Normandie

Tourisme

Enquête Les Britanniques (re) débarquent en Normandie

Par Isabelle Evrard, le 21 juillet 2022

Deuxième clientèle touristique la plus importante de Normandie après les Néerlandais, les Britanniques avaient boudé le territoire en 2020 et 2021 en raison de la crise sanitaire et des aléas provoqués par le Brexit. Cette saison 2022 s’annonce sous de meilleurs auspices : encouragés par des campagnes de promotion dispensées par Normandie Tourisme, les visiteurs anglais semblent bel et bien de retour sur le territoire.

Le tourisme de mémoire, y compris chez les Britanniques, repart à la hausse.
Le tourisme de mémoire, y compris chez les Britanniques, repart à la hausse. — Photo : Eric Zeziola

La pandémie de coronavirus et les confinements successifs en 2020 et 2021 ont eu des effets catastrophiques sur le tourisme en Normandie. Alors que la saison 2019 atteignait des records de fréquentation boostée par L’Armada de Rouen, le 75e anniversaire du Débarquement, et la Coupe du Monde féminine de la FIFA au Havre, le tourisme a été stoppé net dans son élan en 2020 et 2021. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2020, la Normandie n’a comptabilisé que 4 776 522 de nuitées hôtelières contre 16,8 millions en 2019 (dont 26 % étaient assurées par les étrangers). Même hécatombe dans les gîtes normands avec une diminution de 23,7 %.

La clientèle étrangère accuse particulièrement le choc. Les touristes britanniques, classés dans le Top 3 des visiteurs internationaux les plus importants (2e derrière les Hollandais), sont les premiers absents : 87 % de Britanniques en moins sur le sol normand pendant la crise (57 % de baisse pour les Allemands, 56 % pour les Hollandais et - 44 % pour les Belges).

Édouard Valère, responsable Pôle Marchés Étrangers, Normandie Tourisme : "Les conditions imposées par Boris Johnson et les mauvais échos engendrés par le Brexit, ont refroidi la majorité des touristes anglais en 2020 et 2021."
Édouard Valère, responsable Pôle Marchés Étrangers, Normandie Tourisme : "Les conditions imposées par Boris Johnson et les mauvais échos engendrés par le Brexit, ont refroidi la majorité des touristes anglais en 2020 et 2021." - Photo : Normandie Tourisme

"Si l’on a pu limiter la casse pour les Allemands, Belges et Hollandais, qui ont réussi à venir tant bien que mal entre deux confinements, ce n’était pas le cas pour les Anglais. Les conditions imposées par Boris Johnson et les mauvais échos engendrés par le Brexit, ont refroidi la majorité des touristes anglais", explique Édouard Valère, responsable du pôle Services Étrangers à Normandie Tourisme (6 salariés à Caen).

Un véritable trou dans la raquette pour l’économie normande si l’on se réfère à une étude de l’Insee qui établit la consommation touristique annuelle "avant Covid" à 5,5 milliards d’euros en Normandie, soit 3,3 % de la consommation touristique intérieure de la France, une part qui classe la région au 10e rang des régions métropolitaines.

La gastronomie normande à la conquête des Britanniques

Pour réamorcer la pompe du tourisme international, Normandie Tourisme -le comité régional chargé de la promotion touristique de la région en France et à l’étranger - a investi 400 000 euros dans une vaste campagne de communication dédiée aux touristes étrangers, notamment les Britanniques. En avril dernier, Normandie Tourisme, en partenariat avec la Région Normandie, l’agence Normandie Attractivité, l’Association Régionale des Entreprises Agroalimentaires de Normandie (AREA), l’Interprofession des Appellations Cidricoles (IDAC), et en collaboration avec l’agence britannique Nudge PR, a lancé le premier "Normandy Food Tour" dans quatre villes du sud et de l’est de l’Angleterre (Hastings, Windsor, Norwich et Canterbury).

Normandie Tourisme a lancé le premier "Normandy Food Tour" dans quatre villes du sud et de l’est de l’Angleterre.
Normandie Tourisme a lancé le premier "Normandy Food Tour" dans quatre villes du sud et de l’est de l’Angleterre. - Photo : Normandie Tourisme

Pendant sept jours, 37 personnes ont sillonné les routes anglaises pour jouer les ambassadeurs et présenter les spécialités gastronomiques normandes à bord d’une cuisine mobile, un bar ambulant, un bus musical et trois foodtrucks. Au programme, des dégustations de produits normands, des animations culinaires, des ateliers cocktails, un concert et un jeu-concours. "Nous avons voulu sortir du cadre traditionnel des campagnes en ligne et lancer une campagne de promotion touristique originale, avec pour objectif de reconquérir le marché britannique directement sur place. Ce Food Tour nous permet de rappeler aux Anglais le lien historique et très fort qui les unit à la Normandie, loin de l’image négative que le Brexit a pu générer. Plus que jamais, il était primordial d’encourager les Britanniques à faire le choix du voyage en ferry, à privilégier la proximité, et de faire de notre région une destination de vacances et non pas une simple région de passage", explique Édouard Valère. Parmi les entreprises normandes accompagnant le Food Tour : Isigny-sainte-Mère, Graindorge, Pommes Dieppois, celui de la Ferme Cara-Meuh, les Confitures Guépratte, les Coques de Normandie, la Maison du Biscuit et les madeleines Jeannette, mais aussi les cidres de Maison Sassy, Dupont… "Nous avons reçu entre 2 000 et 3 000 personnes par jour, au total, plus de 9 200 visiteurs sur le Tour : le message est vraiment bien passé avec les Britanniques et même si c’est difficile à quantifier, nous pensons avoir des retombées dès cette saison d’été", ajoute le responsable.

