont 43 % à l’export. Les projections de développement de l’entreprise réalisées avant la crise du Covid-19 étaient optimistes, mais le groupe ne pouvant pas produire sur stock pendant le confinement, nous avons dû fermer l’usine pendant deux mois pour suivre le rythme de nos clients que sont les usines terminales PSA. Aujourd’hui, nos équipes (1 200 collaborateurs, NDLR) sont au complet et nous pensons retrouver notre niveau d’activité, proche de celui d’avant la crise, d’ici la fin de l’année. Ce qui est assez rare dans le contexte industriel actuel…

Quels sont les projets de développement de l’usine de Cormelles ?

Stéphane Castets : Nous avons entamé un plan de transformation en 2017 baptisé « projet PSA Caen 2020 » et investi 100 millions d’euros sur 4 ans, dont 4 millions financés par la Région Normandie. Le projet a permis la réduction des surfaces industrielles de 70 % : nous sommes passés de 600 000 m2 de bâtiment à 200 000 m2. Les activités ont été intégrées dans un seul et même bâtiment principal. Objectif : être regroupés et plus efficaces industriellement. Ce recentrage s’est fait à effectif constant, mais en optimisant notre organisation ainsi que les flux à l’intérieur de l’usine. Cette rationalisation de l’espace nous a permis de baisser nos coûts de production et de nous recentrer sur certaines activités en croissance. Ainsi, nous augmentons nos capacités sur la production des transmissions de 20 % pour passer de 4 millions à 5 millions de pièces annuelles. Début 2021, nous lancerons deux nouvelles lignes de productions de berceaux, avec des perspectives d’embauche d’une cinquantaine de salariés.

En parallèle, nous nous lançons dans une nouvelle configuration industrielle avec un programme d’automatisation des flux et une digitalisation de l’ensemble de la supply chain pour nous positionner en usine 4.0.

Le développement des nouveaux marchés de l’hybride et de l’électrique ouvre de nouvelles opportunités. L’usine de Cormelles est-elle positionnée sur ces marchés ?

Stéphane Castets : Nous produisons déjà des pièces pour ces marchés notamment pour les berceaux des véhicules qui viennent à 100 % de Caen. Nous avons, très récemment, décidé d’investir 6 millions d’euros pour modifier une ligne de production qui sera dédiée au renforcement des transmissions des véhicules hybrides. Avec l’ambition d’être prêts pour l’automobile de demain.

L’entreprise avait ouvert un vaste programme de formation qualifiante en septembre 2019. La crise a-t-elle remis en cause cet objectif ?

Stéphane Castets : Non, nous avons juste pris deux mois de retard, dus à la fermeture pendant le confinement. Nous avons engagé 150 000 heures de formation ces trois dernières années, dont 34 000 heures en 2020. Ce plan doit permettre à tous nos collaborateurs de s’adapter à la transformation de notre site en usine 4.0. Nous y avons ajouté une brique comportementale pour déployer le leadership dans le cadre d’un projet baptisé « Leadership 2024 ». Notre objectif est d’améliorer la collaboration interne dans l’entreprise pour que l’ensemble du groupe soit plus efficace.

Stéphane Castets (à gauche) dans l’atelier de production de triaxes de transmissions.
Stéphane Castets (à gauche) dans l’atelier de production de triaxes de transmissions. — Photo : © Nathalie Tantalin PSA Caen

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail