Seine-Maritime

Chimie

Olvea se lance dans l'éco-raffinage

Par Sébastien Colle, le 29 novembre 2018

Le spécialiste normand des huiles investit 30 millions d'euros dans une nouvelle ligne de raffinage sur son site de Saint Leonard (Seine-Maritime).

La nouvelle usine d'Olvea dispose d'une capacité de raffinage de plus de 30 000 tonnes par an.
La nouvelle usine d'Olvea dispose d'une capacité de raffinage de plus de 30 000 tonnes par an. — Photo : Olvea

Croire en son territoire et en être fier peut être un puissant moteur de développement et un facteur de réussite. C’est dans cet esprit qu’Arnaud Daudruy, président du groupe Olvea, spécialiste des huiles végétales et de poissons à destination des industries cosmétiques, pharmaceutiques et de l’alimentation animale et humaine, a choisi de poursuivre l’aventure entrepreneuriale familiale commencée il y a près de 90 ans à Fécamp. Un choix de cœur mais aussi une démarche pragmatique pour le chef d’entreprise qui vient d’ouvrir une nouvelle unité de production sur son site historique pour un montant de 30 millions d’euros : « Cet investissement, nous l’avons réalisé à Fécamp car nous sommes ici au cœur de l’Europe avec un port qui dispose de 9 000 tonnes de stockage et la possibilité d’y décharger nos navires d’huiles. De plus, nous sommes à proximité du port du Havre. Cela nous donne la capacité de livrer nos clients plus rapidement ». L’Europe, une bienfaitrice pour Arnauld Daudruy qui ne tarit pas d’éloge à son égard : « Je remercie l’Europe, espace de libre-échange pour les marchandises, genèse du développement d’Olvea qui réalise 75 % de son chiffre d’affaires à l’export. Un relais de croissance essentiel pour nous. L’Euro est une autre preuve de réussite, un outil financier exceptionnel. Les taux d’intérêt exceptionnellement bas ont permis à Olvea de réaliser cet investissement indispensable à notre développement ».

Une usine éco-conçue

Après quatre années de conception et réalisation , « qui furent fastidieuses mais exaltantes », confie le dirigeant, Olvea dispose à présent d’une nouvelle unité, baptisée Olvea Green Technologies, équipée de deux lignes de raffinage d’une capacité journalière de 100 tonnes. Au total, Olvea Green Technologies comprend 93 cuves, 10 000 tonnes de stockage et une capacité de raffinage de plus de 30 000 tonnes par an. Si la nouvelle usine doit permettre au groupe d’améliorer sa compétitivité et devenir « le fer de lance de notre développement » face : « à un environnement très concurrentiel », sa construction s’inscrit dans une démarche volontariste autour du développement durable. Olvea Green Technologies est l’une des premières raffineries vertes et éco-conçues d’Europe. Ainsi, le bâtiment de l’ancienne usine PGS a été entièrement réhabilité et les matériaux de démolition ont été recyclés et revalorisés. L’usine, d’une surface de 9 000 m² dispose sur son toit de 1 300 m² de panneaux photovoltaïques capables de couvrir 50 % des besoins d’une ligne de raffinage. Le reste de l’alimentation énergétique est acheté auprès de filières de gaz issu de la méthanisation et de l’électricité verte. Des installations vertes auxquelles s’ajoutent trois réservoirs de récupération d’eau de pluie, capables de stocker jusqu’à 12 millions de litres par an. Un choix qui a un coup explique Arnauld Daudruy : « Nous aurions pu faire la même production avec un investissement de 20 millions d’euros mais nous avons décidé d’en mettre dix de plus pour la sécurité sanitaire et l’avenir de la planète ». L’environnement, une nécessité à prendre en compte pour le dirigeant d’Olvea, sensibilisé à la protection de la planète depuis ses déploiements à l’export et le développement d’usines de production éco-conçues et de filières équitables d’approvisionnement en Afrique (huile d’argan, beurre de karité, huiles riches en oméga 3). « Lors de notre implantation au Burkina Faso en 2007, nous avons côtoyé les populations et leurs difficultés, vu l’avancée du désert ; ce sont des choses qui marquent. On ne peut pas revenir en France après ça et se dire on ne fait rien. Je suis convaincu que l’on peut allier business, profitabilité et développement durable », assure Arnauld Daudruy. Si la nouvelle usine doit permettre à Olvea de réduire son flux logistique et son empreinte carbone, elle est aussi un élément stratégique de premier ordre auprès de ses clients : « La carte développement durable est demandée par nos donneurs d’ordres. C’est donc un formidable outil de différenciation face à la concurrence de pouvoir produire de façon éco-responsable ».

Un chantier mené avec des entreprises locales

Toujours dans une optique de territoire, Olvea a favorisé les entreprises locales pour la construction de sa nouvelle usine. Au total, 65 % de l’investissement a été réalisé auprès d’une centaine de prestataires normands (15 % d’autres entreprises françaises et 20 % d’entreprises belges et allemandes). Une démarche complétée par l’embauche de plus de 40 personnes sur le site de Saint Leonard, avec des recrutements réalisés  « exclusivement localement », se félicite Arnauld Daudruy qui affirme : « Ce sont les femmes et les hommes qui font le développement des entreprises, pas seulement un dirigeant ou une opportunité ».

Citation : « Nous avons une responsabilité environnementale envers les futures générations ». Arnauld Daudruy, président d’Olvea.

Olvea en bref

Président : Arnauld Daudruy

Adresse : parc d’activités des Hautes Falaises, rue Jean Paumier, 76400 Saint Leonard

Effectif : 250

C.A : 105 M€

12 filiales

La nouvelle usine d'Olvea dispose d'une capacité de raffinage de plus de 30 000 tonnes par an.
La nouvelle usine d'Olvea dispose d'une capacité de raffinage de plus de 30 000 tonnes par an. — Photo : Olvea

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture