Seine-Maritime

Logistique

Près de 600 hectares de plus pour la logistique sur l’Axe Seine d'ici 2025

Par Robert Querret, le 06 octobre 2020

L’Observatoire Logistique Paris Seine Normandie révèle la dynamique d’implantation des zones logistiques le long de l’Axe Seine, polarisée autour des zones d’infrastructures portuaires, aéroportuaires et autoroutières. Près de 600 hectares supplémentaires seront disponibles d'ici 2025.

François Philizot, délégué Interministériel au développement de la Vallée de la Seine.
François Philizot, délégué Interministériel au développement de la Vallée de la Seine. — Photo : © DR

Selon le dernier rapport de l’Observatoire Logistique Paris Seine Normandie*, l’offre foncière à destination des zones de stockage et entrepôts se monte à plus de 1 710 hectares, dont 680 hectares disponibles immédiatement sur le territoire englobant l’ensemble de la Normandie et les départements de l’Ouest francilien. « Une offre foncière à vocation logistique abondante et plurielle. De quoi répondre aux besoins endogènes de développement des entreprises de nos territoires, et à ceux exogènes des entreprises souhaitant s’y implanter », selon Lucile Audièvre, chef de projet chez Logistique Seine Normandie.

Près de 600 hectares en plus d’ici 2025

Le rapport souligne également la complémentarité de la Normandie avec l’Île-de-France, confrontée pour sa part à une raréfaction du foncier. Et rappelle l’intérêt d’engager une réflexion de long terme sur l’organisation logistique régionale. « Dans le prochain Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions Vallée de la Seine (CPIER, NDLR), nous intégrerons une vision logistique plus large couvant 100 % de la Normandie et 100 % de l’Ile-de-France » annonce François Philizot, délégué interministériel au développement de la Vallée de la Seine.

À l’horizon 2023, 337 hectares supplémentaires viendront s’ajouter aux disponibilités logistiques, dont 130 hectares supplémentaires en zone portuaire au Havre, à Rouen, Limay (Yvelines) et Gennevilliers (Hauts-de-Seine) tandis qu’à moyen terme, d’ici 2025, ce sont près de 600 hectares qui viendront renforcer l’offre logistique.

Une perspective bienvenue dans la mesure où la Vallée de la Seine est en concurrence frontale avec le Range nord-européen (concentration des principaux ports européens sur le littoral allant de la Manche à la mer du Nord). « Si nous voulons bâtir des perspectives de reconquête de nos marchés perdus vers ces territoires, il nous faut dégager des moyens à donner aux prestataires logistiques », rappelle Alain Verna, président de Logistique Seine Normandie (LSN) qui compte deux cents adhérents sur le territoire.

*L’Observatoire Logistique Paris Seine Normandie est animé par Logistique Seine Normandie en partenariat avec Haropa, la CCI Normandie, Seine-Maritime Attractivité et les agences de développement en charge de la commercialisation des biens.

François Philizot, délégué Interministériel au développement de la Vallée de la Seine.
François Philizot, délégué Interministériel au développement de la Vallée de la Seine. — Photo : © DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail