Normandie

Tourisme

Les professionnels normands du tourisme espèrent limiter la casse

Par Isabelle Evrard, le 04 juin 2020

Représentant 6 % du PIB régional et 3,1 % de l’emploi, le tourisme est un secteur d’activité majeur pour la Normandie. Frappé de plein fouet et très lourdement impacté par la crise sanitaire, les professionnels rebondissent et lancent une vaste compagne de promotion du territoire pour tenter de sauver la saison 2020.

Tourisme à vélo en Normandie
Le tourisme vert affiche une véritable explosion en Normandie : ici la voie verte de Caen-Ouistreham. — Photo : © Grégory Wait / Calvados Attractivité

Le tourisme normand est en berne depuis le 13 mars. Selon une enquête menée auprès de plus de 1 800 professionnels par le Comité Régional du Tourisme de Normandie, l’impact de la crise sanitaire est jugé « désastreux ». Puissant pourvoyeur d’activité sur le territoire, le tourisme emploie 37 700 personnes en moyenne chaque année, et jusqu’à 50 000 en haute saison.

Alors que 83 % des établissements étaient ouverts avant l’annonce présidentielle du confinement, 76 % d’entre eux ont été contraints de fermer totalement leurs structures à partir du 14 mars. L’activité la plus touchée par la fermeture totale est la restauration puisque 93 % des restaurants ont fermé leurs portes. Les conséquences économiques en termes d’emplois sont importantes : pour les établissements qui emploient du personnel, près de 80 % ont eu recours au chômage partiel. Cette part est bien plus importante dans les restaurants (97 %) et dans les hôtels (96 %).

Jouer la carte locale

La totalité du chiffre d’affaires a été intégralement perdue pour 84 % des professionnels en avril, et pour 77 % d’entre eux en mai. Pour juin, 83 % des professionnels interrogés annoncent des baisses de chiffre d’affaires supérieures à 50 % par rapport au mois de juin 2019. En prévision des mois de juillet et août, un professionnel sur deux estime que la perte de chiffre d’affaires sera supérieure à 50 %. Les prestataires proposant habituellement un service de réservation enregistrent des annulations records : en avril, 81 % des répondants enregistrent plus de 80 % d’annulations de séjours ou de prestations. En mai, ils sont également 72 % à enregistrer plus de 80 % d’annulations. Ces taux d’annulation descendent progressivement en juin puis en juillet et août. 24 % des répondants en juillet et 21 % en août annoncent que toutes les réservations sont annulées.

Globalement, 69 % des participants déclarent que « l’épidémie va mettre leur structure en péril immédiatement, dans les mois à venir ou durablement ».

Michael Dodds,, directeur général de Normandie Attractivité et du Comité Régional du Tourisme
Michael Dodds,, directeur général de Normandie Attractivité et du Comité Régional du Tourisme - Photo : Isabelle Evrard - Le Journal des Entreprises

Pour Michael Dodds, directeur général de Normandie Attractivité et du Comité Régional du Tourisme, « c’est une situation très sérieuse. Il faut agir et sauver ce qui peut l’être de la saison 2020. La circulation rendue possible sur tout le territoire est une vraie bouffée d’oxygène pour les acteurs du tourisme, même si nous restons réalistes, ce qui est perdu l’est définitivement. »

Une vaste campagne de relance du secteur touristique a donc été engagée, dans laquelle le Comité Régional du Tourisme (CRT) a d’ores et déjà prévu de réattribuer 500 000 € de son budget 2020. Axée sur les richesses locales, la campagne vise à encourager les Normands et les vacanciers des régions limitrophes à venir découvrir la Normandie.

Explosion du tourisme vert

Si, pour cette saison 2020, la Normandie peut déjà faire une croix sur l’accueil des touristes étrangers, notamment des Britanniques et des Américains friands des plages du Débarquement, les professionnels forgent leur espoir sur la fin août et un allongement de la saison sur les mois de septembre et octobre : « Nous attendons le feu vert de l’Europe, mais nous avons déjà quelques demandes de réservations de la part des touristes allemands, belges et néerlandais, notamment dans les campings », confirme Michael Dodds.

Paul Chandelier, président de Calvados Attractivité se veut optimiste : « L’heure n’est pas au défaitisme, on ne baisse pas les bras ». Différents groupes de travail ont été mis en place, au niveau des offices de tourisme, des professionnels et des institutionnels du secteur afin d’œuvrer ensemble au redémarrage de l’activité. « Il faut faire preuve d’imagination et redéfinir l’attractivité du territoire pour attirer une nouvelle clientèle plus locale », explique Paul Chandelier. Et les premiers changements se font déjà sentir : « Les voies vertes sont prises d’assaut, que ce soit à pied ou à vélo, et le tourisme vert affiche une véritable explosion ».

Les actions proposées par le CRT sont également axées sur le numérique : « Il faut repenser le tourisme de demain. Beaucoup de nos professionnels découvrent que le web ne sert pas qu’à faire des réservations, mais est aussi un excellent vecteur de promotion du territoire », souligne Paul Chandelier. Un mouvement lancé avant la crise sanitaire, puisque le CRT avait déjà entamé une réflexion sur un tourisme aligné sur les nouvelles valeurs de développement durable et le « slow tourisme ». « Cette crise est l’occasion de proposer un tourisme plus qualitatif et plus respectueux des enjeux environnementaux », conclut Michael Dodds.

Tourisme à vélo en Normandie
Le tourisme vert affiche une véritable explosion en Normandie : ici la voie verte de Caen-Ouistreham. — Photo : © Grégory Wait / Calvados Attractivité

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail