Caen

Technologies

Neurallys relâche la pression avec son implant connecté

Par Isabelle Evrard, le 06 septembre 2021

Installée à Colombelles dans la pépinière d’entreprises de Caen la Mer depuis 2019, la société Neurallys développe un implant connecté permettant de mesurer la pression intracrânienne des patients atteints d’hydrocéphalie.

Philippe Auvray, président de Neurallys : "Notre capteur connecté mesure et enregistre la pression intracrânienne en continu"
Philippe Auvray, président de Neurallys : "Notre capteur connecté mesure et enregistre la pression intracrânienne en continu" — Photo : Isabelle Evrard

Depuis 2017, la start-up Neurallys travaille, en collaboration avec le CHU de Caen et le laboratoire d’imagerie médicale Cycéron, au développement d’un dispositif médical connecté pour les patients souffrant d’hydrocéphalie et d’hypertension intracrânienne. "Notre capteur connecté mesure et enregistre la pression intracrânienne. Fonctionnant de façon autonome, il est implanté sous la peau en même temps que la valve. Il permet de transmettre, à distance, les informations de pression intracrânienne au médecin en cas de symptômes préoccupants, via le smartphone du patient", explique Philippe Auvray, président de la société Neurallys qui compte neuf collaborateurs.
Contrairement aux solutions de mesure de la pression intracrânienne existantes se faisant exclusivement à l’hôpital, Neurallys propose un enregistrement continu dans des conditions de vie réelle. La technologie développée permettra ainsi de réunir des informations jusqu’alors inaccessibles aux médecins et d’éviter aux patients de se rendre en urgence à l’hôpital au moindre symptôme (maux de tête, troubles de la vision…) La durée de vie de la batterie du capteur est évaluée à environ dix ans. "Notre technologie va permettre aux patients de gagner du temps avant d’aller à l’hôpital, et de répondre à cette angoisse permanente avec laquelle ils vivent au quotidien", assure Patrick Gouleme, directeur du marketing et du développement.

Une première levée de fonds

La pathologie de l’hydrocéphalie (excès de liquide cérébro- spinal dans le cerveau) touche environ 120 000 patients en France, et près de deux millions de personnes en Europe et USA. "Aux États-Unis comme en Europe, elle représente une chirurgie toutes les quinze minutes" ajoute Philippe Auvray. Pour l’heure, l’implant actuellement développé par Neurallys permet juste de surveiller la pression intracrânienne : "À terme, il pourra également réguler le liquide céphalorachidien", assure le président.

La start-up a besoin d’un financement global de 10 millions d’euros pour poursuivre ses recherches et commercialiser son produit sur le marché. Elle se prépare donc à effectuer une première levée de fonds d’1,5 million d’euros. Des embauches sont également programmées, puisque la société envisage d’employer vingt-cinq personnes d’ici 2025. "Nous prévoyons d’effectuer les premiers essais cliniques sur l’homme pour la fin 2023 pour une mise sur le marché d’ici 2025." La société, qui bénéficie déjà de financements de la Région Normandie et de BpiFrance, vient d’obtenir une subvention de 75 000 euros au titre de l’aide "impulsion innovation". 
Des financements et développements qui devraient permettre à Neurallys de consolider sa place dans le Top 5 des start-up spécialisées en neurochirurgie selon le classement d’une étude effectuée sur plus de 90 start-up dans le monde.

Philippe Auvray, président de Neurallys : "Notre capteur connecté mesure et enregistre la pression intracrânienne en continu"
Philippe Auvray, président de Neurallys : "Notre capteur connecté mesure et enregistre la pression intracrânienne en continu" — Photo : Isabelle Evrard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail