Seine-Maritime

Télécoms

Linkt : Le nouvel opérateur télécom du Groupe Altitude

Par Sébastien Colle, le 02 juin 2017

Sept ans après la vente d'Altitude Telecom à Completel-Numericable, le groupe Altitude (Mont-Saint-Aignan-76), présidé par Jean-Paul Rivière, se relance dans l'aventure des télécommunications en créant un nouvel opérateur télécom BtoB : Linkt.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Téléphonie fixe, téléphonie mobile, Internet, centraux téléphoniques... Après avoir vendu Altitude Telecom, fleuron de son groupe d'entreprises, à Completel-Numéricable en 2010, Jean-Paul Rivière a décidé de se relancer dans l'aventure des télécommunications en lançant un nouvel opérateur télécom BtoB : Linkt. Une annonce qu'il a tenu a faire lui-même lors de la soirée du 11 mai dernier, organisée en son honneur par les clubs d'entreprises de la Vatine, de la Ronce et des Bords de Seine, trois territoires sur lesquels le prolifique dirigeant a implanté les cinq filiales de sa holding (60 millions d'euros de chiffre d'affaires et 80 millions d'euros de fonds propres) composée d'une société spécialisée dans les lotissements, de Cap Horn promotion (promotion immobilière), une société foncière, Altitude infrastructure (construction et exploitation de réseaux de télécommunications), ainsi qu'Altitude senior (résidences pour personnes âgées).

30 millions d'euros investis

Dirigée par Bertrand Lebarbier, gendre de Jean-Paul Rivière resté quatre ans directeur chez Completel après la cession d'Altitude Telecom, Linkt a bénéficié d'un investissement de 30 millions d'euros par la holding Altitude. Un début, selon le dirigeant de la nouvelle entité Altitude : « Nous allons mener une stratégie d'investissement intense avec au total 60 millions d'euros injectés dans les prochaines années pour des embauches de collaborateurs, le développement de produits et services. L'acquisition de clients représente également un investissement important en matière de raccordements, de pose d'équipements, mais aussi de communication et de développement commercial ». Un enthousiasme partagé par Jean-Paul Rivière qui espère : « Un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros d'ici trois ans », pour l'ensemble de son groupe grâce à la montée en puissance de Linkt. « Nous espérons être sur un podium à l'horizon 2021 », affirme Bertrand Lebarbier. Basée « pour l'instant » à Mont-Saint-Aignan dans les locaux de la holding du groupe, la nouvelle société dispose déjà d'un effectif de 50 salariés avec l'ambition d'en avoir 150 d'ici la fin de l'année et jusqu'à 350 dès 2018. Et pour soutenir cette forte croissance en ressources humaines, la jeune entreprise à décider de se doter de locaux plus adaptés dès la fin d'année avec un bâtiment de 3.000 m², en location, sur la zone de la Vatine à Mont-Saint-Aignan.

Un opérateur de proximité

« Nous avons privilégié la construction d'un nouvel acteur plutôt qu'une acquisition afin de s'organiser en fonction des besoins des clients. Nous voulons organiser l'entreprise pour que chaque client puisse avoir un interlocuteur unique en mesure de solutionner l'ensemble de ses problématiques. L'objectif est d'éviter l'écueil des gros opérateurs dont la digitalisation des services se fait souvent au détriment de la relation client par un parcours devenu trop complexe. Avec pour objectif de devenir l'un des tout premiers acteurs des télécoms en France métropolitaine », explique Bertrand Lebarbier. Un nouvel acteur qui bénéficie déjà de l'expérience accumulée par le fondateur d'Altitude Telecom dans le domaine et dont ce dernier compte faire profiter la nouvelle entreprise : « Aujourd'hui le marché est dans une dynamique en matière d'accompagnement aux entreprises. Il y a notamment une place à prendre face aux gros opérateurs comme Orange et SFR qui ont perdu en proximité face aux entreprises. Un savoir-faire que nous possédons et sur lequel nous allons capitaliser ».

Une stratégie nationale

Si Linkt à déjà obtenu une vingtaine de clients sur le territoire normand en quelques mois, l'objectif de déploiement affiché par son dirigeant est clairement national pour aller chercher des clients à fort volume. Ainsi, près d'une vingtaine d'ouvertures d'agences sont prévues sur tout le territoire métropolitain avant la fin 2017, de Lille à Montpellier, en passant par Paris, Caen, Nantes, Strasbourg, Lyon, Nice ou encore Avignon. « Nos concurrents sont les gros opérateurs comme Orange et SFR, ou encore des opérateurs régionaux comme Adista à Nancy. D'ici 2021, nous visons 1 % de parts de marché, soit 100 millions d'euros. Aujourd'hui, seuls trois acteurs en France réalisent plus de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires sur ce marché (Orange, SFR et Bouygues, Ndlr) ».

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.