Parmi les autres actions originales de promotion, et pour booster Normandy Food Tour, Normandie Tourisme a également accueilli plusieurs influenceurs britanniques en Normandie à la découverte des spécialités culinaires : en visite dans différentes stations touristiques normandes (Dieppe, Rouen, Caen…), les influenceurs anglais ont produit du contenu partagé en direct ou bien en différé sur leurs différents comptes Instagram et Facebook, totalisant 390 000 followers.

Le tourisme de mémoire, véritable force d’attraction

La Normandie ne dispose pas uniquement de paysages ou d’attraits gastronomiques. Les plages du Débarquement du 6 juin 1944 constituent un fabuleux aimant à touristes notamment pour les vétérans de la Seconde Guerre mondiale encore vivants et leurs familles. La Normandie compte 55 sites à caractère militaire et lieux de Mémoire en Normandie, dont le dernier en date, le British Normandy Memorial, a ouvert à Ver-sur-mer, le 6 juin 2021. Sur plus de 6,2 millions de visiteurs en 2019 (+ 6,1 % par rapport à 2018), 52 % provenaient de pays étrangers : caracolent en tête, les Britanniques (19 %), suivis de près par les Américains (17 %). Le cimetière américain de Colleville (Omaha Beach) en a attiré à lui seul plus d’1,7 million (seulement 14 735 visiteurs en 2020, perdant ainsi la quasi-totalité de sa clientèle étrangère).

Commémoration Débarquement Normandie, Britanniques
Commémoration Débarquement Normandie, Britanniques - Photo : Calvados Attractivité

Stoppées net en 2020 et 2021, les commémorations ont repris ce mois de juin 2022 et annoncent "une belle saison d’été à venir" selon l’Observatoire du Tourisme normand. "Le tourisme de mémoire, y compris chez les Britanniques, repart à la hausse. Les hôteliers nous ont confirmé que des réservations prises pendant le Covid et stoppées en 2020 et 2021, ont été maintenues et sont reconfirmées pour cet été", se félicite Édouard Valère. Le Mémorial de Caen, l’un des sites les plus fréquentés du Calvados, a comptabilisé 28 % de visiteurs étrangers dès le mois de mai, principalement des Pays Bas, États-Unis, Grande-Bretagne et Belgique : "une fréquentation identique à celle d’avant le Covid, en 2018", note Fanny El Hajel Kaïd, responsable du service presse du musée.

La Brittany Ferries multiplie ses lignes en direction du Royaume Uni

Le lien économique avec le Royaume-Uni s’apprécie aussi à travers les liaisons ferry quotidiennes pour le sud de l’Angleterre et le sud-est de l’Irlande offertes par les ports de Dieppe, Le Havre, Caen-Ouistreham et Cherbourg-en-Cotentin. L’optimisme est de retour dans les rangs de la compagnie maritime Brittany Ferries. Après deux années de crise sanitaire et des saisons 2020-2021 "plus que maussades", Brittany Ferries (202,4 M€ de chiffre d’affaires en 2021- 469 M€ en 2019) annonce une reprise encourageante de son activité pour la saison 2022. La compagnie maritime enregistre une forte hausse des réservations pour l’été 2022. Dès l’hiver dernier, près de 190 000 réservations avaient été réalisées pour l’été 2022, soit une hausse de 48 % au global par rapport aux réservations réalisées en octobre 2019 pour la saison 2020. Même tendance pour les réservations depuis le Royaume-Uni vers la France qui affichent une augmentation de 40 % et sur le marché France/Irlande, + 234 %.

Freiné par le Brexit, Brittany Ferries a fait le choix de miser davantage sur les liaisons avec l’Irlande en renforçant ses lignes, avec l’ouverture, en 2021, de lignes directes depuis Cherbourg et Le Havre vers Rosslare. Des lignes très appréciées par la filière transport car offrant une alternative pertinente aux liaisons continent/Irlande via le Royaume-Uni.

Une belle saison 2022 ?

Depuis le mois d’avril, début de la saison touristique, les touristes étrangers semblent reprendre leurs habitudes, comme en témoigne Charles Yvon, à la tête de l’entreprise "Le Parapluie de Cherbourg". "Les bateaux de croisière sont à nouveau présents dans le port de Cherbourg et les touristes étrangers recommencent à affluer". Selon l’application Flux Vision tourisme développée par Orange, en avril et mai dernier, les volumes de nuitées touristiques enregistrées sur le territoire par des touristes français ou étrangers sont plus de 2 fois supérieurs à ceux de 2021, à la même période. Le Royaume-Uni repart ainsi en tête des visiteurs devant les Pays Bas et l’Allemagne. Et si le soleil est également au rendez-vous en juillet et août, cette nouvelle vague de touristes étrangers pourrait bien se transformer en tsunami sur les côtes normandes !

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition