Orne

Environnement

L’usine Sylva Fertilis double sa capacité de production

Par Isabelle Evrard, le 24 janvier 2023

Pour répondre à une demande croissante de son fertilisant biochar, le Groupe SLB ouvre une nouvelle ligne de production dans l’usine Sylva Fertilis d’Argentan en Normandie. Un investissement d’un million d’euros qui lui permettra de doubler la capacité de production.

Thomas Gourdel, directeur de l’usine Sylva Fertilis : "Nous voulons doubler notre capacité de production et passer de 400 tonnes à 800 tonnes de biochar par an".
Thomas Gourdel, directeur de l’usine Sylva Fertilis : "Nous voulons doubler notre capacité de production et passer de 400 tonnes à 800 tonnes de biochar par an". — Photo : Isabelle Evrard

Ouverte en 2018 à Argentan (Orne), l’usine Sylva Fertilis du groupe SLB Argentan doit déjà pousser les murs pour réaliser son produit phare en plus grande quantité, le biochar Terra Fertilis, un fertilisant naturel. "Apport organique issu de la pyrolyse de biomasse forestière (charbon végétal naturel), le biochar Terra Fertilis est l’unique biochar en France à bénéficier d’une autorisation de mise sur le marché, délivrée par l’ANSES, attestant qu’il retient jusqu’à 2,5 fois son poids en eau et le seul biochar français à pouvoir être utilisé en agriculture biologique" explique Stéphane Ledentu, fondateur et président de SLB. Face à une demande de plus en plus importante des consommateurs à la recherche de fertilisants naturels, l’usine a investi un million d’euros pour ouvrir une deuxième ligne de production début 2023. "Nous voulons doubler notre capacité de production et passer de 400 tonnes à 800 tonnes de biochar par an", confirme Thomas Gourdel, le directeur de l’usine.

Autre axe de développement, l’accroissement des ventes sur le terrain international : en effet, l’entreprise vend 80 % de sa production à l’export (10 millions d’euros de chiffres d’affaires, dont 700 000 € pour le biochar), principalement au Sénégal et en Algérie. "L’Égypte est la prochaine cible de marché pour le biochar Terra Fertilis", assure le président de SLB.

Restaurer la biodiversité

Promoteur d’investissements forestiers en France, en Roumanie et au Brésil, le groupe SLB a créé son biochar en s’inspirant de la Terra Preta, un sol d’Amazonie à la fertilité exceptionnelle. "Avec Terra Fertilis, nous avons développé une marque "éconologique" qui associe l’écologie à l’économie et renforce l’écosystème de la forêt et des sols. Si nous voulons atteindre les objectifs de neutralité carbone en 2050 et restaurer la biodiversité, il faut dès à présent enclencher de nouvelles actions. Le biochar est la meilleure solution pour régénérer et décarboner les sols mais aussi pour les dépolluer et limiter l’usage des engrais chimiques dont les prix ont fortement augmenté", affirme Stéphane Ledentu.

Forte concurrence

L’usine Sylva Fertilis, qui emploie 11 salariés et envisage d’en recruter deux supplémentaires dès 2023, fabrique son biochar à partir de bois de forêts françaises gérées durablement : 3 200 tonnes de bois sont nécessaires pour produire 800 tonnes de biochar. "Notre ambition est de faire connaître ce produit sur le territoire français auprès des particuliers, mais aussi des agriculteurs et des collectivités. Pour l’heure, hormis les groupes Agrial et Poullain, il est très difficile de faire entrer notre produit dans les grandes enseignes de jardinerie. Il y a un fort lobbying d’engrais chimique en face de nous", reconnaît le dirigeant qui reste néanmoins confiant pour l’ouverture d’une troisième ligne de production d’ici 2025. Déjà utilisé dans la viticulture, la sylviculture, les golfs et les terrains de sport, le biochar est distribué en B to B, sur le site d’e-commerce du groupe. La partie B to C est en cours de développement, notamment via la plateforme Amazon.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition