Normandie

Automobile

Interview NextMove : "La crise a permis à la filière automobile d'accélérer sa mutation technologique"

Entretien avec Marc Charlet, directeur général de NextMove

Propos recueillis par Isabelle Evrard - 17 février 2021

Le pôle de compétitivité automobile Mov'eo a changé d'identité pour devenir NextMove et fédère désormais l'ensemble de la chaîne de valeur de la filière Automobile & mobilités. Pour Marc Charlet, directeur général de NextMove, " l'avenir de la filière passe par l'innovation et l'anticipation ".

Marc Charlet, directeur général de NextMove: "Nous voulons atteindre les 800 membres d'ici 2022"
Marc Charlet, directeur général de NextMove: "Nous voulons atteindre les 800 membres d'ici 2022" — Photo : Julien Tragin

Pourquoi Mov’eo a-t-il changé d’identité ?

Marc Charlet : Mov’eo a toujours mis l’accent sur l’innovation. Il nous a semblé, dans cette période très troublée, qu’il fallait marquer encore plus fort cette volonté. L’avenir de la filière Automobile & mobilités passe par l’anticipation. Nous devons toujours avoir un coup d’avance sur les évolutions à venir. Par ailleurs, le pôle avait fusionné, en 2019, avec les Associations régionales de l’industrie automobile, l’ARIA Normandie et le RAVI (Île-de-France). Avec NextMove, nous concrétisons cette fusion en rassemblant au sein d’une entité unique tous les acteurs de la chaîne de valeur, soit 600 membres. Avec pour objectif d’atteindre les 800 membres d’ici 2022.

Quel est l’impact de la crise sur la filière Automobile & Mobilités sur le territoire ?

Marc Charlet : Il est évidemment important car le marché automobile en France a perdu un quart de ses volumes en 2020. Même si nous enregistrons une petite reprise, les entreprises n’ont pas encore retrouvé le niveau normal d’activité. Il y a malgré tout un point positif : la crise a permis à la filière d’accélérer la mutation des nouvelles technologies, notamment ce qui concerne l’électromobilité et la digitalisation des entreprises. De fait, les entreprises qui s’en sortent le mieux sont celles qui avaient commencé à se positionner sur les produits liés aux véhicules électriques et celles qui avaient entamé la transformation de leurs outils de production vers l’industrie 4.0.

Est-il envisageable de relocaliser l’industrie en Normandie et Vallée de Seine ?

Marc Charlet : Il faut rester réaliste. Il sera difficile de relocaliser de la production qui est aujourd’hui installée en Afrique du Nord ou en Europe de l’Est. L’important est de faire en sorte que les innovations de demain soient produites en France et tout particulièrement en Normandie. L’électronique de puissance sera présente sur tous les véhicules électriques ou hybrides de demain : nous devons faire en sorte que ces industries soient positionnées sur le territoire normand et inciter nos membres à convertir leur outil de production.

Quelles seront les actions phares de NextMove en 2021 ?

Marc Charlet : Notre priorité est d’aider la filière à rebondir et cela passe notamment par l’emploi-compétence. Nous allons lancer au cours du mois février une plate-forme de prêts de collaborateurs, sorte de " Meetic des employeurs ". Car sur un même bassin d’emploi, il y a des entreprises qui bénéficient de fortes augmentations d’activité tandis que d’autres peinent à s’en sortir. L’idée est de faire se correspondre des compétences et de prêter des collaborateurs pour une durée déterminée.

Marc Charlet, directeur général de NextMove: "Nous voulons atteindre les 800 membres d'ici 2022"
Marc Charlet, directeur général de NextMove: "Nous voulons atteindre les 800 membres d'ici 2022" — Photo : Julien Tragin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail