Rouen

Logistique

Interview Senalia : "Le changement climatique entraîne une tension sur le prix du blé"

Entretien avec Gilles Kindelberger, directeur général de Senalia, premier exportateur céréalier français 

Propos recueillis par Robert Querret - 19 novembre 2021

Directeur général de Senalia, premier exportateur céréalier français, Gilles Kindelberger revient sur les causes de la hausse du prix du blé et détaille les investissements de son groupe pour développer ses capacités opérationnelles.

"A la fin de l'année, Senalia prendra possession de son nouveau siège social rouennais, le 109", indique Gilles Kindelberger, directeur général de Senalia.
"A la fin de l'année, Senalia prendra possession de son nouveau siège social rouennais, le 109", indique Gilles Kindelberger, directeur général de Senalia. — Photo : JDE

Quel a été le bilan de la campagne d’exportations céréalières 2020/2021 pour Senalia ?

Gilles Kindelberger : Cette campagne a été caractérisée par une chute de l’offre à l’exportation. La production de blé de la récolte 2020 n’a pas dépassé les 28 millions de tonnes (Mt), soit 10 Mt de moins que l’année précédente. Nous n’avons guère expédié plus de 3 Mt de céréales via nos trois sites portuaires rouennais au lieu de 5,3 Mt durant la campagne précédente qui, elle, avait atteint un niveau record. Sur ce total, on compte 2 Mt de blé (- 45 %) et 450 000 tonnes d’orge de brasserie. Un produit qui, malgré la baisse (- 18 %), a généré des cargaisons unitaires records et sur lequel nous avons gagné des parts de marché, avec la Chine notamment. La contribution de Senalia (143 salariés ; 32 M€ de chiffre d'affaires) dans les exportations céréalières globales du port de Rouen s’est établie à 52 %. Au niveau de l’exercice financier, la diversification des activités du groupe vers la logistique de produits agroalimentaires nous a permis de nous en sortir correctement.

Comment se présente la campagne en cours ?

Gilles Kindelberger : Les pluies de juillet ont affecté qualitativement et quantitativement la récolte 2021. La moisson de blé ne devrait pas dépasser 35 Mt, soit 2 Mt de moins qu’attendu. C’est un handicap pour les exportateurs français en concurrence avec l’Ukraine et la Roumanie qui ont fait de bonnes récoltes. D’autre part, le changement climatique est un phénomène mondial qui entraîne une tension sur les prix. Celui du blé se situait entre 170 et 180 euros la tonne lors la campagne passée. Il a bondi à 250 euros cette année.

Les organismes stockeurs vont devoir jouer pleinement leur rôle dans l’amélioration de la production pour répondre aux exigences qualitatives de nos principaux acheteurs que sont les pays du Maghreb. Pour le reste, il faudra commercialiser davantage de blé fourrager destiné à l’alimentation animale. Il existe des marchés potentiels en Europe et en Asie, l’Indonésie par exemple. Pour cette campagne, nous tablons sur 4,2 Mt. 

Quelle est la stratégie de Senalia dans ce contexte difficile ?

Gilles Kindelberger : Nous disposons à Rouen d’une énorme capacité de stockage (600 000 tonnes au total) qui nous permet de traiter toutes les spécificités de la demande. Nous investissons 7,5 millions d’euros pour remplacer les deux portiques du terminal de la presqu’île Elie. Ces engins identiques à ceux de Grand-Couronne pourront charger chacun 1 200 tonnes par heure, et seront livrés début 2022.

Nous poursuivons notre diversification, comme en témoigne le rachat à Normandie Logistique de l’activité stockage de palettes Cargill. Placée au sein de l’entité GQ Logistique, elle dispose d’un hangar de 14 000 m2. Senalia a fait du port de Rouen le principal centre de stockage français de fèves de cacao pour les besoins d’entreprises locales de transformation comme Cargill et Barry Callebaut.

Et puis, à la fin de l’année, Senalia prendra possession de son nouveau siège social rouennais, nommé "le 109". Il abritera également des entreprises extérieures, ainsi que l’accélérateur de mobilité de Neoma business school, spécialisé dans la gestion de flux de marchandises et de personnes. L'ensemble formera un pôle d'innovation national dans le domaine de la mobilité responsable. Ce nouveau partenariat accueillera également les start-up qui se consacrent à cette spécialité.

"A la fin de l'année, Senalia prendra possession de son nouveau siège social rouennais, le 109", indique Gilles Kindelberger, directeur général de Senalia.
"A la fin de l'année, Senalia prendra possession de son nouveau siège social rouennais, le 109", indique Gilles Kindelberger, directeur général de Senalia. — Photo : JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail