Normandie

Politique économique

Régions et acteurs économiques convoitent la gouvernance du projet portuaire Haropa

Par Robert Querret, le 21 mai 2021

Les Régions Île-de-France et Normandie, les Ceser des deux régions et les acteurs économiques portuaires de l'axe Seine veulent une plus grande participation dans le futur ensemble portuaire Haropa.

« Le Plan stratégique à l'horizon 2025 adopté fin janvier sera l'épine dorsale de notre mission », explique Stéphane Raison, directeur général d'Haropa.
« Le Plan stratégique à l'horizon 2025 adopté fin janvier sera l'épine dorsale de notre mission », explique Stéphane Raison, directeur général d'Haropa. — Photo : DR

L'ordonnance sur la gouvernance du futur ensemble portuaire Haropa est en relecture au Conseil d'État jusqu'à fin mai. Le texte adopté sera ensuite transmis au Parlement pour un débat sans vote. Stéphane Raison, 50 ans, ingénieur des Ponts, des Eaux et des Forêts, sera directeur général et président du directoire du complexe portuaire regroupant les ports de Paris, Rouen et Le Havre. Pour lui, "le plan stratégique à l'horizon 2025 adopté fin janvier sera l'épine dorsale de la mission".

Unions portuaires et Régions veulent une meilleure place

Les collectivités locales et les entreprises portuaires seraient représentées au sein d'un conseil de surveillance de 17 membres. Cinq représentants de l'État, quatre personnalités qualifiées, une pour chaque Région (Ile-de-France et Normandie) et agglomérations concernées, et trois élus du personnel. Il sera présidé par Daniel Havis, président honoraire de la Matmut. Mais, les Unions portuaires ont déjà fait entendre leur mécontentement : "Notre Fédération n'a jamais été approchée pour participer à la création de l'Établissement public de l'Axe Seine", regrette Michel Segain, président de l'Union maritime et portuaire de France (UMPF), qui annonce "une requête devant le Conseil d'État afin qu'une relecture du texte soit faite et que la voix des entreprises privées soit enfin entendue." Christian Boulocher, président de Seine Port Union, abonde : "Associer les Unions portuaires, c'est démontrer la volonté de compétitivité collective."

Début avril, la Normandie et l'Île-de-France demandaient chacune deux sièges au conseil de surveillance, leurs présidents arguant qu'elles ont consacré 180 millions d'euros aux investissements des trois ports dans les contrats de plan État-région 2015-2020 ainsi que 40 millions sur 2021-2022. "Il n'est pas compréhensible que les deux régions aient un poids plus faible que les trois agglomérations alors que leur apport financier est dix fois supérieur", dénonce Hervé Morin, président de la Région Normandie. Valérie Pécresse, son homologue en Île-de-France, qui voit en Haropa "une opportunité de développement pour l'ensemble de l'Axe Seine", estime "indispensable que (les Régions) soient associées aux grandes décisions".

Un socle de stabilité avec le volet social

Toujours sensible en milieu portuaire, le volet social a fait l'objet d'une grande attention. Dès le 27 janvier, un protocole d'accord-cadre interétablissements publics portuaires était signé avec les organisations syndicales des trois entités concernées par la fusion. Présenté comme "un socle de stabilité" pour Haropa, il porte notamment sur le maintien des accords existants dans les places portuaires et l'accompagnement des 160 salariés qui seront affectés au siège havrais.

« Le Plan stratégique à l'horizon 2025 adopté fin janvier sera l'épine dorsale de notre mission », explique Stéphane Raison, directeur général d'Haropa.
« Le Plan stratégique à l'horizon 2025 adopté fin janvier sera l'épine dorsale de notre mission », explique Stéphane Raison, directeur général d'Haropa. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail