Normandie

Transport

Les ports de Normandie ont le vent en poupe

Par S.C et I.E, le 17 février 2020

Créé en 2019, le syndicat mixte Ports de Normandie conforte sa place de leader dans le trafic transmanche avec une hausse du nombre de passagers, d’escales et de tonnages de marchandises. Mais tout n’est pas au beau fixe, le port de commerce de Caen-Ouistreham, hors lignes transmanche, annonçant de son côté des résultats à la baisse.

port d'Ouistreham
Le Port d'Ouistreham a installé un système de guidage permettant le passage dans les écluses des navires plus larges répondant ainsi aux nouvelles normes du trafic mondial. — Photo : © Stéphane Leroy

« Tous les indicateurs sont au vert, à la fois sur le nombre d’escales, de passagers et en tonnage de marchandises », se félicite Philippe Deiss, directeur de Ports de Normandie. En effet, en 2019, le syndicat mixte Ports de Normandie, propriétaire et gestionnaire des Ports de Caen-Ouistreham, Cherbourg et Dieppe a enregistré 1,9 million de passagers en 2019 (+1,28 %). Principale hausse, celle du trafic transmanche vers l’Irlande avec une progression de 32,60 % (44 % du trafic de Cherbourg), tandis que le Royaume-Uni accuse une baisse de 3,21 %. « En raison des incertitudes suscitées par le Brexit tout au long de l’année, le marché est resté assez morose concernant les destinations vers la Grande-Bretagne », confirme le directeur. L’activité croisière progresse avec 169 161 passagers (+ 7,90 %) et 61 paquebots. Les trafics marchandises enregistrent elles aussi sur les lignes transmanche, une progression de 3,11 % (en tonnage) à Caen-Ouistreham et + 3,33 % à Cherbourg. Seul Dieppe affiche une baisse de 2,57 %.

De même, l’activité pêche des ports de Dieppe, Ouistreham et Cherbourg enregistre de bons résultats. « Le volume débarqué a sensiblement augmenté : + 14,9 % pour dépasser les 12 000 tonnes », précise Philippe Deiss.

Montée en puissance des EMR

Le Honfleur effectuera sa première traversée en juin 2019
Le Honfleur effectuera sa première traversée en juin 2019 - Photo : © H. Kruger

Les autorités européennes ont octroyé à Ports de Normandie 300 000 euros pour adapter le port de Ouistreham à l’arrivée du bateau Honfleur de la Brittany Ferries en 2020 et 1,7 million d’euros d’aide pour développer le ferroutage à Cherbourg. « Le Honfleur, qui sera propulsé au GNL, s’inscrit comme l’un des navires les plus respectueux de l’environnement opérant sur la Manche, précise le directeur des Ports. Nous réfléchissons à des aménagements pour une alimentation à quai ».

Via ses 3 sites, Ports de Normandie est présent sur toute la chaîne des EMR (Énergies Marines Renouvelables), avec la production et de la logistique à Cherbourg, des usines pour la maintenance à Dieppe et Ouistreham. « C’est un outil sans équivalent en France, avec le plus gros potentiel d’emplois : plus de 500 emplois directs à Cherbourg, une centaine à Caen-Ouistreham et Dieppe », souligne le président de la Région Normandie, Hervé Morin qui ajoute que « Cherbourg pourrait bien devenir le plus grand hub européen des EMR ».

Les résultats du port de commerce de Caen-Ouistreham en baisse

Battage des pieux d'embectage dans le Port de Caen-Ouistreham
Battage des pieux d'embectage dans le Port de Caen-Ouistreham - Photo : © Ports de Normandie

Si, au global, les chiffres de Ports de Normandie sont positifs, de son côté, le port de commerce de Caen-Ouistreham, géré par la CCI Caen-Normandie, affiche, hors lignes transmanche, des résultats 2019 en légère contraction (-1,9 %) avec un tonnage total de 3,128 millions de tonnes. Après une campagne céréalière de très bon niveau en 2018, l’activité a marqué le pas en 2019 avec un tonnage atteignant 495 553 tonnes (- 22 %). Sans compenser ce recul, les autres trafics du port sont pour la plupart à la hausse. Ainsi, le bois exotique progresse de 62 % à 14 000 tonnes, les importations de bentonite atteignent leur plus haut niveau (19 520 tonnes, soit +34 %) depuis 2017, et les nourritures animales (mélasses et tourteaux) gagnent 52 % avec 12 289 tonnes déchargées. Second trafic du port intérieur, les engrais restent stables avec 73 516 tonnes importées. En matière d’investissements, le port a bénéficié, en 2019, des travaux d’embectage de l’écluse Ouest de Ouistreham pour un montant de 12 millions d’euros. Des travaux qui permettent désormais l’accès nautique de navire de fort tonnage (gabarit 25-30 000 T). En 2020, la CCI lancera la première phase d’un programme de performance environnementale, visant à moderniser les réseaux d’assainissement du port amont, pour un montant de 5 millions d’euros.

Port-en-Bessin et Grandcamp-Maisy, première place de marché de Normandie

Port-en-Bessin-Huppain
Port-en-Bessin-Huppain - Photo : ©Wikimedia Commons

Co-gérées par la CCI Caen Normandie et la coopérative portaise Copeport, les criées de Port-en-Bessin et Grandcamp-Maisy forment la première place de marché des produits de la mer en Normandie avec 11 535 tonnes débarquées. L’ensemble portuaire a généré un chiffre d’affaires cumulé de près de 30 millions d’euros en 2019. Première criée régionale, Port-en-Bessin a pu compenser une contraction des tonnages de 7 % à 9 027 tonnes grâce à une amélioration de son prix de vente moyen (2,60 €/kg, en hausse de 9 %). Ainsi, le chiffre d’affaires de la halle s’établit à plus de 23 millions d’euros, en progression de 1,2 % par rapport à 2018, soit sa seconde meilleure année depuis 20 ans. La situation est nettement moins bonne du côté de Grandcamp-Maisy dont le tonnage total régresse de 25 % avec 2 508 tonnes à la vente. Le chiffre d’affaires perd, quant à lui, 9,5 % pour atteindre 6 247 M€. Si en 2019, la CCI Caen Normandie a consacré 800 000 euros à des travaux de modernisation, pour 2020, la CCI a prévu de concentrer ses efforts sur l’adaptation des aménagements intérieurs de la criée de Port-en-Bessin.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail