Rouen

Industrie

Robocath : Une levée de fonds de 900.000€

Par la rédaction, le 28 août 2015

La start-up rouennaise Robocath réalise une seconde levée de fonds de 900.000 euros afin de finaliser le développement de sa solution robotique de télé-manipulation de cathéters.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Spécialisée en robotique médicale, la start-up rouennaise Robocath développe une solution robotique de télé-manipulation de cathéters. Pour assurer son développement, elle finalise une seconde levée de fonds de 900.000 euros auprès de ses partenaires historiques Go capital (Grand ouest capital - 600.000 euros) et NCI (Normandie capital investissement - 300.000 euros).

Une équipe renforcée

La première levée de fonds (900 K€) a permis de constituer une équipe et de renforcer le management avec l'arrivée de Bruno Fournier au poste de directeur R & D, responsabilités qu'il a précédemment occupées chez Getinge et Air Liquide. Robocath s'est aussi entourée de consultants externes expérimentés comme le docteur Jean-Philippe Milon au niveau marketing et ventes, ancien vice-président Europe chez Intuitive Surgical (robot chirurgical Da Vinci).

Après cinq générations de prototypes testés in vitro et in vivo par des cardiologues interventionnels, la seconde levée de fonds doit permettre à Robocath de finaliser le développement du prototype industriel et de réaliser les premiers essais précliniques.


Une troisième levée de fonds nécessaire

Une levée de fonds complémentaire de près de 5 millions d'euros est attendue pour le début 2016 et sera nécessaire pour l'obtention du marquage CE du robot et sa commercialisation attendue fin 2017. « Si nos premiers partenaires restent à nos côtés, nous cherchons des investisseurs pour compléter cette troisième levée de fonds à hauteur de 4 millions d'euros », précise le Dr Philippe Bencteux, fondateur de Robocath. Le domaine du marché du robot médical représente un potentiel de plus de 10 milliards d'euros, grâce à la vente des machines et de leurs consommables, chaque intervention nécessitant une interface stérile.

Des cibles à l'international

Si la cible de Robocath est essentiellement constituée des hôpitaux et cliniques, la start-up vise dans un premier temps un développement en France et en Allemagne puis rapidement une internationalisation en commençant par les États-Unis où se trouve son unique concurrent, récemment entré au Nasdaq sur une valorisation de 500 millions de dollars.


Des angioplasties à distance

Créée en 2009 par le Dr Philippe Bencteux (médecin-radiologue diplômé de l'ESSEC) et basée à Rouen, Robocath est une entreprise qui développe une solution robotique innovante de télé-manipulation de cathéters. Ce dispositif robotisé permettra aux cardiologues de réaliser, à distance, des angioplasties (interventions mini-invasives sur les artères coronaires effectuées à l'aide de cathéters). Les praticiens réaliseront leurs opérations avec un confort et une précision accrus, tout en étant protégés des rayons-X. Robocath contribuera au développement de la chirurgie mini-invasive ambulatoire et ainsi à la diminution des coûts d'intervention et de la durée des séjours hospitaliers. « Nous espérons que notre robot sera adopté par de nombreux praticiens et qu'il sera utilisé en routine dans la pathologie coronarienne. Il permettra d'améliorer la prise en charge de la première cause de mortalité dans le monde », précise le créateur de Robocath.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition