Eure

Numérique

Orange investit 100 millions d'euros dans des data centers

Par François Colombier, le 11 juillet 2019

Orange investit 100 millions d'euros dans ses data centers de Val-de-Reuil et de Chartres et envisage d'ores et déjà d'étendre ses sites. 

Datacenter Orange
Val de Reuil, dans l'Eure, va accueillir un gigantesque data center — Photo : © Xavier Granet

L’opérateur télécoms a décidé d’investir lourdement dans ses data centers de Val-de-Reuil (Eure) et de Chartres (Eure-et-Loir), avec une enveloppe globale de 100 millions d’euros. Si la Normandie a été privilégiée, c’est parce qu’elle présente un risque sismique extrêmement faible, mais aussi en raison de ses conditions météorologiques. Les data center bénéficient en effet du « free cooling », qui utilise l’air frais ambiant pour refroidir les salles informatiques, évitant le recours à une climatisation artificielle. Elle est utilisée onze mois sur douze, permettant de réaliser d’importantes économies d’énergie. Un point essentiel pour le président-directeur général d’Orange, Stéphane Richard, venu poser la première pierre du data center de Val-De-Reuil, en mai dernier. « Nous devons relever nos ambitions sur l’empreinte environnementale. Nous avons des objectifs sur le 0 carbone pour 2050, voire plus tôt. Les 750 opérateurs télécoms du monde doivent s’aligner sur ces perspectives. L’économie numérique peut aider à la transition écologique », précise Stéphane Richard.

Sécurité maximale

Stéphane Richard, PDG d'Orange.
Stéphane Richard, PDG d'Orange. - Photo : F.C

« Nous sommes dans une phase majeure de transformation et de concentration, qui fait passer nos data centers de dix à trois », explique Marc Blanchet, directeur technique des systèmes informatiques d’Orange. « Ils auront vocation à gérer l’ensemble des clients et services d’Orange, entreprises et grand public, ainsi que notre propre système d’information internet ». Ces nouveaux sites dits de « nouvelle génération » proposent un « niveau d’exigence exceptionnel », selon le directeur technique. C’est le cas pour la sécurité technique, tout étant redondé, avec aussi un groupe électrogène permettant de tenir plus de 72 heures sans alimentation électrique. « Nous avons mis en place une gestion très industrielle des process pour éviter le moindre incident », relève le directeur d’Orange Grand Ouest, Pierre Jacobs.

Rôle stratégique

Le PDG d’Orange insiste également sur le rôle stratégique des data centers. « Ce sont des infrastructures stratégiques pour Orange. Les usages font que le volume de données géré est exponentiel, et nous n’en sommes qu’au début de l’explosion des objets connectés, de l’intelligence artificielle, de la digitalisation de l’économie. Il est essentiel de transporter, gérer, traiter, valoriser ces donnés, de maîtriser leur voyage de bout en bout au meilleur niveau de qualité et de sécurité. C’est ce que nous proposons. Et c’est mieux que les données soient stockées en France ».

Les nouveaux équipements ne sont pas encore en opération que l’opérateur envisage d’en construire de nouveaux. « Nous prévoyons la saturation de ces data centers d’ici quatre à cinq ans », estime Stéphane Richard qui précise : « Nous disposons de réserves foncières suffisantes pour construire de nouveaux bâtiments ». De quoi réjouir Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil, qui aime qualifier sa ville de « coffre-fort numérique », en citant les implantations d’EDF, BNP Paribas, Sanofi et Naval Group.

Datacenter Orange
Val de Reuil, dans l'Eure, va accueillir un gigantesque data center — Photo : © Xavier Granet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.